Vers les élections fédérales

Fausses nouvelles et conspirations chez Maxime Bernier

Au moins une quinzaine de candidats québécois du Parti populaire du Canada publient du contenu inexact ou fallacieux sur les réseaux sociaux

Quelque 30 000 scientifiques signent une pétition niant les changements climatiques. Ingérer une boisson alcaline vous protégera du cancer. Le gouvernement Trudeau est infiltré par des cellules islamistes.

Ces trois nouvelles ont en commun d’être non fondées, si ce n’est carrément fausses. Mais une autre caractéristique les unit : elles ont toutes été partagées sur les réseaux sociaux par des candidats québécois du Parti populaire du Canada.

Le phénomène est loin d’être isolé. Une recension effectuée par La Presse révèle qu’au moins une quinzaine de candidats qui brigueront les suffrages pour le parti de Maxime Bernier au Québec ont partagé des nouvelles inexactes ou mensongères, sinon des contenus produits par des organisations réputées avoir publié de fausses nouvelles par le passé.

Nous avons passé en revue les pages Facebook personnelles et officielles de tous les candidats dont le nom figure sur le site du parti – il y en avait 73 en date du 5 septembre. Mentionnons que tous ne possèdent pas un compte Facebook et que quelques-uns ne publient que du contenu privé, inaccessible aux personnes avec qui ils ne sont pas « amis ».

Nous avons circonscrit notre recherche aux deux dernières années, quoique la grande majorité des publications recensées datent de l’été 2019.

L’islamophobie et la négation des changements climatiques causés par l’humain sont les thèmes les plus récurrents sur les sites à la source des publications hasardeuses que nous avons répertoriées.

Ces sites sont largement associés à l’extrême droite québécoise, canadienne et américaine.

Les publications climatosceptiques sont toutefois en phase avec la position du chef du parti, Maxime Bernier.

Certains candidats sont particulièrement actifs sur les réseaux sociaux, produisant jusqu’à cinq ou six publications par jour. C’est le cas de Nancy Brunelle, qui se présente dans Saint-Maurice–Champlain (Mauricie). Au cours de la seule journée du 4 septembre, elle a diffusé coup sur coup trois nouvelles inexactes ou fausses.

Elle a d’abord partagé une vidéo intitulée Le réchauffement climatique, une escroquerie ?, inspirée d’un documentaire qui avait soulevé l’ire dans la communauté scientifique à sa sortie en 2008. Mme Brunelle a ensuite publié un article du site suisse Alter Info racontant qu’un fondateur de Greenpeace dénonçait le « canular » du réchauffement climatique. Le prestigieux journal Le Monde avait déboulonné cette histoire en mars dernier.

Enfin, la candidate a partagé une nouvelle tirée du site Summit News rapportant qu’un scientifique suédois suggère d’emprunter le cannibalisme pour « sauver la planète ». Le texte est signé par Paul Joseph Watson, polémiste britannique d’extrême droite expulsé de Facebook en mai dernier en raison de ses comportements « dangereux » et réputé avoir alimenté de multiples théories du complot.

Nous avons établi le contact avec Nancy Brunelle pour obtenir ses commentaires à propos de ses publications sur Facebook. Informée par une source tierce de la nature de notre reportage, elle nous a écrit « devoir annuler notre conversation ».

Autres cas

Mariam Sabbagh, candidate dans Shefford, est elle aussi hyperactive sur Facebook, alimentant à la fois sa page personnelle et sa page officielle de candidate. Depuis le mois de juin, elle a publié des articles provenant des sites Horizon Québec Actuel, LesManchettes.com et Cap For Canada, trois sources qui ont, à de multiples reprises, publié des nouvelles fausses ou tronquées, sinon des théories conspirationnistes, sur des thèmes chers à l’extrême droite.

Le 1er septembre, par exemple, Mme Sabbagh a partagé une nouvelle tirée du site LesManchettes.com qui a déformé un sondage d’abord rapporté par CTV News concernant l’opinion des Canadiens sur les orphelins des combattants du groupe armé État islamique. Le site a traduit un billet d’abord publié sur Cap For Canada, plateforme du groupe conservateur Cultural Action Party for Canada.

Invitée par La Presse à commenter les sources d’information peu fiables qu’elle relaie sur les réseaux sociaux, Mme Sabbagh a maintenu qu’elle agissait de bonne foi. « Quand je partage quelque chose, j’espère que c’est correct, mais je ne peux être certaine à 100 % », a-t-elle dit.

La candidate anglophone, qui s’exprime tout de même en français, affirme ne pas être « familière » avec toutes les sources dont elle partage les contenus.

Celle qui souhaite obtenir un siège à la Chambre des communes ajoute qu’elle mesure bien la responsabilité qui lui incombe de fournir des informations exactes aux citoyens. À ses yeux, toutefois, « partager un post sur Facebook n’a pas la même importance que d’étudier un projet de loi ».

« Je n’ai pas le temps ni les ressources pour tout vérifier en détail. »

— Mariam Sabbagh, candidate dans Shefford du Parti populaire du Canada

Le candidat Patrick St-Onge a lui aussi relayé du contenu de LesManchettes.com, mais également un article de Natural News, site axé sur la santé, banni de Facebook en raison des contenus mensongers et conspirationnistes qu’il publiait.

