Mon clin d’œil

Le SPVM, l’UPAC et la SQ ressemblent de moins en moins à District 31, et de plus en plus à Police Académie.

Témoignage

ENVIRONNEMENT
L’effet Greta

Ceux qui disent que la venue de Greta à Montréal ne change rien se trompent. La jeune militante a été pour nos deux ados et notre famille une source d’inspiration.

Ainsi, en 2018, nous avons décidé d’amorcer de nombreux changements dans notre vie, notamment améliorer l’efficacité énergétique de notre maison (meilleure isolation, matériaux, fenêtres, éclairage à DEL, etc.), consommer moins et acheter bio, local et équitable, délaisser progressivement la viande et le lait de vache, composter, se débarrasser d’une de nos voitures et de notre moto, remplacer notre tondeuse à essence par un modèle électrique, réduire nos déplacements en voiture et favoriser la marche, le vélo ou les transports en commun, et ne plus utiliser de pesticides ou d’herbicides sur notre terrain.

En 2019, nous avons décidé d’aller encore plus loin. Pas de voyage en avion cette année (on saute un an), achat de 80 arbres afin de compenser notre CO2 de l’an passé, le poêle à bois ne brûlera plus à moins d’une situation d’urgence, réduire encore davantage à la source notre consommation et réutiliser le plus possible, par exemple : achats en vrac, réutilisation de sacs de plastique, de sacs de lait, de pain, etc., donner aux organismes nos articles usagés (vêtements, livres, etc.), conduire à la vitesse maximale permise sur la route (par exemple, 100 km/h sur l’autoroute), être des modèles pour les gens de notre voisinage, participer à des marches pour le climat, lire et faire des recherches sur le sujet afin d’être mieux documentés, écrire aux journaux et aux gouvernements afin que des actions soient prises au niveau de l’État. Et d’ici deux ans, ce sera l’achat d’un véhicule électrique.

Aujourd’hui, comme famille, nous sommes très fiers de ce que nous avons accompli.

Sommes-nous idéalistes ? Peut-être, mais chose certaine, nous avons l’impression de vivre en ligne avec nos convictions et de faire une différence. Fini la dissonance cognitive ! Est-ce trop tard ? Je ne sais pas. Au moins, je pourrai regarder mes descendants dans les yeux en leur disant qu’on a fait ce qu’on a pu au lieu de blâmer les autres et de rester les bras croisés.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.