Incendies de forêt en Amazonie

« Bien que [ces ONG] méritent certainement d’être soutenues, nous n’avons pas financé celles qui sont dénoncées actuellement. »

— L’acteur américain Leonardo DiCaprio a réfuté samedi les accusations du président du Brésil, Jair Bolsonaro, selon lesquelles il soutiendrait des organisations accusées par la police brésilienne d’avoir occasionné des incendies en Amazonie. (AFP)

États-unis

Neuf morts, dont deux enfants, dans l’écrasement d’un avion

Un petit avion s’est écrasé samedi au Dakota du Sud, entraînant la mort de neuf personnes, dont celle de deux enfants, ont rapporté des médias américains. Trois autres personnes ont été blessées dans l’accident de ce Pilatus PC-12, avion monomoteur qui transporte jusqu’à 12 personnes, et qui était en phase de décollage, selon NBC News, qui citait le régulateur aérien américain. Le Conseil national de la sécurité des transports (NTSB) a indiqué sur Twitter qu’il enquêtait sur « l’écrasement d’un Pilatus PC-12 près de Chamberlain ». La région était placée sous alerte météorologique pour tempête hivernale. — Agence France-Presse

séisme en Albanie

Le bilan passe à 51 morts, les opérations de sauvetage cessent

Le bilan du séisme qui a frappé cette semaine l’Albanie est passé à 51 morts samedi tandis que le premier ministre, Edi Rama, a annoncé la fin des opérations de sauvetage, remerciant les équipes de secours venues de l’étranger, notamment de France. Une personne blessée dans le séisme, qui a également laissé quelque 5000 personnes sans domicile, est morte samedi à l’hôpital, portant à 51 le bilan des morts, a annoncé le ministère de la Défense. « Les opérations de sauvetage sont terminées », a déclaré M. Rama, qui avait du mal à retenir ses larmes en lisant les noms des victimes lors d’une réunion du gouvernement. En ce qui concerne les blessés, selon le Ministère, environ 900 personnes ont été soignées, et une quarantaine d’entre elles sont toujours hospitalisées. M. Rama a manifesté sa « profonde gratitude » envers les équipes de secouristes d’Albanie et d’autres pays d’Europe qui ont permis de sauver une cinquantaine de personnes dans les décombres. Le premier ministre a rendu visite à des secouristes français vendredi, à Durrës. — Agence France-Presse

conférence COP25 sur le climat

Trump sera représenté par une diplomate

Le gouvernement républicain de Donald Trump, en voie de quitter l’accord de Paris sur le climat, sera représenté à la COP25 de Madrid par une diplomate, qui pourrait croiser une délégation démocrate emmenée par sa cheffe, Nancy Pelosi. « Les États-Unis vont continuer à participer aux négociations et aux rencontres en cours sur les changements climatiques – comme la COP25 – afin d’assurer des règles du jeu équitables qui protègent les intérêts américains », a indiqué samedi le département d’État, moins d’un mois après avoir officialisé l’intention de la première puissance mondiale de quitter l’accord de Paris. La cheffe du bureau pour les Océans et les Affaires scientifiques et environnementales internationales, Marcia Bernicat, « sera à la tête de la délégation des États-Unis » qui participera au sommet de l’ONU sur le climat, organisé du 2 au 13 décembre, dans la capitale espagnole, selon un communiqué. Elle sera accompagnée d’autres responsables américains. L’opposition démocrate a annoncé samedi dépêcher 15 élus du Congrès américain à Madrid, emmenés par Nancy Pelosi, l’influente présidente de la Chambre des représentants.

