Mes influences

Nicolas Deslauriers

Avant d’être muté à l’avant il y a quelques années, Nicolas Deslauriers évoluait à la ligne bleue comme défenseur. Ce n’est donc pas surprenant de voir un duo d’arrières intronisés au Temple de la renommée du hockey sur la liste des influences de l’attaquant de 27 ans.

RAYMOND BOURQUE

Ça doit venir de mon père. Il m’a encouragé à regarder les défenseurs. Je pense que Ray était un des joueurs les plus faciles de qui apprendre. Il n’était pas trop fancy. Il faisait toujours le jeu facile. Il était bon offensivement et défensivement. Il pouvait frapper. C’était un défenseur polyvalent que j’aimais regarder.

BOBBY ORR

Il était complètement à l’opposé de Ray, toujours sur la rondelle. C’était quelque chose de spécial à voir. Il pouvait marquer de partout. C’est difficile de croire qu’il était défenseur.

JOE SAKIC

Joe était un leader sur la glace et hors de la glace. De sa vision à son tir rapide, je pense qu’il avait tout. Quand Bourque est allé au Colorado et qu’ils ont remporté ensemble la Coupe Stanley, c’était quelque chose de spécial. Il était tellement amusant à voir. Il jouait avec tellement de passion. On pouvait le voir dans ses yeux. C’était un joueur de franchise.

STEVE BÉGIN

Je me fais beaucoup comparer à Steve. Je le regardais souvent. C’est un gars qui ressemble à Brendan Gallagher. Il n’arrêtait jamais, il mangeait toujours les bandes. Si j’avais à choisir le joueur le plus le fun à voir jouer, Steve serait certainement parmi mes choix.

GUY LAFLEUR

Il y avait quelque chose à propos de lui. Juste de voir des séquences vidéos, on se rend compte à quel point il pouvait changer un match et ce qu’il signifiait pour cette organisation. Pas de casque. Il avait les cheveux au vent. C’était un sacré joueur de hockey et je suis honoré de l’avoir rencontré plusieurs fois et de lui avoir serré la main. Il était un vrai leader et un vrai joueur de franchise à Montréal.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.