campus universitaires

Un programme prometteur pour prévenir les agressions

Le programme éducatif baptisé BERA pourrait réduire de 46 % les agressions sexuelles des jeunes femmes sur les campus universitaires, selon la chercheuse Isabelle Daigneault, du département de psychologie de l’Université de Montréal, qui mène un projet de recherche sur le sujet. Cette version bonifiée du programme « Évaluer, reconnaître, agir » permettrait aux jeunes femmes de « reconnaître le risque d’agression plus rapidement, d’avoir un plus grand sentiment d’efficacité d’autodéfense ainsi qu’une meilleure connaissance des stratégies de résistance efficaces », croit Mme Daigneault, qui a mesuré l’efficacité du programme auprès d’étudiantes âgées de 17 à 24 ans dans différentes universités au pays. « Pour chaque tranche de 13 femmes ayant pris part à BERA, on prévient une tentative d’agression sexuelle au cours de l’année suivante », évalue-t-elle. Au Canada, une femme sur quatre a été victime d’une agression ou d’une tentative d’agression durant ses études. — Jean Siag, La Presse

Santé

Une nouvelle analyse associe vapotage et marijuana

Les adolescents et les jeunes adultes qui vapotent sont plus susceptibles de consommer aussi de la marijuana, indique une nouvelle analyse réalisée par un chercheur maintenant au CHU Sainte-Justine.

La méta-analyse du docteur Nicholas Chadi, qui a été publiée hier par le journal médical JAMA Pediatrics, révèle une propension de trois à quatre fois plus élevée des jeunes à consommer ou à avoir consommé du cannabis parmi ceux qui se sont adonnés au vapotage.

Le risque de consommation de marijuana était plus élevé chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans qui vapotaient que chez les jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans.

« C’est une trouvaille importante pour nous », affirme le Dr Chadi, pédiatre spécialisé en toxicomanie et médecine de l’adolescence.

« Le risque est plus élevé dans les deux sous-groupes, mais il est presque deux fois plus élevé chez les plus jeunes. »

— Le Dr Nicholas Chadi

Menée au Boston Children’s Hospital/Harvard Medical School, la méta-analyse « Association Between Electronic Cigarette Use and Marijuana Use Among Adolescents and Young Adults » portait sur 21 études regroupant près de 130 000 participants.

Cette méta-analyse, qui serait la première publiée dans la littérature à associer cannabis et vapotage, ne permet pas de conclure que le vapotage mène directement à la marijuana – mais la situation commence à se préciser.

« Quand on a un grand nombre d’études qui montrent une association dans une même direction, et qu’on s’aperçoit que l’association se maintient dans les études longitudinales et les études transversales, on a une bonne raison de penser que l’exposition au vapotage est une partie de la cause de l’initiation de la marijuana. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.