Canada Goose

18,7 millions 

Le fabricant de parkas d’hiver de luxe Canada Goose a affiché hier une perte nette de 18,7 millions au cours du premier trimestre, alors qu’il envisageait une expansion sur les marchés internationaux. Les dirigeants de Canada Goose ont attribué la perte à leurs dépenses, car ils embauchent du personnel pour deux magasins à Pékin et à Hong Kong, ainsi que pour un bureau régional à Shanghai, qui ouvriront à l’automne. Les revenus du plus récent trimestre ont atteint 44,7 millions, en hausse par rapport aux 28,2 millions engrangés au cours du même trimestre l’année dernière. — La Presse canadienne

Pages jaunes

Les bénéfices augmentent, en dépit du recul des revenus

Pages jaunes a augmenté ses bénéfices malgré une baisse de ses revenus lors du deuxième trimestre de 2018. Son bénéfice net a augmenté de 14,2 millions de dollars, comparativement à la même période l’an dernier, pour s’établir à 16,6 millions, soit un bénéfice dilué de 0,56 $ par action. Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) ajusté moins les dépenses d’investissement a augmenté de 18,7 millions, pour s’établir à 56,8 millions. L’entreprise, qui se décrit comme un chef de file en matière de médias numériques et de solutions marketing au Canada, présente ces résultats malgré une baisse de 30,3 millions, ou 15,7 %, des revenus par rapport au deuxième trimestre de 2017. Le total des produits est donc de 163,2 millions. David A. Eckert, président et chef de la direction, affirme que les résultats financiers reflètent les efforts mis sur l’harmonisation des dépenses et des produits, sur la cession des entreprises et l’élimination des produits qui n’étaient pas rentables ou synergiques. — La Presse canadienne

Pâtes et papiers

Le carton fait le trimestre pour Cascades

Les ventes de Cascades ont augmenté de 49 millions, soit 4 % par rapport à la période correspondante l’année dernière, pour s’établir à 1,179 milliard. Cela est attribuable à la hausse de 11 % du secteur du carton-caisse, liée à la hausse des prix de vente, à l’acquisition d’usines en Ontario, ainsi qu’à la hausse du volume. « Nous sommes optimistes pour le troisième trimestre. Cet optimisme est fondé sur de solides conditions de marché, l’implantation d’une hausse de prix de 50 $US par t.c. et le coût des matières premières qui reste stable pour notre secteur du carton-caisse », a indiqué dans un communiqué Mario Plourde, président et chef de la direction. Du côté des papiers sanitaires, malgré une hausse des volumes, le rendement a diminué pour ce secteur soumis à un environnement de marché très compétitif. Au deuxième trimestre, le bénéfice net a atteint 27 millions, ou 0,28 $ par action. — La Presse

Chantier naval Davie

Ottawa achètera trois brise-glaces

Le gouvernement fédéral annoncera aujourd’hui qu’il se porte acquéreur de trois brise-glaces qui seront convertis par le chantier naval Davie, selon deux sources au fait du dossier. Le premier brise-glace sera opérationnel dès décembre 2018, donc à temps pour la prochaine saison hivernale. Le ministre Jean-Yves Duclos doit en faire l’annonce au chantier situé à Lévis en matinée. Le gouvernement et l’entreprise avaient entamé des négociations en janvier. Le contrat n’est toutefois pas à la hauteur des attentes de Davie, qui espérait créer 800 emplois. Il permettra plutôt de maintenir 200 emplois au cours des deux prochaines années, selon une source gouvernementale. Le chantier maritime avait soumis, il y a deux ans, un projet pour convertir quatre brise-glaces commerciaux et les louer au gouvernement canadien afin de combler à court terme les besoins de la Garde côtière, dont la flotte est vieillissante. Or, Ottawa a plutôt choisi d’acheter trois des quatre brise-glaces, mettant le plus imposant de côté. Le travail de conversion serait également moins important que ce que Davie proposait.

— La Presse canadienne

Résultats

La météo joue un vilain tour à Logistec

Logistec Corporation, fournisseur de services maritimes et environnementaux, affiche des produits de 149,2 millions de dollars, une hausse de 47,3 millions, ou 46,5 %, par rapport à la même période de 2017. Les profits sont toutefois à la baisse en raison de la météo au début du trimestre, qui a retardé le début de la saison des travaux de réhabilitation. Les produits du secteur des services maritimes ont augmenté de 62,0 %, à 85,7 millions, tandis que les produits du secteur des services environnementaux ont atteint 63,5 millions, une hausse de 14,5 millions, ou 29,7 %, en un an. La société manutentionne notamment des marchandises en vrac, des marchandises diverses et des conteneurs dans 37 ports et 61 terminaux à l’échelle de l’Amérique du Nord. Le deuxième trimestre de 2018 s’est soldé par un résultat consolidé de 1,9 million comparativement à un résultat de 4,8 millions au deuxième trimestre de 2017. — La Presse

Québecor

Vidéotron toujours performant

Québecor a terminé son deuxième trimestre 2018 avec une hausse de revenus de 4,9 millions, à 1,04 milliard, par rapport à la même période de 2017 attribuable aux performances de sa filiale Vidéotron. Ses médias continuent toutefois de s’enfoncer. 

Le bénéfice net s’est élevé à 41,3 millions, ou 0,18 $ par action de base, comparativement à 137,8 millions, ou 0,57 $ par action de base, à la même période de 2017. En 2017, elle avait fait un gain tiré de la vente d’une licence de spectre. 

La téléphonie mobile

Le secteur Télécommunications de Québecor est toujours performant, avec une croissance de 2,5 % de ses revenus. 

La téléphonie mobile a progressé de 12,9 % en un an, la société a vendu 125 900 nouvelles lignes en téléphonie mobile.

« Les forfaits de type “apportez votre appareil” représentent une proportion de plus de 35 % des nouvelles lignes activées en téléphonie mobile », a déclaré par communiqué Manon Brouillette, présidente et chef de la direction de Vidéotron.

Acteurs étrangers

Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a confié aux analystes financiers qu’il maintenait la pression sur les autorités pour dénoncer le laxisme fiscal dont profitent Netflix et Spotify.

« L’environnement a changé de façon draconienne au cours des dix dernières années, et le CRTC n’en a pas pris conscience de manière appropriée, a-t-il affirmé. Les médias étrangers – et les joueurs de l’internet – nous coupent l’herbe sous le pied, et le régulateur laisse la situation perdurer. »

TVA Sports

Dans le secteur Média, Québecor enregistre une baisse de 7,5 %, soit 8,8 millions, des revenus de ses activités de télédiffusion chez TVA et de TVA Sports.

L’absence du Canadien de Montréal des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey (LNH) a eu son impact.

France Lauzière, présidente et chef de la direction de Groupe TVA a précisé que la stratégie de contenu de la chaîne serait revue afin d’offrir 12 mois de contenu. TVA Sports annonçait d’ailleurs en mai qu’il serait le diffuseur francophone officiel des matchs de l’Euro 2020.

Pub en baisse de 11 % dans les journaux

Pour ce qui est des journaux, Québecor a vu ses revenus baisser de 4,9 %, soit de 2,3 millions. Ses revenus publicitaires sont en baisse de 10,9 %, ses revenus de tirage sont aussi en baisse de 2 % et ses revenus numériques glissent de 2,9 %. Les revenus des magazines ont reculé de 15,2 %.

Au deuxième trimestre, Québecor a complété le rachat des actions de Québecor Média détenues par la Caisse de dépôt.

— Isabelle Dubé, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.