Déguster avec Karyne

Un vin devenu bio

Certains vins font rêver. D’autres nous poussent à en apprendre davantage. Notre collaboratrice dévoile tous les secrets d’un vin coup de cœur.

Domaine de l’île Margaux, 21,75 $ (43125)

Domaine

Le vin du domaine de l’île Margaux n’est pas nouveau au Québec. Jacques Benoît le recommandait déjà il y a plus de 25 ans dans La Presse. Mais ce vignoble suscite toujours autant la fascination. Ses vignes sont plantées au milieu du fleuve Garonne, dans l’île de la Tour de Mons, vis-à-vis du village de Margaux et son prestigieux Château. Ses raisins étaient d’ailleurs vinifiés avec ceux du premier grand cru classé lors du classement de 1855. Aujourd’hui, le domaine de l’île Margaux est l’un des rares vignobles insulaires de la Garonne toujours en activité.

Bio

Les adeptes remarqueront que l’étiquette a changé. Le dessin du vignoble est maintenant coloré en vert. En effet, depuis la vendange 2015, les vins sont certifiés bios. Ça semble logique dans un environnement bercé par les marées de ne plus utiliser de produits chimiques. Le propriétaire du domaine depuis 2001, l’homme d’affaires Gérard Favarel, accorde une grande importance à la nature et à la biodiversité. Son vignoble de 14 hectares cultive les variétés habituelles (merlot, cabernets et petit verdot), mais aussi de vieilles vignes de malbec, un cépage autrefois répandu à Bordeaux.

2015

Les collectionneurs le savent : 2015 est une année à retenir et les bouteilles sont à mettre en cave. Depuis la vendange 2010, Bordeaux enchaînait des récoltes difficiles. Le prix des vins stagnait, voire diminuait, tout comme la qualité des produits. Or, la vendange 2015 a redonné le sourire aux vignerons. Le printemps a été chaud et sec. L’été aussi. La pluie est tombée au bon moment, avant la récolte. Si bien que le millésime a été comparé à 2005, une vendange exceptionnelle. Cette cuvée du Domaine de l’île Margaux le confirme. Et elle va sans aucun doute se bonifier au cours des prochaines années.

Arômes

L’été chaud de 2015 se reflète dans cet assemblage de Bordeaux. Les notes de cassis, de prune et de cerise rappellent les fruits mûrs. Celles d’épices douces dévoilent quant à elles l’élevage en barrique de chêne. Le tout se retrouve dans une bouche équilibrée aux tannins ultrafins et soyeux. La finale est gourmande, épicée, et une pointe végétale apporte de la fraîcheur. Avec le beau temps de 2015, certains Bordeaux, vendus au même prix, semblent avoir été vendangés plus tard, ce qui les rend parfois plus lourds, avec des arômes confits. Ici, le vin est drapé de nuance et de finesse.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.