Chantier Turcot 

« Ça va tout boucher »

Des travaux menés simultanément sur les deux principaux accès routiers de l’arrondissement de LaSalle font craindre le pire aux entrepreneurs du coin.

Mille cinq cents emplois. Deux cent trente millions de dollars. Les entreprises de l’arrondissement de LaSalle appréhendent d’importantes pertes alors que les deux principaux accès au secteur seront en chantier en 2019. Décaler les travaux comme le demande l’Arrondissement étirerait d’un an tout le projet de l’échangeur Turcot, répond le ministère des Transports du Québec (MTQ).

« Ce qu’ils nous proposent, ça va tout boucher. C’est inacceptable, je dirais même irresponsable », dénonce la mairesse Manon Barbe.

Le projet de l’échangeur Turcot entrera dans une nouvelle phase en début d’année. Les deux principaux accès au réseau routier à LaSalle se trouveront alors en travaux simultanément. Le pont d’étagement du boulevard Angrignon sera en chantier durant toute l’année, tandis qu’une structure doit être démolie dans l’axe du boulevard de La Vérendrye, forçant la fermeture de cette sortie. Cette double entrave devrait ainsi durer 300 jours.

Pour accéder au secteur, il restera ainsi la route 138, mais celle-ci est déjà lourdement hypothéquée par les travaux d’entretien du pont Honoré-Mercier. 

30 minutes

Plusieurs s’attendent à ce que les délais pour entrer à LaSalle ou en sortir s’étirent de 30 minutes l’année prochaine.

Déjà, les gens d’affaires appréhendent les conséquences pour leurs entreprises. « Entretenir le réseau routier, personne n’est contre cela. Mais de toute évidence, il y a eu un manque flagrant dans la planification. Faire cela en simultané, c’est complètement irréfléchi. On vient enclaver LaSalle », dénonce l’entrepreneure Zara-Emmanuelle Villani, présidente d’Enveloppe Concept.

Coup de sonde inquiétant

L’organisme PME Montréal du Grand Sud-Ouest a sondé les 197 entreprises manufacturières de LaSalle sur les conséquences que les travaux auront sur leurs affaires. Les résultats sont frappants : les pertes financières, attribuables notamment aux délais de livraison, pourraient aller jusqu’à 230 millions. De plus, 1500 emplois pourraient être affectés, soit 14 % du secteur industriel de l’arrondissement. « C’est majeur comme impact », constate Joseph Khoury, commissaire industriel.

« Pour les entreprises manufacturières, la main-d’œuvre est spécialisée et provient souvent de l’extérieur. Alors, dire à ces gens qu’ils devront ajouter une heure ou deux à leurs heures de travail, les gens vont réfléchir », appréhende Zara-Emmanuelle Villani.

Les résultats de ce coup de sonde de PME Montréal seront présentés au MTQ demain, alors que les gens d’affaires espèrent convaincre Québec de réviser ses plans lors d’une rencontre de la dernière chance. Les pertes pourraient être plus importantes encore puisque ces données ne couvrent que les pertes des entreprises manufacturières, et non celles des 800 commerçants ayant pignon sur rue à LaSalle.

Ces pertes viendraient s’ajouter à celles qui ont déjà été subies depuis le début des travaux dans l’échangeur Turcot en 2011, ce qui a passablement alourdi la circulation dans tout le sud de l’île. « Depuis que les travaux ont commencé, l’impact est majeur pour les commerçants », se désole Anne-Marie Lelièvre, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie du Sud-Ouest de Montréal.

En plus des conséquences pour les entreprises, certains s’inquiètent des délais sur les services d’urgence, qui seront également pris dans la congestion.

Fin de non-recevoir

LaSalle a tenté de convaincre le MTQ de décaler les travaux pour éviter que les accès Angrignon et de La Vérendrye se trouvent en chantier en même temps, mais la mairesse Barbe dit avoir essuyé une fin de non-recevoir. Seule concession, les travaux, qui devaient débuter à la mi-décembre, ont été reportés en janvier pour éviter de nuire à la période des Fêtes, période critique pour de nombreux commerçants.

« Le report de l’une ou l’autre de ces fermetures aurait des impacts importants sur l’échéancier du projet Turcot, puisqu’une partie des travaux devrait alors être décalée d’au moins un an », explique Martin Girard, porte-parole du MTQ. En plus de retarder l’ensemble du chantier Turcot, un report aurait ainsi des impacts sur d’autres projets en cours et même certains à venir, ajoute-t-on. « Il s’agit de travaux majeurs effectués dans un échéancier très serré», assure M. Girard.

Manon Barbe a aussi demandé un élargissement temporaire de l’intersection du boulevard Angrignon et de la rue Notre-Dame pour faciliter la circulation pendant les travaux, mais la solution a été écartée. Un feu de circulation limitera ainsi les déplacements à une voie en alternance.

Fait inusité, l’Arrondissement a embauché un lobbyiste pour tenter de convaincre le gouvernement Legault de décaler une partie des travaux. De telles démarches sont plutôt rares dans le milieu municipal, les administrations étant plutôt habituées, à l’inverse, de se faire solliciter.

Craintes partagées par Montréal

L’administration Plante dit partager les craintes de LaSalle quant à l’impact des travaux. « Ces 300 jours où il y aura des fermetures conjointes nous inquiètent grandement. On a demandé au MTQ de revoir le calendrier parce que ce n’est pas acceptable », dit Éric Alan Caldwell, élu responsable des transports au comité exécutif.

La mairesse Valérie Plante a discuté du dossier avec le ministre des Transports, François Bonnardel, la semaine dernière lors d’une visite de celui-ci à l’hôtel de ville afin de le sensibiliser.

À défaut de report d’une partie des travaux, Montréal dit chercher des solutions pour réduire les impacts sur la circulation. Un important déploiement policier est envisagé pour tenter d’assurer une certaine fluidité.

Au-delà du MTQ, LaSalle réclame également l’aménagement d’un nouveau pont pour permettre aux automobilistes d’enjamber le canal de Lachine en reliant les rues Notre-Dame et Saint-Patrick. L’arrondissement dit faire cette demande depuis plusieurs années sans avoir eu d’engagement en ce sens.

« Un meilleur désenclavement de LaSalle, c’est vraiment un objectif qu’on partage », assure Éric Alan Caldwell. Une rencontre entre la ville-centre et l’arrondissement doit avoir lieu en début d’année pour tenter de trouver des solutions.

Les fermetures en bref

Boulevard Angrignon

Une portion du boulevard Angrignon sera fermée partiellement du début janvier à la fin de 2019, entre le canal Lachine et la rue Notre-Dame. La circulation se fera en alternance dans une direction puis dans l’autre grâce à des feux de circulation. Des fermetures complètes auront lieu certaines fins de semaine. La configuration sera revue en juillet 2019 et devrait faciliter la circulation, dit le MTQ.

Boulevard De La Vérendye

À partir du 10 décembre, la circulation au sud de l’échangeur Turcot se déroulera en contresens sur les structures de la direction nord de l’autoroute 15. Pour ce faire, il faudra donc fermer la sortie du boulevard De La Vérendrye et de l’avenue de l’Église jusqu’à la fin 2019.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.