Portfolio Programme universitaires

Priorité à l’adaptation et à la spécialisation

Les programmes universitaires doivent toujours adapter leur offre aux nouvelles réalités : des étudiants disposant de moins de temps, une forte demande pour des spécialisations dès le baccalauréat et l’intérêt marqué pour des problématiques précises.

DESS en ligne à l’ENAP

Depuis septembre, l’École nationale d’administration publique (ENAP) offre aux professionnels de réaliser leur DESS en administration publique entièrement en ligne. Parallèlement, l’université développe des cours hybrides, avec une partie théorique en ligne et des moments d’échanges à l’ENAP. Les cours peuvent aussi être donnés dans les locaux des employeurs des étudiants, comme au Stade olympique de Montréal pour le Regroupement Loisir et Sport Québec (RLSQ).

Ces nouvelles formules visent à adapter l’offre aux nouveaux besoins de la clientèle de la fonction publique, mais aussi de plus en plus du secteur privé, explique Caroline Otis, directrice administrative des études de l’ENAP. Elle cite également les microprogrammes, qui répondent à la demande des jeunes travailleurs d’acquérir des compétences sans s’engager dans des études à temps plein… tout en conduisant progressivement à l’obtention de diplômes de deuxième et de troisième cycles.

Spécialisations au bac de TELUQ

L’Université TELUQ vient d’ajouter huit concentrations à son baccalauréat en administration : comptabilité et finance, développement local et économie sociale, entrepreneuriat, gestion des ressources humaines, gestion des services de santé et des services sociaux, management, marketing, planification financière. « Ce sont autant de voies offertes à nos étudiants pour se spécialiser dès le bac », explique Caroline Brassard, directrice de l’enseignement et des études de l’Université TELUQ. En fin de bac, les étudiants se voient proposer des activités de synthèse. Sur le principe des stages, ils se rendent dans des milieux de travail pour faire le lien entre leurs apprentissages et la réalité du terrain. « C’est important de faire cette synthèse, car beaucoup de nos étudiants sont à temps très partiel. Ils peuvent mettre jusqu’à 10 ans pour réaliser leur bac », souligne Mme Brassard.

Université d’été à l’INRS

L’Institut national de la recherche scientifique (INRS) a lancé cette année un programme de formation multidisciplinaire axé sur les technologies environnementales de décontamination et de gestion intégrée des eaux et effluents résiduaires (TEDGIEER). La formation scientifique et technique vise à pouvoir compter sur des experts de l’innovation en matière de préservation des ressources en eau. L’équipe de professeurs issus de sept universités canadiennes est complétée par des collaborateurs internationaux et des entrepreneurs de l’assainissement et du traitement de l’eau. La formation est offerte en milieu universitaire et industriel pour des étudiants de cycles supérieurs. L’été dernier, l’INRS a ainsi organisé sa première université d’été en gestion et décontamination de l’eau pour des étudiants provenant de cinq universités canadiennes.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.