Voyage

Mumbai en taxi

Vous n’avez jamais mis les pieds à Mumbai ? Pour vous donner une idée, ça ressemble à New York pour le côté grande ville économique, à Bangkok pour le fouillis indescriptible et à La Havane pour le patrimoine délabré. Ajoutons que c’est la ville la plus riche de l’Inde et une des plus peuplées de la planète : 22 millions d’habitants !

Taxi prépayé

La première question qui nous vient en tête quand nous débarquons de l’avion, c’est : allons-nous nous faire arnaquer dans cette ville où les plus grosses fortunes côtoient la misère la plus extrême ? Non. Dans l’aéroport, il y a des comptoirs de sociétés de taxi où on peut prépayer son passage à prix fixe. Chaque entreprise offre des tarifs différents. Mais ça coûte autour de 10 $ pour se rendre au centre-ville. En prime, le chauffeur parle l’anglais !

Choix numéro 1

Où aller ? Par où commencer ? Bandra, où se fréquentent les stars de Bollywood, les hipsters et les expatriés ? Malabar Hill, quartier cossu qui domine la ville ? Lower Parel, où on peut faire la fête ? Colaba, le cœur touristique de la métropole ? Si vous êtes à Mumbai pour un court séjour, ne pensez pas tout faire. La circulation et les distances sont des obstacles insurmontables ! Le choix numéro 1 est Colaba, dans le sud de la ville, où se trouvent l’hôtel de luxe emblématique The Taj Mahal Palace et la Porte de l’Inde, un des derniers symboles de la domination coloniale britannique.

Visite commentée

Mumbai est immense : 603 kilomètres carrés. Il fait chaud, les distances sont longues, et ça prend beaucoup de courage pour traverser les rues. Pour visiter la ville sans vous casser la tête, optez pour une balade en taxi de quelques heures. En sortant de l’hôtel, vous croiserez sans doute un chauffeur, comme Pappu, de la société Cool Cab, qui vous offrira de vous faire découvrir sa ville moyennant un tarif de 6 $ l’heure. Montez ! En plus, il vous fera une visite commentée dans un anglais impeccable. Bon à savoir : les meilleurs mois pour découvrir Mumbai sont de janvier à mai et d’octobre à décembre.

Le père de l’indépendance

Premier arrêt : la maison-musée de Gandhi, où viennent se recueillir des admirateurs de partout dans le monde. Communément appelé le Mani Bhavan, ce petit musée retrace le parcours du père de la nation indienne avec des photos de sa jeunesse, des objets personnels, 50 000 livres et une correspondance avec les grands hommes de son époque. Au deuxième étage, le bureau et la salle de repos du Mahatma ont été conservés en l’état. Vous pourrez mieux comprendre le pays en plongeant dans l’histoire de la vie et de l’action de ce grand humaniste.

La misère des riches

Dirigez-vous ensuite à Malabar Hill, après avoir longé Marine Drive, un boulevard de 3,6 kilomètres au bord de la mer, connu sous le nom de Queen’s Necklace (collier de la reine), car, la nuit, les réverbères ressemblent à un collier de perles. Malabar Hill est le quartier le plus huppé de Mumbai, où vivent de riches hommes d’affaires et des stars de Bollywood. C’est aussi là que se trouve la délirante tour Antilia de 37 000 pieds carrés, qui compte 27 étages et 9 ascenseurs : une des demeures les plus chères du monde. Cette « maison » appartient à Mukesh Ambani, la plus grande fortune de l’Inde, qui y vit avec sa femme, ses trois enfants et une armée de 500 serviteurs. Ambani n’a aucun scrupule à étaler sa richesse dans une ville où la moitié des gens sont très pauvres.

Lavoir en plein air

Pour savoir comment vivent les pauvres, allez au bidonville de Dharavi. Vu d’en haut, ça ressemble à un enchevêtrement de toits en tôle ondulée. Près de 1 million de personnes (100 000 familles) habitent dans ce « slum », le plus grand de Mumbai, où le succès planétaire Slumdog Millionaire a été tourné en 2008. En chemin, faites un arrêt sur le pont qui se trouve près de la gare ferroviaire de Mahalaxmi pour contempler la plus grande machine à laver humaine de la ville : le dhobi ghat. Chaque jour, des centaines de blanchisseurs y lavent du linge dans un millier de lavoirs en plein air.

Les bazars

Puis, après avoir visité un des nombreux temples de la ville, rendez-vous au marché Crawford, où vous trouverez des montagnes de fruits et légumes, mais aussi des épices, des étals de viande et de poisson. C’est un mélange incroyablement dense de gens et de marchandises dans lequel on peine à se frayer un chemin. Vous pouvez acheter à peu près n’importe quoi ici, mais il est plus amusant d’explorer les allées que d’acheter des souvenirs, mis à part, peut-être, un foulard de cachemire. Il peut être déroutant de s’orienter dans cet immense marché labyrinthique, mais on finit toujours par trouver son chemin, grâce au GPS de son téléphone intelligent !

Toujours Bombay

S’il vous reste encore un peu d’énergie, vous pourriez revenir à votre hôtel à pied en faisant un premier arrêt à la gare Chhatrapati Shivaji Terminus, qui s’appelait autrefois Victoria, souveraine du Royaume-Uni et impératrice des Indes ; puis, un peu plus loin, visiter le Musée du Prince de Galles qui porte aujourd’hui le nom de Chhatrapati Shivaji Maharaj Vastu Sangrahalaya. Entouré d’un joli parc, ce musée abrite des collections de sculptures, de peintures et d’ivoires. Et sur la route, vous pourriez apercevoir des écrivains publics en train de taper des lettres pour gagner leur pain à Bombay. Car, si la ville porte le nom de Mumbai depuis 1995, pour les habitants, c’est encore et toujours Bombay.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.