New Look voit grand

L’entreprise acquiert 12 boutiques de lunettes haut de gamme aux États-Unis

Groupe Vision New Look se lance sur le marché américain. L’entreprise de soins oculaires vient tout juste de faire l’acquisition de 12 boutiques de lunettes haut de gamme regroupées sous la marque Edward Beiner en Floride. Ce premier pas sur le sol américain pourrait donner lieu à d’autres transactions permettant au groupe d’étendre ses tentacules ailleurs aux États-Unis.

Groupe Vision New Look serait la première entreprise canadienne de l’industrie de l’optique à acquérir un détaillant américain. Avec cette transaction, qui entrera en vigueur le 1er janvier, le groupe comptera un total de 390 magasins de différentes enseignes telles qu’Iris et Greiche & Scaff. « Quand on trouve un actif, surtout une équipe de cette qualité-là, il faut savoir saisir l’opportunité, a affirmé lundi Antoine Amiel, président et chef de la direction de Groupe Vision New Look, en entrevue avec La Presse. Le marché américain est intéressant en raison de sa taille. Et la taille du marché de luxe aux États est très grande. »

Avec l’acquisition de la quasi-totalité des actifs de Coco Lunette Holding, qui exerce ses activités sous l’enseigne d’Edward Beiner, Groupe Vision New Look pourrait-il s’imposer davantage sur le marché de la lunette aux États-Unis ? « Maintenant que nous avons une équipe de management aux États-Unis, ça rend, bien sûr, les choses plus faciles, répond M. Amiel. On verra. »

« C’est une entreprise qui s’est structurée, organisée pour faire des acquisitions, explique pour sa part Louis Hébert, professeur à HEC Montréal et spécialiste des fusions et acquisitions d’entreprises. Et c’est ce qu’ils vont continuer à faire. Sans doute que pour eux, c’est une tête de pont à partir de laquelle ils vont sans doute vouloir faire des acquisitions et regarder d’autres opportunités. »

Le grand patron de New Look a toutefois refusé de révéler le montant de la transaction. 

« On a un historique d’avoir fait des acquisitions à des valorisations qui sont raisonnables et qui nous permettent d’offrir un bon retour sur investissement à nos actionnaires. »

— Antoine Amiel, président et chef de la direction de Groupe Vision New Look

Les revenus annualisés actuels de l’entreprise américaine s’élèvent à 15,5 millions CAN, indiquait-on dans le communiqué diffusé lundi par Groupe Vision New Look.

Bien qu’il s’agisse des premières boutiques pour l’entreprise aux États-Unis, le groupe n’en est pas à sa première expérience au sud de la frontière. Au mois d’août, New Look a conclu une entente avec Topology, une entreprise de lunettes sur mesure établie à San Francisco. Cette entente permet à New Look d’avoir les droits exclusifs sur la vente des produits Topology au Canada.

Une industrie en santé

Par ailleurs, alors que l’industrie du commerce de détail est frappée par de nombreuses fermetures, Groupe Vision New Look, en mode acquisitions, semble plutôt bien se porter.

« L’industrie de l’optique est assez peu cyclique, affirme M. Amiel. Et même dans un environnement économique plus difficile, c’est une industrie qui tend à bien résister, parce que les gens ne peuvent pas déplacer un achat de lunettes correctrices indéfiniment. Ce n’est pas vraiment un achat discrétionnaire. »

« C’est un domaine où les marges sont très élevées, ajoute pour sa part Louis Hébert. Il y a beaucoup d’opportunités avec le vieillissement de la population, avec le fait que les lunettes soient maintenant un outil de mode. Le fait de consolider, ça permet d’aller dégager des parts de marché. Un gros joueur comme celui-là est soudainement bien équipé pour négocier avec les fournisseurs. »

Les enseignes de New Look

Greiche & Scaff

Iris

Lunetterie New Look

Zyeu (au Québec seulement)

Vogue Optical (provinces atlantiques et Colombie-Britannique)

Medical Arts (Ontario)

Darryl Sher (Ontario)

Visions Optical (Colombie-Britannique)

Edward Beiner (États-Unis)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.