États-Unis

« Si j’étais Boeing, je réparerais le 737 MAX [...] et remettrais l’avion en marché avec un nouveau nom. »

— Le président Donald Trump a offert sur Twitter hier des conseils non sollicités à Boeing, constructeur du tristement célèbre avion 737 MAX. M. Trump a également écrit qu’il ajouterait « quelques fonctionnalités supplémentaires ». Il a ajouté : « Aucun produit n’a souffert autant que celui-ci. » (AFP)

Rapport de la Banque du Canada

Le moral des sociétés moins solide que l’an dernier

Le moral des entreprises n’est plus aussi solide qu’il l’était récemment, leurs dirigeants soulignant l’incertitude entourant le commerce mondial, le secteur de l’habitation et l’industrie de l’énergie, a indiqué hier la Banque du Canada dans un nouveau rapport. Pour la première fois depuis le troisième trimestre de 2016, la mesure prise par la banque centrale pour évaluer le climat du monde des affaires a retraité, s’éloignant des sommets quasi records atteints l’an dernier. La lecture plus optimiste du rapport précédent s’appuyait sur un sondage réalisé en novembre, alors que les prix du pétrole commençaient à baisser. La plus récente enquête, menée fin février et début mars, indique que les attentes des entreprises en matière de ventes restent positives, mais qu’elles sont en baisse par rapport à il y a quelques mois. En outre, l’optimisme quant à la future demande est moindre. — La Presse canadienne

Réforme

Fitzgibbon nie vouloir fondre Montréal International dans Investissement Québec

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, assure qu’il n’est pas question de fondre Montréal International dans Investissement Québec (IQ), dans le cadre de la réforme du mandat d’IQ qui est envisagée. Le gouvernement caquiste veut revoir le mandat d’Investissement Québec, notamment pour qu’il fasse davantage de prospection de nouveaux marchés pour les entreprises québécoises. Le ministre a fait cette déclaration lors d’une conférence de presse, hier à Montréal, dans le cadre de la Semaine de l’aérospatiale. Une information qui circulait, et dont La Presse avait fait état, voulait que Montréal International soit fondu dans Investissement Québec. M. Fitzgibbon a nié que ce serait le cas. « Moi, mon focus, c’est que les gens travaillent bien ensemble. Les structures ne me dérangent pas », a affirmé le ministre, qui se trouvait à côté du président-directeur général de Montréal International, Hubert Bolduc. — La Presse canadienne

Goldman Sachs

Recul du bénéfice et des recettes

Goldman Sachs a annoncé hier des résultats en demi-teinte au premier trimestre, marqués par une baisse de son bénéfice et de ses recettes, la faible volatilité sur les marchés ayant pesé sur le courtage. Le bénéfice net a chuté de 20 % sur un an, à 2,2 milliards US, tandis que le chiffre d’affaires a diminué de 13 %, à 8,81 milliards US, selon un communiqué. La prestigieuse banque d’affaires, qui est en train de se diversifier en proposant des crédits aux particuliers et PME via Marcus, une plateforme en ligne, a toutefois dépassé les attentes des analystes concernant le résultat net. En effet, le bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, est ressorti à 5,71 $US, contre 4,89 $US prévus par les analystes. Goldman Sachs, qui dépend des activités spéculatives davantage que les six autres grandes banques américaines, a pâti d’une chute de 18 %, à 3,61 milliards US, des recettes générées par le courtage. — Agence France-Presse

Exportation créative Canada

La majorité des demandes provenaient du Québec

Moment Factory, le festival Fantasia, le partenariat Quartier des spectacles, Squeeze Studio Animation et Trio Orange comptent parmi les 11 entreprises et OBNL qui bénéficient du tout nouveau programme Exportation créative Canada. Les noms des 20 maisons de production, d’édition de livres ou compagnies théâtrales ont été annoncés hier. Elles se partagent 7,8 millions de dollars en cette première année d’un programme de cinq ans au budget total de 35 millions.

Sur les 100 demandes reçues, 61 provenaient du Québec. « Ça montre la créativité du Québec », note Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien et du Multiculturalisme.

Le programme a pour but de soutenir le déploiement à l’étranger des produits culturels d’ici et conséquemment la croissance des entreprises, nouvelles ou établies. « La créativité d’ici est pour nous une grande source de fierté, mais on investit aussi car c’est payant, admet Pablo Rodriguez. Les exportations de produits culturels se chiffrent à 16 milliards de dollars, soit 2,5 % de toutes les exportations canadiennes. C’est énorme ! »

Concrètement, l’argent versé aidera à financer divers types de projets. Pour Moment Factory, par exemple, il servira à promouvoir et à distribuer des formats multimédias, comme Lumina (parcours nocturne), Aura (basilique Notre-Dame) et Wonderbox (expérience immersive). « L’objectif est d’avoir ces trois projets références sur d’autres continents d’ici deux ans », explique Éric Fournier, associé et producteur exécutif de Moment Factory.

« C’est un soutien qui tombe à point pour faire connaître ce qu’on fait, estime de son côté Denis Doré, PDG de Squeeze Studio Animation (producteur de Cracké, notamment) qui s’est vu attribuer 305 000 $. On a mis des efforts pour aller sur les marchés, mais c’est un travail de plusieurs années. Ce qui nous intéresse de ce programme, c’est qu’on voit la créativité comme un bien qu’on peut commercialiser à l’extérieur. Comme nous détenons nos produits, c’est ainsi qu’on créera de la richesse. »

Forte compétition

Les entreprises soutenues notent, par ailleurs, la compétition forte sur le plan international et la nécessité d’avoir un coup de main pour se démarquer. « On ne se bat pas à armes égales, constate Carlos Soldevila, président et producteur exécutif de Trio Orange, fort d’un appui de 375 000 $. Le Fonds Québecor nous soutient déjà dans notre plan de développement international en collaboration avec le Fonds des médias. Le programme Exportation créative vient donc donner un petit coup pour accélérer le processus de diffusion, de participation à des festivals et le développement d’une plateforme numérique pour mettre en valeur nos contenus. »

Les autres entreprises québécoises soutenues se nomment Apollo Boutique Musicale, Boîte à Livres, Playmind, Éditions Chouette, Productions Folle Avoine et Organisme Schéma.

— Isabelle Massé, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.