BIEN-ÊTRE

DES STUDIOS DE YOGA PASSENT AU VIRTUEL

En se voyant forcées de fermer leurs portes, à la suite de la directive du gouvernement, plusieurs écoles de yoga ont décidé d’offrir leurs cours de façon virtuelle. Une façon de rester un peu connecté en cette période de distanciation sociale, mais aussi un coup de pouce afin d’aider les gens de leur communauté à mieux respirer.

En ces temps anxiogènes, la pratique du yoga et de la méditation peut s’avérer plus utile que jamais pour gérer le stress et remettre les choses en perspective. 

« Lorsqu’on a annoncé notre fermeture à nos clients, en leur disant qu’on suspendait les abonnements, plusieurs nous ont demandé de ne pas le faire, car ils veulent continuer de nous soutenir », raconte Jennifer Maagendans, propriétaire du studio Luna Yoga, dans le Vieux-Montréal, elle-même en quarantaine puisqu’elle est revenue récemment d’un voyage avec sa famille.

Devant cet élan de générosité, la professeure de yoga a décidé qu’il fallait, à tout le moins, offrir à ses clients quelques classes de yoga virtuelles par jour. « Les gens nous disent : “J’ai besoin de yoga plus que jamais !” », ajoute-t-elle.

Le studio propose donc des cours deux fois par jour, filmés sur place et retransmis par l'entremise de Zoom, une société de services de conférences à distance, fort populaire ces temps-ci. Les classes sont offertes à 10 $, mais sont gratuites pour les abonnés illimités, alors que les clients peuvent aussi utiliser leurs cours en banque. Mardi midi, nous étions une trentaine à faire la classe de la professeure Frances Vicente. Si la qualité de l’image et du son n’est peut-être pas optimale, le sentiment de se rassembler, même à distance, est, lui, bien réel.

TROUVER SA FORCE INTÉRIEURE GRÂCE À LA MÉDITATION

Connus pour leur entreprise Rose Buddha, Madeleine Arcand et ses partenaires ont décidé d’offrir gratuitement, depuis mercredi, l’accès à l’application de méditation Rose Buddha, qui propose des méditations audio pour adultes, mais aussi pour enfants (avec la voix « rassurante » de Passe-Montagne !). Le code promotionnel pour en profiter est OSCAR, le nom de son plus jeune fils.

« On s’est demandé comment faire notre part, de quoi les gens ont besoin, explique-t-elle, jointe au téléphone dans son chalet, où elle s’est réfugiée avec sa famille. Les enseignements de base de la méditation sont très importants en ces temps anxiogènes : reconnecter à ce qui compte vraiment, revenir à l’essentiel, pratiquer sa gratitude aussi. Créer une place en soi pour envoyer amour et compassion aux gens qui souffrent amène de la force intérieure », juge-t-elle.

Elle a aussi mis en ligne sur le site de son entreprise cinq vidéos de méditations matinales gratuites d’une durée de cinq minutes, et une autre destinée aux enfants.

« Ce n’est pas facile pour les enfants actuellement. La méditation peut aider à les calmer. Alors qu’on a du temps devant nous plus qu’à l’habitude, c’est le moment idéal pour les initier à la méditation. »

— Madeleine Arcand

Pour ceux qui désirent apprendre les bases de la méditation, elle a également lancé un cours en ligne de deux heures d’initiation à la méditation qui aborde plusieurs aspects de cette pratique : pourquoi, comment, avec quels accessoires, etc. Il est offert au coût de 59 $.

AUTRES INITIATIVES

Le Luna Yoga n’est pas le seul studio à passer en mode virtuel. Chez Idolem, on est désormais live. L’entreprise, qui possède plusieurs studios de yoga chaud à Montréal et dans les couronnes nord et sud, proposera plus de 170 cours par semaine en ligne par l'entremise de Zoom également. Des tarifs spéciaux ont été créés pour les abonnements web, alors que les clients réguliers peuvent aussi utiliser leur abonnement régulier.

Même chose chez Modo Yoga Montréal, qui lui diffuse ses classes désormais sur Instagram Live – il suffit de les suivre sur leur chaîne – et ce, tout à fait gratuitement. D’autres écoles virtuelles bien connues sont à découvrir dans les circonstances, comme Mon Yoga Virtuel, qui propose plusieurs classes thématiques de yoga et de méditation à faire chez soi, au moment de son choix.

Yoga Club, situé dans Rosemont, va encore plus loin dans sa démarche. Le studio a lancé mercredi un projet communautaire : « 14 jours de self-care à la maison ». Chaque jour durant cette période, une capsule vidéo de 30 minutes de yoga ou d’entraînement à faire à la maison sera partagée sur la page web de l’entreprise, ainsi qu’une capsule pour prendre soin de soi, sous diverses thématiques : auto-massage, rituel de beauté maison, développement personnel, etc. Ces capsules, offertes par des membres de l’équipe ou de la communauté, seront proposées afin de soutenir les travailleurs autonomes qui œuvrent pour le studio, en échange d’une contribution volontaire.

À Trois-Rivières aussi, Elizabeth Fugère, la propriétaire du studio Solia Yoga, est passée à son plan B. « On a beaucoup de clients qui viennent cinq ou six fois par semaine. L’isolement peut être difficile et on voulait une solution le plus vite possible pour que les clients aient quelque chose sous la main », témoigne la jeune entrepreneure. 

Son équipe et elle travaillent bénévolement et offrent les vidéos quotidiennes gratuitement sur une page Facebook créée spécialement pour les circonstances. « On tente de tenir le fort avec rien qui entre et les frais qui continuent. On le fait vraiment pour les clients. » Une contribution volontaire est demandée à ceux qui s’abonnent au groupe et qui ne sont pas membres du studio.

— Avec la collaboration d’Audrey Ruel-Manseau, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.