Résultats financiers

Boralex déçoit

Malgré des revenus en hausse de 16 %, le producteur québécois d’énergie renouvelable Boralex affiche une perte de 36 millions au troisième trimestre, comparable à celle de la même période l’an dernier (37 millions). La production d’énergie a augmenté, mais moins que ce que l’entreprise avait anticipé, en raison de rendements inférieurs de ses installations éoliennes et hydroélectriques. Le bénéfice d’exploitation du trimestre atteint 45 millions, en hausse de 16 %. Le titre a fini la journée à 22,04 $, en hausse de 17 cents, à la Bourse de Toronto. Depuis un an, la valeur de l’action a varié entre 15,96 $ et 22,95 $.

— Hélène Baril, La Presse

Résultats financiers

Saputo répond aux attentes

Les profits générés par Saputo au deuxième trimestre ont dépassé les attentes des analystes, alors que le transformateur laitier estime que les conditions de marché s’améliorent lentement à l’échelle internationale.

À la Bourse de Toronto, les investisseurs ont réagi favorablement aux résultats trimestriels, jeudi, puisque le titre de la multinationale établie à Montréal a pris 1,79 $, ou environ 4,7 %, pour clôturer à 39,92 $.

Pour la période de trois mois terminée le 30 septembre, Saputo a engrangé un bénéfice net de 174,9 millions, ou 44 cents par action, en hausse de 7,2 % par rapport à la même période l’an dernier. Ses revenus se sont établis à 3,67 milliards, ce qui constitue une progression de 7,2 %.

« Lorsque l’on regarde l’ensemble du marché, il y a un meilleur équilibre entre l’offre et la demande », a expliqué le président et chef de la direction de la société, Lino Saputo fils, au cours d’une conférence téléphonique avec les analystes, tout en prenant soin de préciser que la société continuait à affronter des « vents de face ».

Depuis 2018, Saputo, présente au Canada, aux États-Unis, en Argentine, en Australie et au Royaume-Uni, faisait notamment face à des conditions concurrentielles persistantes, des marchés volatils et des coûts élevés liés à l’entreposage et à la logistique.

Mais au cours du trimestre, les prix de vente internationaux du fromage et des ingrédients laitiers ont été meilleurs. La hausse des prix de vente au Canada et dans le secteur international de l’entreprise a aussi aidé.

Ainsi, Saputo a affiché une hausse du bénéfice d’exploitation dans sa division américaine ainsi qu’à l’international, alors que le recul a été faible au Canada.

Si le dirigeant du transformateur laitier affichait un ton plus optimiste, M. Saputo fils a toutefois signalé aux analystes qu’il demeurait sur ses gardes, notamment dans un contexte économique volatil marqué par une guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

« Vous le constatez à la Bourse. Les guerres commerciales ne créent aucun sentiment de réconfort pour qui que ce soit et ne vous permettent pas de penser à long terme, pas pour nous, mais pour certains de nos clients et les consommateurs. »

— Lino Saputo fils, président et chef de la direction de Saputo

Si les tensions commerciales étaient moindres, M. Saputo fils a ajouté qu’il serait « extrêmement plus positif ».

Après ajustements pour exclure certains éléments, le bénéfice net a atteint 185,8 millions, ou 47 cents par action, tandis que le profit ajusté de l’an dernier était toujours de 163,1 millions, ou 42 cents par action.

Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice ajusté de 43 cents par action et sur un chiffre d’affaires de 3,82 milliards, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Dans une note envoyée par courriel à ses clients, Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, a qualifié de « solides » les résultats de Saputo au deuxième trimestre, ce qui, selon l’analyste, suggère que le prix des ingrédients se stabilise.

« Ceci étant dit, les obstacles persistent sur le marché dans plusieurs régions, et Saputo prend des mesures pour contrôler ce qu’elle peut contrôler dans le but d’atténuer ces inconvénients », a-t-elle écrit.

Mme Nattel a noté que Saputo conservait un ton prudent à l’endroit du marché australien, mais que les perspectives semblaient meilleures aux États-Unis.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.