Immobilier

La copropriété en hausse chez les baby-boomers

Même vieillissants, les baby-boomers continuent d’habiter leur propre maison en forte majorité, indique une récente analyse de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). Parmi la minorité qui a déménagé dans les dernières années, certains ont opté pour la copropriété, très peu sont allés en location. Il faut aussi oublier le mythique « retour en ville » des retraités, qui ne se manifeste pas sur le plan statistique. Ces dernières observations laissent à penser qu’il existera une demande pour des copropriétés situées en banlieue dans les années à venir.

La SCHL utilise les données du recensement pour suivre l’évolution du parcours immobilier des baby-boomers en comparant les données entre 2006 et 2016. Les boomers, nés entre 1947 et 1966, représentent 40 % de tous les ménages de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Pour les plus vieux des boomers, ceux nés entre 1947 et 1951, qui avaient donc de 65 à 69 ans en 2016, le pourcentage de propriétaires de copropriété a augmenté de 6 points de pourcentage, passant de 14,1 % à 20,1 %, en 10 ans. Une progression est aussi observée chez les baby-boomers plus jeunes, ceux nés entre 1952 et 1966.

— André Dubuc, La Presse

Papier journal canadien

Washington impose des droits antidumping

Un autre coup dur est asséné aux exportateurs canadiens de papier. Le département américain du Commerce impose des droits antidumping sur le papier journal canadien et d’autres papiers d’impression exportés aux États-Unis. Dans une décision annoncée hier soir, le département a annoncé qu’il imposerait des droits antidumping préliminaires de 22,16 % à l’industrie canadienne, à l’exception des entreprises Résolu et White Birch, qui sont épargnées. Résolu et White Birch étaient toutefois sous le coup de droits compensatoires préliminaires annoncés en janvier, de 4,42 % et 0,65 % respectivement. Dans sa déclaration, hier, le département plaide que les exportateurs canadiens ont vendu leurs produits à des prix inférieurs à leur valeur. Le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, a déclaré que les États-Unis avaient la responsabilité de se défendre contre les « pratiques commerciales injustes ». Le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) a dénoncé hier une « nouvelle taxe à l’exportation qui inquiète grandement les producteurs canadiens, déjà confrontés à des baisses continuelles de volumes ».

— La Presse canadienne

Femmes au travail et services de garde

La Banque du Canada évoque le modèle québécois

Le gouverneur de la Banque du Canada a évoqué le programme de services de garde subventionné du Québec comme éventuel outil pour stimuler l’économie, puisqu’il pourrait permettre d’augmenter de façon importante la participation des femmes au marché du travail à l’échelle du pays. Dans un discours prononcé à l’Université Queen’s à Kingston, en Ontario, M. Poloz a souligné que les femmes représentaient la plus importante source de potentiel économique, et il a vanté les programmes québécois pour réduire les coûts des services de garde et élargir les dispositions relatives au congé parental. Ceux-ci ont contribué à faire passer le taux de participation des femmes à la population active de 74 %, il y a 20 ans, à environ 87 % aujourd’hui. En comparaison, il dit qu’environ 83 % des femmes en âge de travailler participent à la population active nationale. Faire passer cette proportion à celle du Québec ajouterait près de 300 000 travailleurs à la population active du pays et augmenterait la croissance économique.

— La Presse canadienne

Banques

67,9 millions pour six présidents

Les présidents et chefs de la direction des six plus grandes banques du Canada ont bénéficié d’une rémunération totale de 67,9 millions de dollars lors du dernier exercice financier, en hausse moyenne de 9 % par rapport à l’exercice précédent. Le président et chef de la direction de la Banque Toronto-Dominion, Bharat Masrani, a bénéficié de la plus forte hausse de rémunération, soit 20 %, portant sa valeur totale à 12,4 millions en salaire, bonis et contribution à son régime de retraite particulier. Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale, a bénéficié de la deuxième hausse de rémunération en importance pour l’exercice 2017, soit 15 %, vers une valeur totale de 9,3 millions.

— Martin Vallières, La Presse

RÉMUNÉRATION DES PRÉSIDENTS DES SIX GRANDES BANQUES

(valeur totale en salaire, bonis et versement au régime de retraite)

Banque Royale (RBC) : David McKay Président et chef de la direction : 13,36 millions (+ 9 %)

Banque Scotia : Brian J. Porter Président et chef de la direction : 12,83 millions (+ 9 %)

Banque Toronto-Dominion (TD) : Bharat Masrani Président et chef de la direction, 12,43 millions (+ 20 %)

Banque de Montréal (BMO) : William A. Downe Chef de la direction : 10,53 millions (-1 %)

Banque CIBC : Victor Dodig Président et chef de la direction : 9,43 millions (+ 2,6 %)

Banque Nationale : Louis Vachon Président et chef de la direction : 9,34 millions (+ 19 %)

Source : circulaire de direction 2018 des banques

emploi

La pénurie de main-d’œuvre s’aggrave au Canada

Le nombre de postes vacants a atteint un nouveau sommet au 4e trimestre de 2017 au Canada et le Québec a affiché l’un des taux de postes vacants les plus élevés au pays. Une compilation de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante précise qu’avec un total de 399 000 postes à pourvoir dans le secteur privé, la proportion de postes vacants par rapport à l’ensemble des emplois disponibles dans le secteur privé a atteint 3 % au Canada, 0,6 % de plus qu’un an plus tôt. Au Québec, le taux de postes vacants a été de 3,4 %, le deuxième en importance derrière la Colombie-Britannique, à 3,9 %. À ce 4e trimestre, 94 700 postes étaient à pourvoir au Québec.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.