— Agence France-Presse

Pays-Bas attaque au couteau à La Haye

La police arrête un suspect

La police néerlandaise a annoncé samedi avoir interpellé un homme soupçonné d’être impliqué dans l’attaque au couteau qui a fait trois blessés la veille dans une rue commerçante de La Haye, sans se prononcer sur la nature de cette attaque. « À la suite de l’agression au couteau commise à Grote Marktstraat, un homme de 35 ans vient d’être interpellé dans le centre de La Haye », a indiqué la police de la ville sur Twitter, précisant que l’homme n’avait « pas de domicile fixe ». « Il sera transféré dans un commissariat de police où il sera interrogé », a ajouté la police. Le suspect avait pris la fuite après l’agression qui s’est déroulée dans un grand magasin du centre-ville, provoquant des scènes de panique parmi la foule des clients, nombreux en ce jour de soldes du Vendredi fou. Une porte-parole de la police, Marije Kuiper, avait auparavant déclaré à l’AFP que les enquêteurs travaillaient sur plusieurs scénarios. Interrogée sur un éventuel mobile terroriste de l’attaque, elle avait répondu qu’il était « trop tôt pour spéculer sur ce genre de chose ».

— Agence France-Presse

Libye

Plus de 200 migrants secourus en mer

La marine libyenne a annoncé samedi avoir secouru plus de 200 migrants qui tentaient de rejoindre l’Europe au cours d’une opération de sauvetage menée vendredi au large de la capitale de la Libye, Tripoli. Les garde-côtes ont « secouru 205 migrants, dont 158 hommes, 33 femmes et 14 enfants, qui se trouvaient sur trois bateaux pneumatiques au large de la ville de Zaouïa », située à 45 km à l’ouest de Tripoli, a indiqué samedi un communiqué de la marine libyenne. Des appels de secours sont parvenus vendredi au centre de contrôle des garde-côtes, qui a dirigé une vedette effectuant des patrouilles dans ce secteur vers la zone où se trouvaient les embarcations des migrants au nord de Zaouïa, selon le communiqué. Les migrants, pour la plupart originaires de pays africains, notamment du Mali, de la Côte d’Ivoire et de Guinée, ont été ramenés dans la nuit de vendredi à samedi à al-Hamediya, près du port de Tajoura (banlieue est de Tripoli), ajoute le communiqué. Selon l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, des milliers de migrants se trouvent bloqués en Libye, dans des conditions déplorables. — Agence France-Presse

Algérie

Manifestation à Alger en faveur de la présidentielle

Des centaines de personnes ont manifesté samedi à Alger « contre l’ingérence étrangère » et pour la tenue de la présidentielle du 12 décembre, rejetée par le mouvement de contestation qui agite l’Algérie depuis février, a constaté un photographe de l’AFP.

La manifestation était organisée à l’appel de l’Union générale des travailleurs algériens, ex-syndicat unique, proche du Front de libération nationale, parti d’Abdelaziz Bouteflika, que le syndicat a soutenu durant ses 20 ans de présidence jusqu’à sa démission, en avril, sous la pression de la rue.

Une foule de manifestations « spontanées » en faveur des élections ont déjà eu lieu partout au pays, mais il s’agit de la première organisée de manière officielle par une structure proche du pouvoir, à moins de 15 jours du scrutin.

« Non à l’ingérence étrangère », pouvait-on lire sur des banderoles, en guise de réponse à une résolution votée jeudi par le Parlement européen. Ce texte appelle Alger à trouver une solution à la crise actuelle par l’entremise d’« un processus politique pacifique et ouvert » et à dénoncer les « arrestations arbitraires » visant le mouvement de contestation.

« Soutien à l’armée »

D’autres exprimaient un « soutien à l’armée », dont le haut commandement, incarné par le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major, exerce ouvertement le pouvoir depuis la démission de M. Bouteflika et qui est conspué chaque semaine dans les manifestations antirégime.

« Il y aura des élections le 12 décembre », ont scandé samedi les manifestants, qui ont qualifié de « zouaves » les participants au mouvement de contestation, en référence aux régiments coloniaux de l’armée française, historiquement majoritairement constitués d’Algériens.

Alors que toute manifestation est officiellement interdite à Alger depuis 2001, la police a encadré cette marche et arrêté maints badauds ayant crié des slogans hostiles aux élections ou lancé des insultes aux manifestants.

Si la police tolère les grandes manifestations hebdomadaires de la contestation, très massives, elle disperse systématiquement ces dernières semaines à Alger tous les rassemblements hostiles aux élections.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.