Affaire Amaya

Le frère de David Baazov poursuit l’AMF

Une nouvelle poursuite attaque le travail des enquêteurs de l’Autorité des marchés financiers (AMF) dans le dossier pour délit d’initiés entourant Amaya.

Le frère de l’ex-PDG d’Amaya David Baazov, Josh Baazov, et l’homme d’affaires montréalais Craig Levett réclament 1 million de dollars à l’AMF. Ils demandent la destruction d’un document potentiellement dommageable pour David Baazov, dont le procès pour délit d’initiés doit débuter le mois prochain. Ils soutiennent notamment que le gendarme boursier a outrepassé les limites des mandats de perquisition obtenus en mars 2016.

Beaux-frères et partenaires d’affaires, Josh Baazov et Craig Levett font partie d’un groupe d’une douzaine d’individus identifiés par l’AMF comme ayant pu profiter d’informations privilégiées pour s’enrichir en Bourse de façon illégale. Les 12 individus en question, sur qui ne pèse toujours aucune accusation à ce jour, sont au cœur d’une enquête baptisée « Bronze ».

Selon l’AMF, des informations privilégiées entourant des projets d’acquisitions d’entreprises publiques étaient données à Josh Baazov par son frère, et les tuyaux étaient ensuite relayés à Craig Levett et aux autres intimés.

Josh Baazov et Craig Levett accusent l’AMF de négligence, de mauvaise foi et d’avoir agi de manière irresponsable et contraire au rôle d’un régulateur public dans l’enquête les concernant.

Les deux hommes reprochent à l’AMF d’avoir divulgué de l’information à des inculpés d’une autre enquête de l’AMF baptisée « Audace », dont le principal accusé est David Baazov.

Une entente « secrète »

L’AMF avait indiqué l’été dernier avoir trouvé dans le cellulaire de Josh Baazov une entente « secrète » signée en 2007 révélant que David Baazov possédait 100 % des actions d’Amaya il y a 11 ans, mais que 75 % de ces actions étaient détenues pour le compte de Josh Baazov et Craig Levett. En d’autres mots, David Baazov aurait servi de prête-nom pour son frère, une information qui démontrerait aux yeux de l’AMF la nature fausse et trompeuse d’informations transmises au fil des ans.

Josh Baazov et Craig Levett soulignent que les éléments saisis datés d’avant le 1er novembre 2010 outrepassent les paramètres des mandats de perquisition accordés par le juge et demandent leur destruction.

Dans leur poursuite déposée en Cour supérieure en date du 7 mars, Josh Baazov et Craig Levett estiment que l’AMF a démontré du mépris envers leur vie privée et la protection de leurs renseignements personnels et que des dommages irréversibles leur ont été causés.

L’AMF en désaccord

Appelée à réagir, l’AMF s’est limitée à un bref commentaire. « Nous sommes en désaccord avec cette poursuite et nous entendons la contester devant le tribunal saisi du recours », a simplement mentionné le porte-parole Sylvain Théberge.

Plus tôt cette année, un rabbin montréalais et sa femme ont intenté une poursuite de 230 000 $ contre l’AMF relativement à une perquisition effectuée en septembre dernier à leur résidence de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. L’AMF croyait pouvoir y trouver des éléments de preuve pouvant incriminer un individu qui aurait été aperçu à cette adresse dans le passé. La poursuite indique que la perquisition a « traumatisé » les membres de la famille, qui compte trois enfants, en raison du comportement « répréhensible » et de l’attitude « cavalière » de l’AMF qui n’aurait pas trouvé ce qu’elle cherchait lors de l’opération qui aurait duré plus de six heures.

L’affaire Amaya en bref

L’AMF a déclenché une enquête pour délit d’initié peu après l’annonce en juin 2014 de l’acquisition de PokerStars par Amaya (aujourd’hui Groupe Stars). Plusieurs perquisitions ont depuis été effectuées et des accusations de délit d’initié ont été portées en mars 2016 contre trois personnes : l’ex-PDG David Baazov, Benjamin Ahdoot et Yoel Altman. Leur procès doit débuter à la mi-avril.

Revue boursière

Les marchés terminent en ordre dispersé

Wall Street a terminé en ordre dispersé, hier, l’indice Dow Jones (- 0,6 %) souffrant des craintes d’une guerre commerciale mondiale attisée par Donald Trump, tandis que le NASDAQ (+ 0,4 %) a fini à un nouveau record.

Stockage de données

Dropbox espère lever 748 millions US en Bourse

La société de stockage de données en ligne Dropbox espère lever jusqu’à 748 millions US par son entrée en Bourse et un autre placement privé, selon une version actualisée de son projet d’introduction en Bourse rendue publique hier. L’entreprise va émettre 36 millions d’actions de classe A à un prix compris entre 16 et 18 $US, espérant lever ainsi jusqu’à 648 millions US, selon le document publié sur le site du gendarme boursier américain SEC. L’opération prévue cette année serait ainsi une des plus importantes introductions en Bourse depuis Snapchat en mars 2017. Dropbox a également prévu de vendre pour 100 millions US d’actions à la branche capital-risque de la société de services d’infonuagique Salesforce, par le truchement d’un placement privé, selon ce document. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.