Tennis  Coupe Rogers

Montréal, favori des favorites

Année après année, les participants de la Coupe Rogers ne cachent pas leur plaisir d’être à Montréal. Les huit favorites de l’édition 2018 ne font pas exception. Avant d’en découdre sur les courts du stade IGA, elles ont parlé hier de leurs sorties en ville… et quand même un peu du tennis.

Simona Halep

1re mondiale

Roumanie, 26 ans

17 titres en carrière

Un titre en Grand Chelem (Roland-Garros, 2018)

Meilleur résultat à la Coupe Rogers Championne, en 2016

« J’ai vécu l’une des meilleures semaines de ma carrière ici il y a deux ans. J’ai toujours bien joué au Canada, particulièrement ici à Montréal, où j’ai beaucoup de partisans. J’ai toujours été bien accueillie avec tous ces Roumains qui viennent voir mes matchs et qui me font sentir comme si j’étais un peu à la maison. J’ai beaucoup progressé depuis ce tournoi en 2016 et j’espère faire encore bien cette année. […] Cette saison, je n’avais pas pu relaxer beaucoup après ma victoire à Roland-Garros, avec Wimbledon qui arrivait tout de suite. Après ce tournoi, j’ai pris une longue pause du tennis, j’ai pu récupérer, physiquement et émotivement, et je sens que je suis prête à relancer la machine. »

Caroline Wozniacki

2e mondiale

Danemark, 28 ans

29 titres en carrière

Un titre en Grand Chelem (Australie, 2018)

Meilleur résultat à la Coupe Rogers Championne, en 2010

« J’ai toujours aimé ce tournoi, l’ambiance, la foule. J’avais gagné ce tournoi en 2010 et je suis heureuse d’être encore là, de retour en haut du classement cette saison. En remportant mon premier tournoi du Grand Chelem [en Australie, au début de l’année], j’ai atteint la plupart de mes objectifs au tennis et je n’aurai plus à entendre toutes les questions à ce sujet. […] J’ai réussi à éviter les blessures graves depuis plusieurs mois et cela m’a permis de retrouver mon rythme et de revenir à un bon niveau. J’ai toujours bien joué ici, le plateau est très relevé et c’est très motivant. Je me sens beaucoup mieux [elle a dû se retirer du tournoi de Washington en raison d’une petite blessure], j’ai pu m’entraîner un peu ce matin [hier] et j’espère être prête. »

Sloane Stephens

3e mondiale

États-Unis, 25 ans

6 titres en carrière

Un titre en Grand Chelem (Internationaux des États-Unis, 2017)

Meilleur résultat à la Coupe Rogers Demi-finaliste, en 2017

« Je suis très heureuse d’être de retour au Canada, là où j’ai amorcé ma série de succès l’année dernière [demi-finale à Toronto], en route vers ma victoire aux Internationaux des États-Unis. Je suis aussi heureuse d’être de retour sur les surfaces dures, là où je suis plus à l’aise. J’ai repris la compétition la semaine dernière à Washington et j’espère jouer le plus de matchs possible ici, et encore la semaine prochaine à Cincinnati, avant d’aller à New York pour défendre mon titre. J’ai pu m’entraîner un peu ce matin [hier], et c’était déjà très chaud. J’ai l’impression que la chaleur va être suffocante cette semaine, et toutes les filles vont en souffrir ! »

Angelique Kerber

4e mondiale

Allemagne, 30 ans

12 titres en carrière

Trois titres en Grand Chelem (Australie et Internationaux des États-Unis, 2016 ; Wimbledon, 2018)

Meilleur résultat à la Coupe Rogers Demi-finaliste, en 2016

« C’était très spécial de remporter le titre à Wimbledon, mon troisième titre en Grand Chelem. Je pense avoir pu l’apprécier encore plus que les deux précédents, après une saison difficile l’an dernier. J’ai maintenant eu le temps de relaxer, et j’ai hâte de reprendre le boulot. La Coupe Rogers est le premier d’une série de tournois sur surface dure qui nous amènera jusqu’aux Internationaux des États-Unis, le dernier Grand Chelem de la saison. J’aime beaucoup ce tournoi, particulièrement ici à Montréal, avec le shopping et les bons restaurants. Il y a deux ans, j’avais loué un vélo et j’avais pu découvrir un peu la ville. Cette semaine, j’aimerais simplement jouer le plus grand nombre de matchs possible. »

Elina Svitolina

5e mondiale

Ukraine, 23 ans

12 titres en carrière

Meilleur résultat à la Coupe Rogers Championne, en 2017

« C’est un peu étrange de défendre son titre dans une ville différente que celle où on l’a gagné. Montréal est différent de Toronto, l’ambiance est plus européenne, et je suis heureuse d’être ici. J’ai vraiment de bons souvenirs de ma victoire de l’année dernière. J’avais un tirage très difficile, avec plusieurs matchs contre des filles du top 20, mais j’avais trouvé mon rythme dès le premier match et j’étais devenue de plus en plus confiante à mesure que le tournoi avançait. Mon titre m’avait permis d’atteindre mon meilleur classement en carrière [3e] l’année dernière et j’espère pouvoir me relancer cette semaine après une saison un peu décevante jusqu’ici. »

