14 milliards

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a annoncé hier que l’objectif de rassembler les 14 milliards de dollars nécessaires pour combattre ces maladies dans les trois ans à venir avait été atteint. L’annonce a été faite à la conférence de refinancement du Fonds, qui a rassemblé 700 participants à Lyon, dont le président français Emmanuel Macron. Cet argent est destiné à sauver 16 millions de vies supplémentaires et à éviter 234 millions d’infections d’ici à 2023. — Agence France-Presse

Chine

Un pont s’effondre sur des voitures, trois morts

Trois personnes sont mortes en Chine après l’effondrement, hier, d’un pont routier urbain sur une voie où circulaient des voitures, a annoncé un média d’État. L’accident s’est produit vers 18 h 10 (heure locale) à Wuxi, dans la province du Jiangsu (Est), à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Shanghai, selon la télévision publique CCTV. « Les opérations de secours sont en cours », a indiqué la chaîne dans un message sur le réseau social Weibo. Au moins deux personnes ont été blessées. D’impressionnantes vidéos publiées en ligne par des médias chinois montrent un pont haut de plusieurs mètres qui bascule sur un côté et vient s’écraser sur des véhicules situés en contrebas. D’autres images présentent deux berlines totalement compressées, avec seulement le capot ou les phares émergeant encore d’un immense bloc de béton gris.

— Agence France-Presse

Brexit

Johnson et son homologue irlandais ravivent l’espoir d’un accord

Le premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue irlandais Leo Varadkar ont ravivé hier l’espoir d’un accord sur le Brexit d’ici à sa date prévue le 31 octobre, assurant entrevoir « un chemin » vers un compromis sur la question clé de la frontière irlandaise. Sans expliquer sur le fond comment ils comptaient sortir les négociations de l’impasse de ces derniers jours, les deux dirigeants ont assuré « continuer de croire qu’un accord [était] dans l’intérêt de tous », dans une déclaration commune publiée à l’issue d’une rencontre dans un manoir à Birkenhead (nord-ouest de l’Angleterre), près de Liverpool. Jusqu’alors très pessimiste, le chef du gouvernement irlandais a jugé devant la presse un accord « possible d’ici à la fin octobre ». « Il reste bien sûr des problèmes à régler », a-t-il reconnu. « J’espère que ce qui s’est passé aujourd’hui sera suffisant pour permettre la reprise des négociations à Bruxelles. » L’horloge tourne : il ne reste plus qu’une semaine avant un sommet européen crucial pour éviter une sortie de l’UE sans accord aux conséquences économiques potentiellement catastrophiques le 31 octobre.

— Agence France-Presse

Ukraine

12 heures

Volodymyr Zelensky, ancien acteur populaire élu en avril président de l’Ukraine, a battu un record hier en tenant une conférence de presse d’une durée de plus de 12 heures, la plus longue de l’histoire, selon l’Agence nationale ukrainienne des records. Près de huit heures après le début de la conférence de presse, qui s’est tenue dans un espace de restauration branché du centre de Kiev, un représentant de l’agence s’était levé pour annoncer le record, qui n’a pas encore été confirmé par un organisme international. Le président ukrainien a abordé plusieurs sujets comme le conflit dans l’est de l’Ukraine, les relations avec la Russie ou sa conversation téléphonique avec le président américain Donald Trump dont la révélation a valu à ce dernier d’être sous la menace d’une procédure de destitution lancée par les démocrates. — Agence France-Presse

Indonésie 

Attaque djihadiste sans précédent contre un ministre

Le ministre indonésien responsable de la Sécurité, Wiranto, a été grièvement blessé hier par deux personnes liées au groupe État islamique (EI), selon les autorités, ce qui constitue une attaque sans précédent contre l’un des hommes les plus puissants du pays. L’ex-général de 72 ans a été attaqué par un homme armé d’un couteau qui lui a infligé deux graves blessures à l’abdomen et par une femme, après une visite dans une université à Pandeglang, dans l’ouest de l’île de Java. Les auteurs de l’attaque seraient Syahril Alamsyah, un homme de 31 ans, et Fitri Andriana, une femme de 21 ans, qui forment un couple marié, selon les médias locaux. Wiranto, qui comme de nombreux Indonésiens n’a qu’un nom, a été transféré dans un hôpital militaire de Jakarta par hélicoptère. L’intervention chirurgicale qu’il a subie s’est bien déroulée, a déclaré à la presse le secrétaire du cabinet ministériel, Pramono Anung, à l’hôpital militaire Gatot Subroto, précisant qu’il venait de voir le ministre et qu’il était en salle de soins intensifs. — Agence France-Presse

