Opinion

Partir en croisade !

C’est décidé, je ne ferai pas la police tout l’été comme l’année dernière ! Je vais faire mieux ; en période estivale, j’entends exercer sans scrupules mon pouvoir suprême et appliquerai une dictature anti-numérique, rien de moins ! Je m’explique…

Si vous avez des enfants, particulièrement des garçons de 9 à 14 ans, peut-être vivez-vous la même chose…

Les vacances à peine commencées, mon fils encore ensuqué du réveil matinal n’a qu’une idée en tête, retrouver tablette, écran, jeux vidéo, téléphone afin de connecter avec ses amis virtuels. Quelle perte de temps !

Mon indulgence des premiers jours de congé s’est rapidement transformée en écœurantite aiguë ! Pincez-moi, je rêve ! Il est hors de question de revivre le copier-coller de l’été 2018 ! Rivaliser continuellement avec Fortnite, les streamers insignifiants, Clash Royale, YouTube et cie ? NON MERCI !

Oui, la mèche est très courte et comme beaucoup d’entre vous, je suis échaudée ! Le sujet est épineux… Comme vous, je suis alarmée par les études sérieuses qui sortent sporadiquement sur le temps d’écran et le cerveau de nos jeunes. Comme vous, je suis entourée de parents rapportant exactement la même galère avec leur progéniture. Et certainement comme vous, il y a des jours où je flanche un peu, je baisse la garde, faute de patience et d’arguments, et fais la politique de l’autruche parce que j’en ai vraiment marre !

Mais je n’ai pas dit mon dernier mot ! D’un commun accord avec ma sœur et quelques ami(e)s qui vivent une situation semblable, nous partons en croisade et sommes bien décidés à remporter cette bataille numérique, du moins pour les mois d’été !

Telle une régente intraitable, je vais contrôler d’une main de fer le monde virtuel de mon fils et en limiter l’accès. Peu m’importe le chialage, les protestations et la rouspétance ! Je suis prête, just watch me !

Ça vous tente de partir en mission, vous aussi ? Pourquoi ne pas l’essayer et en reparler à la rentrée ?

Au programme cet été : être dehors, s’amuser de façon insouciante avec les copains, faire du sport, des parties de backgammon, se baigner dans le lac, rire aux éclats, discuter, lire, se promener dans les bois, vivre de vraies aventures, se raconter des histoires, profiter du moment présent…

Bref, des vacances simples, saines où je compte bien faire réaliser à fiston qu’il y a une différence entre égarer volontiers la notion du temps et perdre son temps…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.