Un commanditaire majeur pour Alex Labbé

À moins de rouler sur l’or, très littéralement, il n’y a jamais rien de bien certain en course automobile, mais pour Alex Labbé, il y a au moins ceci de certain : grâce à l’appui d’un nouveau commanditaire, il pourra bel et bien participer aux prochaines courses de la série NASCAR Xfinity.

La raison en est fort simple : l’arrivée d’un nouveau commanditaire majeur, BRP, par l’entremise de sa marque Can-Am. C’est ce nouvel acteur qui offrira son soutien financier au pilote québécois lors de quatre courses de la série NASCAR Xfinity, à compter du 18 septembre à Bristol, au Tennessee.

« C’est quelque chose qui est vraiment spécial », commence par dire Labbé en entrevue téléphonique avec La Presse.

« Avec DGM Racing, nous formons une petite équipe, et c’est un peu grâce à Can-Am que j’ai pu commencer ma carrière, puisque j’ai déjà été associé avec eux en 2016. Ils veulent m’aider à terminé le calendrier de 2020. C’est très québécois, notre affaire, à partir du propriétaire de l’équipe, Mario Gosselin, qui est un gars de la Beauce. Avec cette association, on peut devenir de plus en plus compétitifs et espérer pouvoir viser le top 15. »

Appui financier d’ici

Il faut ajouter qu’en plus de BRP, Labbé peut aussi miser sur l’appui financier d’autres entreprises québécoises dans son aventure, et tout cela n’est pas étranger à son actuelle ascension ; au moment de se préparer pour les courses de vendredi et de samedi, présentées à Richmond en Virginie, Labbé arrivait au 17e rang du classement des pilotes de la série Xfinity, et c’est pour lui une grande source de fierté… même s’il sait que le meilleur est à venir.

« C’est sûr que l’association avec BRP est importante, d’abord pour des raisons financières. »

— Alex Labbé

« Si on n’a pas les sous en course automobile, on ne peut pas s’améliorer. Mais jusqu’ici, malgré tout ce qui arrive avec la pandémie, on connaît toute une saison, et on ne s’attendait pas à ça. Le but, c’était de pouvoir s’associer avec un commanditaire majeur comme BRP. Le calendrier se termine le 7 novembre avec une course à Phoenix et on veut être là jusqu’au bout. Il nous reste neuf courses et on veut être capables de finir ça en beauté. »

Pandémie et course

Au moment de l’appel jeudi après-midi, Alex Labbé était encore chez lui, à Saint-Albert, et n’allait partir pour Richmond que la journée même de la course, soit vendredi. Ainsi va la vie de coureur automobile en temps de COVID-19, où les petites habitudes d’un peu tout le monde ont été bousculées.

« Pour nous, on est une petite équipe, avec environ quatre ou cinq personnes qui se côtoient de manière régulière, alors ce n’est pas si mal… on respecte notre petite bulle et on fait nos affaires ensemble. La pandémie, c’est plus problématique pour les plus grosses équipes, qui ont moins de temps pour essayer de nouvelles choses et pour faire des tests.

« Sinon, ça n’a pas trop changé. Il y a des pistes sans aucun fan, il y a des pistes où on accepte un nombre limité de fans. Ce qui est surtout différent, c’est avant et après la course ; dans le NASCAR, il y a cette culture des rencontres, où les fans peuvent d’habitude aller sur la piste pour nous parler et échanger avec nous, et ça, ce n’est plus possible pour le moment. Mais autrement, on ne se le cachera pas, c’est la même affaire ; j’entre à l’intérieur de la voiture et je dois la conduire pareil ! »

Et puis enfin, comme nous tous, Alex Labbé espère maintenant que la prochaine année sera meilleure que celle-ci.

« C’est tout ce que je souhaite, a-t-il ajouté. Je veux que 2020 se finisse bien… et ensuite, que 2021 soit une très bonne année ! »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.