Caroline Garcia

6e mondiale

France, 24 ans

6 titres en carrière

Meilleur résultat à la Coupe Rogers Quarts de finale, en 2017

« J’ai perdu rapidement à Wimbledon et je suis rentrée à la maison pour travailler sur mon jeu. Cela m’a permis de suivre la fin de la Coupe du monde et la victoire de la France. C’était vraiment très excitant. La maison était pleine et tout le monde a célébré après la finale. Je suis maintenant prête à reprendre le boulot, et c’est bien de le faire dans une ville où on parle français ! Le tournoi est très relevé et tous les matchs sont très difficiles, même en qualifications. J’ai beaucoup travaillé au cours des derniers jours et je suis confiante pour la suite de la saison. »

Garbiñe Muguruza

7e mondiale

Espagne, 24 ans

6 titres en carrière

Deux titres en Grand Chelem (Roland-Garros, 2016 ; Wimbledon, 2017)

Meilleur résultat à la Coupe Rogers Quarts de finale, en 2017

« J’aime bien Montréal. C’est un peu moitié Europe, moitié Amérique. J’aime faire un peu de shopping, un peu de cinéma, et il y a de bons restaurants. Le tournoi est très relevé, avec toutes les meilleures qui sont ici. L’ambiance n’est pas celle d’un Grand Chelem, mais le niveau du plateau est comparable. Je me suis blessée récemment [au bras droit] et je dois encore recevoir des traitements. Je devrais pouvoir aller m’entraîner plus tard aujourd’hui [hier] et j’espère que je serai suffisamment rétablie pour jouer cette semaine. »

Petra Kvitova

8e mondiale

République tchèque, 28 ans

25 titres en carrière

Deux titres en Grand Chelem (Wimbledon, 2011 et 2013)

Meilleur résultat à la Coupe Rogers Championne, en 2012

« Ma victoire de 2012 me semble déjà si lointaine. Bien des choses se sont passées depuis dans ma vie. J’ai connu un très bon début de saison, avec cinq titres, mais j’ai eu un peu de difficulté à être constante depuis. Après Wimbledon, j’ai passé 10 jours sans toucher à une raquette et j’en avais vraiment besoin. J’ai eu un peu de difficulté à reprendre ma routine, mais il le fallait bien et me voilà. Je dois travailler ma condition physique et j’avoue que c’était un peu dur aujourd’hui [hier], avec la chaleur et l’humidité. Mais les conditions de jeu sont bonnes, les courts sont rapides, les balles bondissent bien. J’aime beaucoup Montréal. On mange bien, il y a des boutiques juste en face de l’hôtel… »

Tennis  Coupe Rogers

Fernandez s’est bien battue

La Canadienne Leylah Fernandez a passé bien près d’un exploit hier en qualifications pour le tableau principal de la Coupe Rogers. La joueuse de 15 ans, 730e mondiale (13e chez les juniors), s’est battue pendant plus de deux heures avant de s’incliner, 6-2, 3-6 et 4-6, devant la Britannique Katie Boulter (118e mondiale).

Fernandez, qui a atteint les demi-finales du tournoi junior de Roland-Garros au printemps, participait à la Coupe Rogers pour la première fois de sa jeune carrière. Après avoir remporté le tournoi de préqualification réservé aux jeunes Canadiennes, jeudi, elle avait disposé samedi au premier tour des qualifications de la Polonaise Alicja Rosolska, une spécialiste du double.

Hier, devant plusieurs centaines de spectateurs entassés dans les gradins du court 5 du stade IGA, la Lavalloise affrontait une joueuse plus grande et plus puissante qu’elle, mais elle a joué avec un aplomb remarquable. Fernandez s’est accrochée sur tous les points et elle a forcé sa rivale à lutter jusqu’au bout. Dans le dernier jeu, après être venue à deux points de créer l’égalité à 5-5, elle ne s’est inclinée qu’à la troisième balle de match, recevant ensuite les applaudissements nourris d’une foule séduite par sa détermination.

« C’était vraiment spécial d’évoluer devant tant de spectateurs et je les remercie vraiment de m’avoir soutenue de cette façon. »

— Leylah Fernandez

« Je suis déçue de ne pas avoir pu leur offrir la victoire, a souligné l’adolescente en point de presse. Je n’ai pas très bien joué au début de la troisième manche, je n’ai pas réussi à appliquer le plan que nous avions préparé avec mon entraîneur et mon père. Je suis fière de m’être battue jusqu’au bout, mais c’est dommage que j’aie attendu d’être menée 4-1 en troisième manche avant de me réveiller. »

Fernandez, qu’on reverra sûrement à la Coupe Rogers, va sans doute maintenant se concentrer sur d’importants tournois juniors : les Internationaux juniors de Repentigny, puis les Internationaux juniors des États-Unis. Elle devrait aussi prendre part à d’autres tournois professionnels et va sûrement progresser rapidement au classement mondial.

