Chronique

Enfin, du true crime québécois !

Il était temps, sérieux ! Plusieurs mois, voire plusieurs années, après l’explosion de ce genre super populaire aux États-Unis, la télé québécoise fouille enfin dans des dossiers de crimes non résolus pour offrir aux téléspectateurs l’équivalent de productions accrocheuses comme Making a Murderer de Netflix.

Deux séries d’enquête de true crime se construisent actuellement en parallèle : Le dernier soir de l’Extra de Tou.tv et Meurtriers sur mesure du Club illico.

Début juillet, les six épisodes d’une heure du Dernier soir débouleront sur nos écrans. L’histoire ? Horrible, choquante et sordide. Le soir du 25 mai 1975, deux adolescents de Longueuil, Diane Déry, 13 ans, et Mario Corbeil, 15 ans, ont été assassinés par balle après une simple balade à motocyclette.

Le corps de Mario, battu sauvagement, a été déposé sur celui, à demi nu, de Diane, dans un champ à l’extrémité du boulevard Roland-Therrien, près de l’aéroport de Saint-Hubert. 

Cette mise en scène, qui simulait une relation sexuelle, a été effectuée après les meurtres. Les policiers de Longueuil n’ont jamais pincé le coupable et les parents des ados vivent encore dans le noir total.

Depuis près d’un an, la journaliste judiciaire du 98,5 FM, Monic Néron, fouille minutieusement ce dossier. Elle a interviewé une centaine de personnes touchées par le crime, dont les parents de Mario Corbeil et de Diane Déry, qui ont offert leur entière collaboration. « Ils n’ont jamais su qui a commis ce double meurtre là », raconte Monic Néron.

Même si le producteur Guillaume Lespérance assure que le but du Dernier soir n’est pas d’emprisonner une personne, comme téléspectateur, on s’attend à ce que de nouveaux éléments modifient la trajectoire du récit.

Vous connaissez ma passion pour ces puzzles ensanglantés : j’ai englouti Making a Murderer, The Staircase, The Keepers, Wild Wild Country et Evil Genius. Ce qui rend ces émissions si attrayantes, c’est qu’elles nous permettent de jouer au détective dans le doux confort de notre sofa. Toute l’adrénaline, sans le laborieux travail de terrain. Et c’est l’obsession du détail à son paroxysme. Chaque parcelle d’ADN compte.

Selon Guillaume Lespérance, Le dernier soir « va faire assez de bruit pour provoquer de nouveaux témoignages ». Monic Néron ajoute : « On a dérangé beaucoup de gens. »

La bande-annonce pointe vers un suspect qui a fait l’objet de nombreuses rumeurs. Qui a fait ça et pourquoi ? Réponse, on l’espère, au cours de l’été.

Du côté du Club illico, les tournages de Meurtriers sur mesure se poursuivent. Cette série revisitera le meurtre de Sandra Gaudet, 14 ans, survenu dans la nuit du 9 au 10 mars 1990 à Val-d’Or, en Abitibi. Deux hommes ont été reconnus coupables d’avoir étranglé l’adolescente, soit Billy Taillefer et Hugues Duguay.

Mais voilà. L’enquête a été bâclée et les deux suspects, originaires de Senneterre, ont été relâchés en 2006 après avoir passé presque 16 ans derrière les barreaux. Le véritable tueur court toujours.

Cette série scindée en sept épisodes d’une heure dérive du livre Meurtriers sur mesure : l’énigme de Val-d’Or, publié par Jean-Claude Bernheim à l’hiver 2017. Nous devrions la visionner l’automne prochain.

Le chiffrier de la télé

Il ne reste que deux épisodes avant la grande finale de la troisième saison de District 31 et sa popularité ne dérougit pas : 1 434 000 fans ont vu l’épisode de lundi soir. C’est énorme, surtout pour une quotidienne. Radio-Canada a bien évidemment reconduit le feuilleton de Luc Dionne pour l’année prochaine.

Avec ses 915 000 adeptes, Le tricheur a été l’émission la plus regardée de TVA, toujours lundi soir. Les chefs ! de Radio-Canada a intéressé 501 000 personnes, soit un peu moins que les 577 000 qui ont vu Les Morissette et moi, à 19 h 30. Le talk-show Bonsoir bonsoir ! a été suivi par 364 000 fidèles.

Dimanche soir, La voix a chuté à 1 678 000 accros. On s’entend : c’est beaucoup de monde, mais pour des quarts de finale, on aurait pu s’attendre à un plus grand auditoire. D’ailleurs, la cote d’écoute de La voix a baissé d’environ 200 000 par rapport à la même période, l’an passé. Pas de panique, toutefois : TVA aurait déjà renouvelé le concours de chant pour l’hiver 2020, selon mes informations.

Tout le monde en parle a également souffert avec seulement 715 000 adeptes devant leur téléviseur.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.