L’hypothèque inversée :  comment ça marche ?

Alors qu’un prêt hypothécaire conventionnel permet de faire l’acquisition d’une propriété maintenant et de rembourser l’emprunt par mensualités, l’hypothèque inversée fait tout le contraire : elle génère un revenu en retour d’une dette grandissante. Voici un survol de ce mode de financement peu connu.

À qui s’adresse l’hypothèque inversée  ?

L’hypothèque inversée est un mode de financement offert aux propriétaires canadiens âgés de 55 ans ou plus. Certaines régions urbaines et rurales sont exclues.

L’organisme Retraite Québec précise cependant que la solution s’adresse surtout aux citoyens de 62 ans ou plus en bonne santé et qui n’ont pas l’intention de transmettre leurs avoirs à une succession. Si la résidence principale est entièrement libre d’hypothèque, le montant consenti sera plus généreux.

Comme d’autres modes de financement s’avèrent généralement plus avantageux, l’hypothèque inversée est considérée comme une solution de dernier recours lorsque les moyens financiers sont limités.

Un supplément de revenu libre d’impôt

L’institution financière accorde un prêt équivalant à 10 % à 40 % de la valeur estimée de la propriété. Le taux exact peut varier en fonction de l’âge du propriétaire, de son état de santé, des taux d’intérêt en vigueur et des conditions du marché.

L’argent peut ensuite être encaissé en totalité, versé en montants périodiques ou selon une combinaison des deux. Comme il s’agit d’un prêt, les sommes reçues sont libres d’impôt et n’ont pas d’effet négatif sur les prestations gouvernementales comme le Supplément de revenu garanti et la Sécurité de la vieillesse.

Un prêt sans remboursement à court terme

Aucun paiement n’est exigé jusqu’à la vente de l’habitation ou en cas de déménagement. Au moment du décès du propriétaire, la succession devient responsable du remboursement. L’hypothèque inversée permet ainsi d’obtenir des liquidités immédiates et de ne régler la note que plus tard, à l’aide du profit d’une transaction immobilière ou des avoirs laissés en héritage.

Les frais à prévoir

L’obtention d’une hypothèque inversée engendre des frais divers qui viennent réduire le montant réel versé : 

Frais d’évaluation de la maison et de recherche de titres

• Frais liés à un nouveau prêt hypothécaire (frais juridiques, rapport d’évaluation, certificat de localisation, etc.)

• Frais de quittance liés au prêt hypothécaire existant (si nécessaire)

• Honoraires de gestion

Le taux d’intérêt est élevé comparativement à un prêt hypothécaire traditionnel ou même à une marge de crédit hypothécaire. Des pénalités peuvent également s’appliquer en cas de remboursement anticipé – après un déménagement imprévu à cause de problèmes de santé, par exemple.

Où obtenir une hypothèque inversée ?

Au Québec, ce mode de financement n’est offert qu’auprès de la Banque HomEquity – bien que la plupart des institutions financières et courtiers hypothécaires puissent agir comme intermédiaire.

Même si elle porte le nom officiel de Programme canadien de revenu résidentiel (ou CHIP pour Canadian Home Income Plan), l’hypothèque inversée demeure le produit financier d’une société privée et n’est aucunement endossée par le gouvernement canadien.

Envisager plusieurs options

Même si le financement accordé n’est que de 10 % à 40 % de la valeur de la propriété, c’est une proportion de 60 % à 90 % qui est utilisée pour garantir le prêt. D’autres solutions exploitent mieux la valeur nette du bien immobilier.

Par exemple, une marge de crédit hypothécaire peut servir de levier pour débloquer un montant plus élevé qui peut être ensuite investi : les revenus de placements peuvent alors couvrir (ou surpasser) les intérêts du prêt et libérer une rente mensuelle. Il est également envisageable de vendre la propriété et de déménager dans un logement ou une habitation plus abordable, en empochant la différence.

Pour déterminer quel mode financement est le plus avantageux pour vous, renseignez-vous auprès de votre conseiller financier.

Sources : Gouvernement du Canada et Retraite Québec

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.