Actualités

ADIEU, BOUTEILLE DE BIÈRE

Les brasseurs ne seront plus soumis aux exigences environnementales qui freinaient l’utilisation de contenants à remplissage unique

La bouteille de bière est de moins en moins utilisée au Québec et pourrait à terme être reléguée aux oubliettes en raison d’une révision des exigences environnementales de Recyc-Québec.

La Presse a appris que l’Association des brasseurs du Québec a obtenu la levée du quota et des amendes qui limitaient par le passé l’utilisation de contenants à remplissage unique dans l’industrie de la bière.

La plus récente mouture de l’entente régissant la consignation et la récupération des canettes, des bouteilles de verre clair et d’autres contenants de ce type pour la vente de bière ne comporte aucune limite. Un plafond de 37,5 % était fixé dans sa version antérieure.

Karel Ménard, du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets, affirme que le gouvernement vient potentiellement de « sonner le glas » des contenants à remplissage multiple – les bouteilles de verre brun –, qui étaient favorisés par le quota.

Selon Recyc-Québec, société d’État qui vise à assurer une gestion responsable des matières résiduelles dans la province, près de 75 % des contenants de bière mis en marché en 2017, soit 1,1 milliard sur un total de 1,5 milliard, étaient à remplissage unique malgré les restrictions en place.

Ce pourcentage est en forte hausse depuis plusieurs années. En 2011, la proportion de contenants à remplissage unique n’était que de 15 %, selon un document du ministère de l’Environnement.

« Nous avons revu l’entente afin qu’elle reflète davantage la réalité du marché et des consommateurs, car avec ou sans pénalité, le marché poursuit cette tendance vers les contenants à remplissage unique », a indiqué Recyc-Québec à La Presse.

Une porte-parole, Brigitte Geoffroy, a précisé que des amendes de deux millions de dollars avaient été imposées aux brasseurs sans infléchir la tendance.

La nouvelle entente, qui date du 1er janvier, dit vouloir encourager l’utilisation de contenants à remplissage multiple, mais se borne à relever que les brasseurs devront soutenir « raisonnablement » cette pratique.

IMPACT ENVIRONNEMENTAL

Les bouteilles de bière brunes font l’objet d’une consigne privée mise en place en 1808. Elles peuvent être récupérées, nettoyées et remplies de nouveau jusqu’à une quinzaine de fois par les brasseurs. Les canettes doivent être retransformées après chaque utilisation.

L’Association des brasseurs du Québec se félicite, à la section « engagement responsable » de son site internet, d’avoir été un « pionnier » de la consigne.

« Je veux bien qu’il y ait des ajustements à l’entente en vigueur, mais abolir le quota et les amendes, ça va beaucoup trop loin », relève M. Ménard, qui s’inquiète de l’impact environnemental du virage en cours.

Le militant souligne qu’une étude produite en 2015 pour Recyc-Québec sur le « cycle de vie » des contenants de bière dans la province indiquait qu’il était préférable sur le plan environnemental de favoriser les contenants à remplissage multiple.

Seule une canette en aluminium faite au Québec avec de l’aluminium québécois, ce qui n’existe pas pour l’instant, présentait un bilan aussi positif en considérant des facteurs comme le changement climatique, l’utilisation de ressources non renouvelables et la santé humaine.

QUÊTE D’« ÉQUITÉ »

Le directeur général de l’Association des brasseurs du Québec, Patrice Léger-Bourgoin, a indiqué hier en entrevue que les pressions exercées pour obtenir la levée du quota sur les contenants à remplissage unique s’expliquent par une quête d’« équité » et des considérations commerciales.

Les producteurs de boissons gazeuses, relève-t-il, ont cessé depuis des années d’utiliser massivement des bouteilles de verre pour leurs produits sans être sanctionnés, alors que les brasseurs continuaient d’être menacés par des amendes. 

« Payer [des amendes], c’est une chose. Être les seuls à payer, c’en est une autre. »

— Patrice Léger-Bourgoin, de l’Association des brasseurs du Québec

Les consommateurs, a ajouté M. Léger-Bourgoin, sont « de plus en plus mobiles » et veulent être capables de bouger facilement avec leurs contenants de bière, un processus facilité par les canettes, plus légères, plus compactes et moins fragiles. Ils souhaitent aussi pouvoir écraser les contenants pour être en mesure de les remiser temporairement sans occuper trop d’espace.

M. Léger-Bourgoin convient que la quantité de bouteilles de verre utilisées dans la province a grandement diminué, mais ne pense pas que les contenants à remplissage multiple sont appelés à disparaître pour autant.

« Les volumes ont baissé considérablement, mais il y en a encore des centaines de millions en circulation », a-t-il noté en précisant qu’il ne pouvait prédire quelle serait la situation dans 15 ou 20 ans.

ÉTUDE CONTESTÉE

Le représentant des grands brasseurs conteste par ailleurs les conclusions de l’étude réalisée pour Recyc-Québec relativement aux avantages environnementaux comparatifs de la bouteille de verre et relève que la canette est aussi récupérée efficacement avec un système de consigne.

Karel Ménard pense que la nouvelle entente relativement aux contenants à remplissage unique s’inscrit dans une série de décisions contestables du ministère de l’Environnement faisant primer les intérêts économiques des entreprises.

L’État, dit-il, édulcore ses exigences environnementales, par exemple en renonçant à l’idée d’imposer des écofrais sur les électroménagers ou en repoussant l’application de pénalités aux organisations chargées de récupérer les déchets électroniques ou les batteries.

« C’est une pente dangereuse », selon M. Ménard.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.