Crise à la fondation

Le Dr Julien s'excuse pour ses « maladresses »

Accusé d’avoir entretenu un climat de travail toxique au sein de son organisme de pédiatrie sociale, le docteur Gilles Julien présente ses excuses à ses « employés présents et passés ».

Dans la foulée, le célèbre pédiatre cède son poste de directeur général, mais demeure président du conseil d’administration et directeur clinique de la Fondation du Dr Julien.

« Je vous écris aujourd’hui pour vous présenter mes excuses pour mes maladresses et pour ce qui a été perçu comme un manque de compassion et d’introspection de ma part », a déclaré le Dr Julien dans un message adressé hier aux « employés présents et passés, bénévoles, partenaires et donateurs » de la Fondation.

Les excuses du pédiatre font suite à une enquête de La Presse, publiée lundi, sur la crise qui a ébranlé l’organisme au cours de la dernière année. Au moins dix employés et cinq gestionnaires ont claqué la porte, se disant victimes d’intimidation de la part du Dr Julien et de sa femme, Hélène Sioui Trudel.

« À travers les années, on a vu des gens partir, des gens pleurer, des gens troublés par ce contact-là », nous a raconté l’une des employées ayant remis sa démission après être tombée en épuisement professionnel.

Une autre intervenante a raconté avoir « baigné dans une ambiance malsaine » pendant plus de dix ans avant de se résoudre à quitter l’organisme. « Tout est dans la subtilité, dans plein de moments où on se sent dévalorisé. On ne se sent pas bon. On craint des explosions et on marche tout le temps sur des œufs. »

« L’année 2018 a été éprouvante et émotive pour toutes les personnes impliquées dans la crise interne qui a secoué les assises mêmes de la Fondation. Heureusement, les enfants en ont été épargnés », affirme le Dr Julien dans le communiqué, sans toutefois admettre tout geste d’intimidation ou de harcèlement psychologique.

« En rétrospective, et en tant que gestionnaire de l’organisation, je regrette que par mes déclarations publiques, j’aie pu paraître insensible aux souffrances ou à la détresse ressentie par des employés, actuels et anciens, et d’avoir semblé non reconnaissant face à leur dévouement. Je vous demande en toute sincérité, à votre tour de m’en excuser. »

« Je suis vraiment navrée »

Hélène Sioui Trudel, également visée par les allégations d’intimidation, a aussi offert ses excuses pour les propos qu’elle a tenus dans le cadre d’une entrevue avec La Presse.

« Je tiens aussi à vous dire combien je suis désolée que certains de mes propos rapportés dans les médias aient pu blesser certains de nos employés d’hier et d’aujourd’hui. » — Hélène Sioui Trudel

« J’ai toujours cherché à protéger la Fondation et à la faire évoluer. Je reconnais que certaines décisions prises à cet égard aient pu choquer ou susciter des inquiétudes. Je suis vraiment navrée de ne pas avoir été capable de rassurer ces employés. Je leur présente toutes mes excuses », a-t-elle déclaré.

Mme Trudel n’admet cependant pas avoir intimidé ou harcelé des employés. Elle a été contrainte de démissionner de son poste de directrice générale de la Fondation en avril 2018, après avoir été dénoncée dans une lettre anonyme adressée au conseil d’administration. Se disant victimes d’intimidation de la part de la haute direction, des employés y affirmaient ne pouvoir faire autrement que de se syndiquer. Le Dr Julien était alors devenu président-directeur général.

La Fondation a annoncé hier que « conformément aux principes de saine gouvernance, le Dr Julien cessera de cumuler la présidence du conseil d’administration et la direction générale de la Fondation ».

Le pédiatre passera le flambeau au comptable Paul Bouthillier, qui assumera le poste de directeur général par intérim. « Son apport sera d’autant plus important au moment où nous mettons en place de nouvelles mesures organisationnelles à la suite des événements difficiles que nous avons vécus en 2018, et que nous poursuivons notre transformation pour rendre la pédiatrie sociale accessible au plus grand nombre d’enfants possible », a déclaré le Dr Julien.

« Aucun effort ne sera épargné pour soutenir les employés et les bénévoles et pour s’assurer de maintenir un climat de travail serein, en toutes circonstances », a assuré la Fondation.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.