Allemagne attentat de halle

Berlin veut lutter contre l’extrémisme de droite

La chancelière et l’ensemble des responsables politiques allemands ont promis la plus grande fermeté face à l’extrémisme de droite hier au lendemain de la tentative de «  massacre  » antisémite et raciste qui a provoqué une onde de choc dans un pays hanté par son passé nazi. Angela Merkel a promis une « tolérance zéro » face à l’extrémisme de droite et s’est engagée à « combattre la haine, la violence », après un attentat qui visait une synagogue de Halle et qui a fait deux morts et deux blessés graves. Le tireur, un Allemand de 27 ans, présenté comme Stephan Baillet par les médias, voulait « commettre un massacre » dans l’édifice religieux où étaient rassemblés des dizaines de croyants à l’occasion de la grande fête juive de Yom Kippour, selon le procureur antiterroriste Peter Frank. Après avoir tenté en vain de pénétrer dans la synagogue, le tireur, muni de quatre armes, a abattu une passante puis, quelques minutes plus tard, un jeune homme dans un restaurant de kébabs. Il a finalement été arrêté par la police à la suite d’une course-poursuite en voiture. — Agence France-Presse

Irak

Deuil national après une semaine sanglante

L’Irak a entamé hier un deuil national après la mort de plus de 100 personnes, en grande majorité des manifestants réclamant la chute du gouvernement, qui tente de survivre à la crise politique engendrée par ce mouvement de contestation. Le gouvernement, qui avait annoncé un remaniement pour répondre aux attaques auxquelles il fait face, n’a obtenu la confiance du Parlement que sur deux ministres, signe des divisions entre les différents blocs. Le mouvement de contestation a touché la semaine dernière les trois quarts de l’Irak, les manifestants réclamant d’abord des emplois, des services fonctionnels et la fin de la corruption avant de demander « la chute du régime ». Fait inédit dans le pays, il n’était issu d’aucun appel de parti ou figure religieuse. Si les réseaux sociaux sont toujours inaccessibles hier – sauf par VPN quelques heures par jour –, de plus en plus de photos et de vidéos sur les violences lors des manifestations commencent à émerger. — Agence France-Presse

États-Unis

Deux acteurs de l’affaire ukrainienne arrêtés alors qu’ils tentaient de quitter le pays

Deux hommes d’affaires, soupçonnés d’avoir aidé l’avocat personnel de Donald Trump dans ses efforts pour convaincre l’Ukraine d’enquêter sur un rival du président américain, ont été arrêtés pour des violations des lois sur le financement des campagnes électorales.

Lev Parnas et Igor Fruman, citoyens américains nés en Ukraine et en Biélorussie, ont été interpellés mercredi soir à l’aéroport international de Washington, « alors qu’ils s’apprêtaient à quitter les États-Unis », a révélé la police fédérale.

Leur interpellation, qui s’inscrit dans le cadre d’une enquête ouverte par des procureurs new-yorkais, a été précipitée par ce qui ressemble à une tentative de fuite.

Dons illégaux

Les deux hommes d’affaires installés en Floride sont notamment accusés d’avoir dissimulé l’origine étrangère de dons versés en 2018 à plusieurs candidats à des élections locales et fédérales, selon l’acte d’inculpation consulté par l’AFP.

MM. Parnas et Fruman, qui ont donné 325 000 $US au profit de la campagne de réélection de Donald Trump, devaient comparaître hier devant un tribunal de Virginie pour se voir notifier ces charges, selon des médias américains.

En parallèle, les parlementaires démocrates qui enquêtent dans le cadre de la procédure de destitution menaçant le président républicain ont exigé la coopération des deux hommes à leurs investigations.

Les élus ont adressé une injonction formelle à leur avocat, afin qu’il leur transmette une série de documents d’ici à six jours. « Nous espérons entendre vos clients à une date ultérieure », ont-ils écrit dans leur courrier.

MM. Parnas et Fruman sont soupçonnés d’avoir servi d’émissaires à Rudy Giuliani, l’avocat personnel du président, dans ses efforts pour obtenir de l’Ukraine qu’elle fournisse des informations compromettantes sur l’ancien vice-président Joe Biden, bien placé pour affronter le milliardaire républicain lors de la présidentielle de 2020.

Pour cette raison, les élus démocrates avaient demandé aux deux hommes de faire une déposition au Congrès hier et aujourd’hui. Ces derniers avaient décliné en s’abritant derrière un courrier de la Maison-Blanche, qui a refusé de coopérer à une enquête jugée « partisane et anticonstitutionnelle ».

Rencontre avec Giuliani

Selon les médias, les deux hommes auraient notamment aidé Rudy Giuliani à rencontrer à New York Iouri Loutsenko, alors procureur général ukrainien, pour tenter de le convaincre d’ouvrir une enquête sur le fils de Joe Biden, Hunter, qui avait siégé de 2014 à 2019 au conseil d’administration d’un grand groupe gazier ukrainien.

Les poursuites judiciaires contre MM. Parnas et Fruman ne portent toutefois pas sur leurs contacts avec M. Giuliani.

Par ailleurs, des parlementaires démocrates ont exigé hier que le secrétaire américain à l’Énergie Rick Perry leur fournisse des documents dans le cadre de l’enquête ouverte en vue de destituer le président Donald Trump.

Les présidents de trois commissions de la Chambre des représentants ont adressé une injonction formelle à Rick Perry pour qu’il leur transmette ces documents d’ici au 18 octobre.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.