Funérailles de Paul Gérin-Lajoie

« Il appartient à la nation tout entière »

Les funérailles nationales de Paul Gérin-Lajoie, premier ministre de l’Éducation de l’histoire du Québec, ont été célébrées hier en la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, au centre-ville de Montréal. Une véritable pluie d’hommages.

ILS ONT DIT…

« C’est un homme qui a profondément marqué l’histoire du Québec moderne. Sa vision d’un Québec éduqué où les gens avaient un rayonnement partout dans le monde, je sais qu’elle a profondément marqué mon histoire et celle de nous tous au Québec. C’est un moment pour se souvenir de ce qu’il a fait. »

— Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« C’est un grand pionnier canadien, un grand bâtisseur, visionnaire. Il était un passionné d’éducation – je le suis aussi –, un passionné d’aide internationale, passionné tout court. Paul Gérin-Lajoie a suscité des changements profonds dans notre société. […] Personnellement, j’ai eu la chance de le côtoyer surtout au début des années 90, quand il a lancé la dictée. »

— Julie Payette, gouverneure générale du Canada

« C’est probablement le grand bâtisseur de la modernité québécoise. C’est l’éducation qui a émancipé les Québécois dans les années 60, il ne faut jamais l’oublier. Mais il ne faut pas oublier non plus son rôle en développement international : c’était un grand homme de plusieurs façons et pour longtemps. »

— Philippe Couillard, premier ministre du Québec

C’était « un homme hors du commun », « un humaniste qui voulait changer le monde ». « Le géant québécois qu’il a été appartient à la nation tout entière. »

— Son fils François Gérin-Lajoie

« Les 26 lettres de l’alphabet sont pleines de joie » et transporteront Paul Gérin-Lajoie « vers l’immortalité ».

— Dany Laferrière

— Avec La Presse canadienne

Transport

L’échangeur Turcot presque entièrement fermé ce week-end

Le secteur de l’échangeur Turcot, dans le sud-ouest de Montréal, sera à éviter pendant tout le week-end. Presque toutes les bretelles routières qui relient les autoroutes 15 et 20 ainsi que la route 136 seront fermées à la circulation à partir de minuit ce soir, jusqu’à 5 h lundi matin.

De plus, les travaux de construction du nouveau pont Champlain entraîneront aussi des entraves majeures de part et d’autre du fleuve Saint-Laurent durant toute la fin de semaine.

Échangeur Turcot

La route 136 (autoroute Ville-Marie) sera ainsi fermée dans les deux directions entre le centre-ville et l’échangeur Turcot, à partir de minuit ce soir, jusqu’à 5 h lundi matin.

Les bretelles de la route 136 en direction et en provenance de l’autoroute Décarie (A15) seront aussi fermées pendant toute la fin de semaine. 

À noter que l’autoroute 15 Nord, au nord de l’échangeur Turcot, est partiellement fermée, avec une seule voie de circulation disponible entre la sortie de la rue Sherbrooke et le tunnel Notre-Dame-de-Grâce.

À l’ouest de l’échangeur, l’autoroute 20 Ouest sera aussi fermée jusqu’à la hauteur de la 1re Avenue, dans l’arrondissement de Lachine. En conséquence, il sera aussi impossible de prendre la direction de la Rive-Sud via le pont Honoré-Mercier à partir de l’autoroute 20 Ouest.

Par contre, le pont Mercier, où la circulation est aussi réduite à une seule voie par direction, jusqu’au 20 août, sera accessible à partir de l’autoroute 20 Est. Il n’y aura aucune entrave majeure sur l’A20 Est jusqu’à la hauteur de l’échangeur Turcot, et la bretelle reliant l’autoroute au pont Champlain, via l’autoroute 15 Sud, sera ouverte à la circulation.

Enfin, sur le réseau local de Montréal, la rue Saint-Jacques sera fermée à la circulation entre la rue De Courcelle et le boulevard Décarie à partir de 22 h, ce soir, jusqu’à 5 h lundi matin.

Autoroute 15 Nord–L’Île-des-Sœurs

Les automobilistes qui entrent à Montréal par le pont Champlain doivent aussi noter que l’autoroute 15 Nord sera complètement fermée sur un court tronçon à partir de la sortie 58 de L’Île-des-Sœurs, dès la sortie du pont, jusqu’à l’entrée du boulevard Gaétan-Laberge.

Pour rependre l’A15 en direction nord, le chemin de détour passera par la sortie 58 et l’autoroute Bonaventure, vers le centre-ville. Les usagers pourront alors faire demi-tour en empruntant la sortie 2, et en reprenant l’autoroute Bonaventure (A10) en sens inverse jusqu’au boulevard Gaétan-Laberge.

Pour toute la fin de semaine, l’entrée de l’A15 Nord à partir de L’Île-des-Sœurs sera elle aussi fermée à la circulation à compter de 22 h ce soir, jusqu’à lundi matin.

Enfin, sur la Rive-Sud, la route 132 sera fermée dans les deux directions à la hauteur du pont Champlain actuel, afin de permettre le démantèlement d’échafaudages et l’installation de dalles. Le trafic sera détourné vers les voies de desserte, de part et d’autre de la route 132.

