Tennis

De nouvelles ambitions pour Auger-Aliassime

Félix Auger-Aliassime n’a pas eu le temps de souffler après les émotions du week-end dernier en Coupe Davis. Vainqueur du match décisif de la rencontre entre le Canada et la Slovaquie, le joueur de 18 ans a répété hier avoir vécu à Bratislava le moment le plus fort de sa jeune carrière.

« Ce sont des émotions uniques, vécues en équipe, et ça surpasse tout ce qu’on peut ressentir sur le plan individuel, même lors des belles victoires en tournoi », a expliqué Auger-Aliassime, hier en conférence téléphonique.

C’est jeudi prochain que l’on connaîtra les adversaires des Canadiens en ronde préliminaire de la finale de la Coupe Davis, à la mi-novembre à Madrid. Les 18 finalistes ont été répartis dans trois « chapeaux », le Canada étant placé dans le troisième. C’est donc dire que l’équipe canadienne sera opposée aux formations de deux nations mieux classées.

« Je trouve qu’on aurait pu être mieux classés, mais toutes les équipes seront fortes de toute façon, a souligné Auger-Aliassime. C’est sûr que je serai disponible, si on fait appel à moi, et je pense qu’on peut faire un bon résultat. C’est un peu dommage de voir que certains des meilleurs joueurs ont déjà indiqué qu’ils ne joueraient pas à la finale. On a changé le format et les dates de la compétition pour améliorer cette situation, mais je ne suis pas sûr que ça va fonctionner. Dommage. »

Celui qui est actuellement 107e mondial est déjà à Buenos Aires, où il amorcera lundi une série de trois tournois en Amérique du Sud, tous sur la terre battue. Après avoir privilégié cette surface la saison dernière afin de maximiser sa progression, Auger-Aliassime et son équipe n’entendent pas répéter l’expérience cette année, malgré son calendrier des prochaines semaines.

À moins d’un imprévu, on devrait notamment le voir sur le gazon, où beaucoup croient qu’il a toutes les qualités pour briller. « L’objectif est de jouer la saison complète. Avec mon niveau de service maintenant et le jeu que je peux produire sur toutes les surfaces, il n’y a pas de raison de ne pas jouer sur l’herbe cette année.

« Si nous avons opté pour ces tournois en Argentine et au Brésil, c’est parce qu’on croit que je peux y obtenir de bons résultats. Le plateau est un peu moins relevé que dans les tournois sur le dur en Europe présentement, ça me donnera donc l’occasion d’entrer directement dans le tableau principal [au moins deux fois] et d’aller plus loin.

« On sentait qu’avec mon niveau actuel sur la terre battue, c’était une bonne idée de jouer ces trois gros tournois de l’ATP. Ils seront quand même extrêmement forts et les matchs seront très difficiles. C’est ce qui explique que je sois arrivé tôt, tout de suite après la Coupe Davis. Après ces trois tournois, j’irai à Indian Wells et à Miami, avant d’enchaîner avec la préparation pour Roland-Garros. »

DES CHANGEMENTS POUR FERNANDEZ

Finaliste du tournoi junior des Internationaux d’Australie, à 16 ans, Leylah Fernandez a aussi pris part à la conférence téléphonique de Tennis Canada hier. Celle qui est née à Montréal vit maintenant en Floride afin d’y retrouver sa mère et une partie de sa famille.

« Nous sommes souvent en voyage pour les tournois et je voulais passer plus de temps avec ma famille. Nous sommes maintenant tous réunis en Floride et ça me permet aussi de profiter des conditions ici – avec la chaleur et le soleil – qui me permettent de m’entraîner à l’extérieur. Je peux aussi affronter régulièrement plusieurs joueuses de très bon calibre. »

Fernandez avoue avoir hésité quelques mois avant de renoncer à rejoindre le Centre national d’entraînement de Tennis Canada au stade IGA : « Mon père m’a laissée prendre la décision, mais c’était vraiment important pour moi de passer plus de temps avec ma famille. Mon budget est ainsi plus limité, mais c’est mon père qui est mon entraîneur et je vais redoubler d’efforts à l’entraînement. Pour les tournois, en plus de ceux du Grand Chelem junior, on risque de devoir se limiter à ceux qui ne seront pas trop loin. »

Le scénario n’est donc pas idéal, mais Fernandez, qui est maintenant la cinquième mondiale chez les juniors, espère progresser au classement féminin (elle est déjà 404e) et obtenir quelques invitations à des tournois plus importants.

Tennis

Bouchard n'a plus d'agence

L’agence CAA, qui représentait notamment Eugenie Bouchard, a récemment fermé sa division tennis. Selon Daniel Kaplan, du Sport Business Journal, l’agence a jugé qu’« il n’y avait pas suffisamment d’opportunités d’affaires dans ce secteur ». Plusieurs autres joueurs, Marin Čilić et Ryan Harrison notamment, étaient aussi représentés par CAA, alors que Novak Djokovic et Milos Raonic n’étaient que deux des grands noms qui avaient travaillé avec l’agence par le passé. L’agent de Bouchard, Matthew Fawcett, ne travaille plus chez CAA. La Canadienne, qui a déjà travaillé avec Jill Smoller, l’agente de Serena Williams, devra donc se trouver une nouvelle agence ou retourner avec l’une des quatre autres qui l’ont déjà représentée : Lagardère, IMG, PRP et TLA.

— Michel Marois, La Presse

open Sud de France de Montpellier

Shapovalov a raison de Granollers 

Le Canadien Denis Shapovalov a atteint les quarts de finale à l’Open Sud de France de Montpellier. La troisième tête de série a eu raison de l’Espagnol Marcel Granollers 6-4 et 7-6 (1) dans un match de deuxième tour, son premier de la compétition. Classé 25e au monde, Shapovalov a remporté 91 % des échanges joués sur ses premières balles de service et n’a pas fait face à une seule balle de bris contre Granollers, classé 111e. Au prochain tour, il affrontera le Français Pierre-Hugues Herbert, tête de série no 7.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.