Comme plusieurs de ses collègues, M. St-Onge relaie également les vidéos du conférencier et animateur André Pitre, militant anti-immigration qui, par l’entremise du compte « Le Stu-Dio », sur YouTube, alimente de multiples théories du complot.

Après avoir annulé l’entrevue téléphonique planifiée avec La Presse vendredi dernier, M. St-Onge n’a plus répondu à nos messages.

Le fait que des candidats qui aspirent à des postes d’élu relaient de fausses nouvelles est « extrêmement inquiétant » aux yeux de Stéphane Giroux, président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec.

« C’est épouvantable », dit-il sans détour.

« Si [ces candidats] en sont conscients, c’est grave, mais c’est aussi grave s’ils n’en sont pas conscients et qu’ils ne font pas de vérifications. »

— Stéphane Giroux

Pour lui, la propagation des fausses nouvelles « est en train de tuer la démocratie » et les partis politiques devraient redoubler de vigilance. Ces sites « existent dans le seul but de tromper les électeurs et la population », selon M. Giroux, ce qui a pour effet d’« alimenter le cynisme ».

La Presse a tenté d’obtenir une réaction du Parti populaire du Canada, mais son porte-parole et responsable des politiques, Martin Masse, n’a répondu ni à nos courriels ni à nos appels.

Deux complotistes notoires

Le journaliste Stéphane Blais, de La Presse canadienne, s’est intéressée le printemps dernier à deux candidats du Parti populaire particulièrement enclins à diffuser des fausses nouvelles et des théories du complot. Le premier est Ken Pereira, qui a retiré sa candidature dans Portneuf–Jacques-Cartier vendredi dernier. Jusque-là, le syndicaliste était le champion de son parti en ce qui a trait aux contenus fallacieux. Il avait notamment comparé la lutte contre les changements climatiques à « l’État radical islamique » et affirmé qu’un vaccin contre la rougeole causait l’autisme. Il collabore en outre à la baladodiffusion Complot Inc.

La deuxième candidate particulièrement prolifique est Tina Di Serio, qui se présente dans Saint-Michel–Saint-Léonard (Montréal). Celle-ci avait notamment relayé une publication rapportant que le premier ministre Justin Trudeau et la gouverneure générale Julie Payette étaient accusés d’avoir délibérément planifié les meurtres d’autochtones afin de vendre leurs terres à des entrepreneurs chinois.

— Avec la collaboration de Serge Laplante et William Leclerc, La Presse

Exemples de sources controversées*

* Sites dont des textes ont été relayés par des candidats du Parti populaire du Canada. À noter, cela ne signifie pas que les nouvelles partagées par ces candidats étaient systématiquement fausses ou inexactes.

LesManchettes.com

Site québécois publiant régulièrement de fausses nouvelles ou des théories conspirationnistes. Par exemple, le 29 juin dernier, un billet annonçait pour 2036 le « grand remplacement », théorie de l’extrême droite selon laquelle des populations étrangères, vraisemblablement de confession musulmane, se substitueraient aux citoyens d’origine québécoise.

Le Stu-Dio

Sur son compte YouTube « Le Stu-Dio », le militant anti-immigration André Pitre, alias Stu Pitt, alimente toutes sortes de théories conspirationnistes – avec Ken Pereira, il anime des capsules intitulées Complot Inc. En août 2018, un reportage du Journal de Montréal a rapporté au moins une affirmation mensongère qu’il a formulée. Proche du groupe La Meute, M. Pitre a retransmis en direct le lancement de la campagne nationale du Parti populaire le 25 août dernier.

Horizon Québec Actuel

Se qualifiant de « renouveau nationaliste », le site a principalement l’immigration et l’islam dans sa ligne de mire. Il reprend des nouvelles d’autres médias québécois en les tronquant et en en changeant les titres pour les aligner sur ses propres positions. Une analyse de Radio-Canada a décrit sa stratégie en décembre 2018.

Debate Post

Site albertain de droite qui, bien qu’il affirme n’avoir « jamais encouragé le programme d’un parti », attaque systématiquement les positions de Justin Trudeau. Reconnu pour partager des fausses nouvelles et des théories conspirationnistes, le site a été banni de Facebook et de Twitter.

Cap For Canada

Site du Parti de l’action culturelle du Canada, organisation de Colombie-Britannique qui se consacre à « sauvegarder l’héritage et l’identité du Canada ». Affirmant ouvertement son biais chrétien et pro-vie, le groupe souhaite un référendum pour annuler la Loi sur le multiculturalisme canadien. Sa plateforme d’information produit en série des fausses nouvelles et des théories conspirationnistes.

CBN News

Le Christian Broadcasting Network, réseau chrétien américain proche de l’administration de Donald Trump, se positionne « à l’intersection entre nouvelles, foi et propagande », soulignait le réseau Vox en août 2017.

Summit News

Site fondé par Paul Joseph Watson, polémiste britannique d’extrême droite et collaborateur du site américain Infowars. Autant M. Watson que Summit News ont été bannis de Facebook en raison des contenus mensongers jugés « dangereux » qu’ils publiaient.

Alter Info

Anti-migrants, islamophobe et climatosceptique, ce site suisse se positionne « contre la pensée unique et le conformisme » et dénonce « la désinformation des médias traditionnels ». Il multiplie les fausses nouvelles et les complots.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.