« C’était mon objectif de jouer dans la Coupe Rogers cette année et j’ai beaucoup appris de mes matchs, mais aussi en voyant comment les autres joueuses s’entraînent et préparent leurs matchs. J’aurais aimé gagner aujourd’hui, mais mes performances cette semaine vont me donner envie de travailler encore plus fort ! »

Marino tombe

L’autre Canadienne toujours en lice en qualifications, Rebecca Marino, a elle aussi subi la défaite. La Britanno-Colombienne a été battue, 7-5 et 6-4, par la Chinoise Qiang Wang en 1 h 23 min. Le défi était de taille, puisque Wang vient au 53e rang de la WTA.

« C’est la joueuse la mieux classée que j’ai affrontée depuis mon retour, et je sens que j’avais la possibilité de gagner. Je ne veux pas dire qu’elle n’a pas gagné, mais je l’ai aidée, j’ai perdu le match. Dans un sens, ça me rend heureuse, car je sais sur quoi je peux travailler dans les prochaines semaines. »

— Rebecca Marino

Marino tente cette saison un retour au jeu après avoir quitté la compétition en 2013, en raison d’une grave dépression. Classée 310e au monde, elle engrangera 20 points au classement grâce à sa performance cette fin de semaine, ce qui devrait lui permettre d’intégrer le top 300.

« J’ai commencé mon retour dans des tournois à 15 000 $ contre des joueuses qui n’ont pas de classement et là, je suis dans un tournoi de catégorie Premier 5, contre la 53e au monde, qui vient de gagner un titre. C’est toute une courbe d’apprentissage, mais je sens que je suis à ma place avec des joueuses comme elle. Je dois juste me rappeler que je suis à ma place et me concentrer sur les résultats à long terme, plutôt que sur les petits accidents de parcours. »

Marino prévoit maintenant participer au tournoi ITF de Vancouver, qui s’amorcera le 11 août. Avant de quitter Montréal, elle participera toutefois à un événement du mouvement FearlesslyGirl, sous la forme de discussion avec de jeunes filles de 11 à 18 ans sur le thème de l’estime de soi.

Coupe Rogers

Passer tout droit...

En tant que 27e joueuse mondiale, Carla Suárez Navarro ne devrait pas passer par les qualifications. Mais c’est ce qu’elle a dû faire en fin de semaine à Montréal. Pourquoi ? « J’ai oublié la date limite. Quand j’ai voulu m’inscrire au tableau principal, il était trop tard. C’est la première fois en six ou sept ans que ça m’arrive ! » La date limite pour les qualifications est toutefois deux semaines plus tard, donc Navarro a pu se reprendre. « Normalement, je m’inscris moi-même à mes tournois, car je veux m’assurer de respecter les échéances. Mes entraîneurs surveillent également ça, mais cette fois, on a tous oublié. » Tout est bien qui finit bien pour Navarro, qui a facilement gagné ses deux matchs, dont celui d’hier, quand sa rivale, Kateryna Bondarenko, a abandonné après la première manche. « C’est mon premier tournoi depuis Wimbledon, donc ce n’est pas mauvais d’avoir joué des matchs pour me réhabituer à la surface dure », relativise-t-elle. L’oubli aurait toutefois pu lui coûter cher, car une joueuse qui perd au premier tour des qualifications n’empoche que 1970 $. Une défaite au premier tour du tableau principal permet tout de même de toucher un chèque de 8015 $. — Guillaume Lefrançois, La Presse

Coupe Rogers

abanda et williams dès aujourd’hui

Pour une première journée, la Coupe Rogers ne manquera pas de piquant aujourd’hui, puisqu’on verra en action deux anciennes numéros 1 mondiales, de même qu’une Québécoise. Ainsi, le troisième match de la journée sur le central mettra aux prises l’Américaine Venus Williams et sa compatriote Caroline Dolehide, 113e joueuse mondiale. Pour le programme du soir, ce sera d’abord Maria Sharapova contre la Bulgare Sesil Karatantcheva. La Québécoise Françoise Abanda conclura la soirée en se frottant à la Belge Kirsten Flipkens, 45e mondiale et issue des qualifications. Enfin, notons qu’Eugenie Bouchard et Sloane Stephens disputeront dès aujourd’hui leur premier match de double. Ce sera le deuxième match du jour sur le terrain Banque Nationale.

— Guillaume Lefrançois, La Presse

double

Bouchard contre Dabrowski

Par ailleurs, le tableau du tournoi en double a été dévoilé hier. Notons que deux Canadiennes s’affronteront au premier tour. Eugenie Bouchard et Sloane Stephens se mesureront en effet à la spécialiste canadienne du double, Gabriela Dabrowski, et à sa partenaire Yifan Xu. Cette dernière équipe est 5e tête de série. La Québécoise Françoise Abanda participera elle aussi au tournoi en double, en compagnie de l’Allemande Tatjana Maria. Les deux autres Canadiennes joueront au sein du même tandem. Il s’agit de Rebecca Marino et de Carson Branstine.

— Guillaume Lefrançois, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.