Enquête de l’UPAC à Terrebonne

La cour interdit à un ex-chef de cabinet de vendre sa maison

Daniel Bélec, ancien chef de cabinet de l’ex-maire de Terrebonne Jean-Marc Robitaille – tous deux arrêtés en mars dernier par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) –, ne pourra pas vendre sa résidence pendant le processus judiciaire. Un juge a rendu une ordonnance de « blocage de produits de la criminalité » visant sa maison.

Daniel Bélec fait face à des accusations d’abus de confiance et de corruption dans les affaires municipales pour sa participation à un système de partage de contrats municipaux à la Ville de Terrebonne dans les années 2000.

L’ex-maire de Terrebonne Jean-Marc Robitaille, le directeur général de la Ville Luc Papillon, l’entrepreneur Normand Trudel et l’ancien président de la firme d’ingénierie Leroux Beaudoin Hurens et Associés (LBHA), Jean Leroux, ont également été accusés au terme de l’enquête Médiator de l’UPAC.

blocage

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a obtenu la semaine dernière une ordonnance pour empêcher Daniel Bélec de se débarrasser d’une quelconque façon de sa résidence de 400 000 $ de la rue des Albatros à Terrebonne. Le DPCP craignait de ne plus être en mesure de confisquer la maison de Daniel Bélec en tant que produit de la corruption au terme du processus judiciaire.

En d’autres termes, Daniel Bélec et sa conjointe peuvent continuer d’habiter dans leur maison ; ils ne peuvent toutefois ni la vendre, ni la louer, ni la détruire ou la modifier sans le consentement du DPCP. Ils doivent également permettre au DPCP d’accéder à la maison à tout moment pour en faire l’inspection.

Une propriété de l’ex-maire Robitaille a également fait l’objet d’une telle ordonnance en septembre dernier, avant le dépôt des accusations criminelles, avait rapporté La Presse. Un juge avait rendu une ordonnance de blocage visant le chalet de M. Robitaille à Saint-Jean-de-Matha, à la demande de l’UPAC.

Voyages et argent

Selon l’UPAC, Daniel Bélec et Jean-Marc Robitaille auraient obtenu des voyages et de l’argent de la part d’entrepreneurs et de firmes d’ingénierie en échange de changements de zonage avantageux ou d’informations privilégiées dans le cadre d’appels d’offres publics de la Ville de Terrebonne.

Ce système aurait été implanté en 2001 lors de la fusion des villes de Lachenaie, La Plaine et Terrebonne. Daniel Bélec était d’ailleurs maire de La Plaine à cette époque. Ce système aurait ensuite persisté jusqu’en 2012.

Faits divers

Un homme poignardé à mort au parc Émilie-Gamelin

Un homme a été poignardé à mort au parc Émilie-Gamelin, à Montréal, dans la nuit de mercredi à hier. Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), plusieurs appels ont été faits au 911, vers 2 h 40, concernant une agression armée dans le parc adjacent à la station de métro Berri-UQAM. Des témoins ont raconté aux policiers qu’une dispute entre deux hommes aurait mené un suspect à poignarder un homme au haut du corps avec « un objet piquant ». « La victime se serait alors sauvée et se serait effondrée sur la rue Saint-Hubert », a expliqué l’agent Julien Lévesque, porte-parole du SPVM. Transporté dans un état critique à l’hôpital, l’homme a succombé à ses blessures en matinée. La victime serait un homme de 30 ans « connu des policiers », selon l’agent Lévesque. Le suspect avait pris la fuite avant l’arrivée des policiers, mais une enquête est en cours pour le retrouver.

— Vincent Larouche, La Presse

immigration

Le demandeur d’asile saoudien recouvre la liberté

Le demandeur d’asile saoudien dont le renvoi a été stoppé mercredi pourra quitter le Centre de prévention de l’immigration de Laval, où il était détenu depuis deux semaines. La Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR) a jugé que l’intervention du Comité des droits de l’homme de l’ONU, qui a accepté d’étudier le dossier et appelé le Canada à suspendre le processus d’expulsion, ne justifiait plus le maintien de la détention. L’homme est actuellement hospitalisé et n’a pas pu assister à l’audience de révision de sa détention. L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ne s’est pas opposée à la libération. « Le Canada a reçu une demande du Comité des droits de l’homme des Nations Unies. Les demandes du Comité sont toujours examinées attentivement par le Canada. Le Canada accorde généralement à l’ONU le temps d’examiner un cas de manière plus approfondie avant d’exécuter un renvoi, mais chaque demande est analysée avec soin et évaluée au cas par cas », a commenté l’ASFC hier en début de soirée.

— Agnès Gruda, La Presse

Marijuana

1,4 million

Une nouvelle enquête de Statistique Canada révèle qu’environ 1,4 million de Canadiens ont déclaré avoir été passagers d’un véhicule conduit par une personne qui avait consommé du cannabis au cours des deux heures précédentes. De plus, un consommateur de cannabis sur sept ayant un permis de conduire a répondu avoir pris le volant au moins une fois, moins de deux heures après avoir fumé la drogue au cours des trois derniers mois. Les hommes étaient presque deux fois plus susceptibles que les femmes de signaler ce comportement.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.