ça fait jaser

Ces personnalités font parler d’elles pour le meilleur ou pour le pire. Tour d’horizon des nouvelles d’ici ou d’ailleurs qui animeront les conversations autour de la machine à café.

Arts

Nouveau défi pour Simon Brault

Simon Brault, actuel directeur général du Conseil des arts du Canada, vient d’être nommé à la présidence de la Fédération internationale des conseils des arts et agences culturelles (IFACCA). L’annonce a été faite hier lors du congrès de l’organisme qui se déroule cette semaine à Kuala Lumpur, en Malaisie.

« C’est un immense honneur, a déclaré Simon Brault, joint par La Presse à Kuala Lumpur. Le Conseil des arts du Canada a adopté diverses mesures innovatrices ces dernières années et je crois que c’est ce qui a convaincu le comité de sélection de me confier ce mandat. »

L’IFACCA regroupe les conseils des arts et les agences culturelles de 80 pays. Simon Brault présidait depuis un an la section américaine de la Fédération. 

« C’est une fédération très importante. Elle est présente sur tous les continents. Si je fais un parallèle avec l’UNESCO, par exemple, je disais que cela peut prendre beaucoup de temps pour faire avancer les choses. L’IFACCA est beaucoup plus souple, plus prompte à réagir. »

— Simon Brault, nouveau président de la Fédération internationale des conseils des arts et agences culturelles

L’IFACCA favorise les échanges d’idées et de concepts. Mais c’est aussi une fédération qui favorise la mise sur pied d’initiatives et de projets. « Des projets de résidences d’artistes et des programmes de leadership sont créés grâce à la rencontre des représentants », explique Simon Brault.

Nommé à la direction du Conseil des arts du Canada en 2014, Simon Brault a récemment vu son mandat renouvelé pour quatre années de plus. Les mesures que l’organisme a adoptées afin de favoriser la diversité et l’équité dans le secteur des arts, ainsi que les changements apportés au système d’attribution des subventions et des bourses lui ont procuré une certaine cure de jouvence.

« J’ai l’intention d’amener cette approche à l’IFACCA, souligne-t-il. Il faut, à mon avis, revoir le modèle de gestion des arts à l’échelle mondiale, un modèle qui est né au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. »

Simon Brault est le premier Canadien à présider l’IFACCA. Il est aussi le premier francophone à occuper ce poste. Son mandat est de trois ans.

Ça fait jaser

Les fidèles de Just For Laughs sont de retour

Les noms des premiers artistes qui participeront au 37e festival Just For Laughs ont été dévoilés hier matin. Une programmation qui compte de véritables habitués, dont Trevor Noah. L’humoriste d’origine sud-africaine montera cette fois sur la scène du Centre Bell le 26 juillet avec son spectacle-concert Trevor Noah’s Loud and Clear. Autre abonné à Just For Laughs, l’Australien Jim Jefferies sera à la barre de deux galas à la salle Wilfrid-Pelletier. L’humour britannique sera bien représenté lors du festival : Michael McIntyre présentera son Big World Tour au Théâtre Maisonneuve alors que Jimmy Carr et Sarah Millican seront de la soirée Brit(ish) au MTelus. Le classique Ethnic Show sera de retour pour 19 soirs, piloté cette année par Cristela Alonzo. 

— Stéphanie Vallet, La Presse

Ça fait jaser

James Bond conduira un bolide électrique

Après avoir pollué la planète sans culpabilité avec ses innombrables déplacements aériens et participé à de multiples scènes de destruction massive, James Bond vire au vert. Dans le 25e et prochain opus, actuellement en tournage sous le titre de travail de Shatterhand, l’espion le plus connu de la Terre (Daniel Craig) conduira une Aston Martin Rapide E complètement électrique. C’est ce qu’a rapporté, tard mardi soir, The Sun. Selon le journal anglais, c’est le réalisateur Cary Joji Fukunaga qui a insisté pour cet ajout de modernité. Pour les intéressés, précisons qu’il n’existe que 155 unités de ce modèle, en vente au prix de 250 000 livres.

— André Duchesne, La Presse

Ça fait jaser

Deux séries québécoises à Cannes

Créé l’an dernier, le festival Canneseries sera de retour du 5 au 10 avril, en même temps que le Marché international des programmes de télévision (MIPTV). L’évènement, destiné à « valoriser et incarner les séries du monde entier », a retenu deux séries québécoises en compétition dans la catégorie Séries courtes. Écrite par Nathalie Doummar et réalisée par Julien Hurteau, Teodore pas de H suit le parcours d’un trentenaire TDAH (Philippe-Audrey Larrue St-Jacques) qui décide de terminer son secondaire dans une école multiethnique pour adultes ; elle sera en ligne au Québec dès le 11 avril. En lice dans la même catégorie, La maison des folles a été pilotée par Mara Joly. Cette comédie dramatique, inspirée de l’année des 15 ans de la réalisatrice en famille d’accueil, relate la naissance d’une sororité improbable dans un demi-sous-sol beige pour adolescentes « à problèmes ». L’an dernier, la Québécoise Zoé Pelchat avait remporté les honneurs avec sa websérie Dominos.

— Stéphanie Vallet, La Presse

Ça fait jaser

Rosie O’Donnell a été agressée
sexuellement par son père

Dans un livre à paraître sur l’histoire de The View, talk-show auquel elle a participé pendant deux saisons, Rosie O’Donnell confie qu’elle a été agressée sexuellement par son père, Edward Joseph. « J’étais très jeune lorsque ç’a commencé », a précisé l’animatrice à l’auteur de l’ouvrage, Ramin Setoodeh. Même si Rosie O’Donnell, qui a perdu sa mère à l’âge de 10 ans, n’avait jamais levé le voile sur ce lourd secret, le magazine Variety rappelle qu’elle a toujours défendu les victimes de violences sexuelles, dont la fille de Woody Allen, Dylan Farrow. « Je suis très anti-Roman Polanski et anti-Woody Allen », dit-elle dans Ladies Who Punch : The Explosive Inside Story of The View, qui sera publié le mois prochain.

— Véronique Lauzon, La Presse, d’après Variety

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.