Économie sociale

Desjardins et trois fondations lancent une initiative unique

La Caisse d’économie solidaire Desjardins s’est alliée aux fondations Saputo, McConnell et Chagnon. Ensemble, elles ont créé un outil financier unique pour appuyer les entreprises d’économie sociale. Cette « Garantie solidaire », à hauteur de 15 millions, sera annoncée aujourd’hui. Et son esprit innovant pourrait inspirer d’autres acteurs dans le monde.

Caisse d’économie solidaire Desjardins : une approche inédite

La motivation est claire. « On veut aider à créer des projets qui ont un impact social dans les communautés », dit Luc Rabouin, directeur, développement stratégique, à la Caisse d’économie solidaire Desjardins. 

Sa mécanique est simple. « Les fondations ne déplacent pas leur argent lors des transactions, explique-t-il. Elles signent plutôt une lettre de garantie. » 

Autre avantage, précise-t-il, l’analyse des dossiers est à coût nul pour les fondations. Car les partenaires des projets, comme Desjardins, le RISQ, la Fiducie du Chantier de l’économie sociale, Investissement Québec, PME MTL, etc., l’ont déjà fait. 

La Garantie solidaire s’adresse aux entreprises d’économie sociale et d’action communautaire, essentiellement des coops et des OBNL. 

« On constatait que plusieurs projets intéressants ne se réalisaient pas, car il manquait des bouts de financement, dit M. Rabouin. En agissant comme endosseurs, les fondations nous permettent désormais d’augmenter le niveau des prêts. Et de le faire à des taux d’intérêt d’emprunt conventionnel. » 

Cette façon de combler une lacune dans les montages financiers est « totalement » nouvelle. 

« Ça ouvre une porte, dit-il. Éventuellement, on pourrait faire quelque chose de plus gros avec plus d’acteurs au Québec. » 

Il y a aussi un potentiel à l’international. « C’est un modèle qui pourrait inspirer d’autres communautés », estime Luc Rabouin. 

D’ailleurs, l’initiative sera présentée lors du Forum mondial de l’économie sociale, qui se tiendra à Bilbao, en Espagne, du 1er au 3 octobre.

La Pépinière : une croissance fulgurante

Le Village au Pied-du-Courant et sa plage festive. Le Corridor vert des cinq écoles, à Montréal-Nord. Les Jardins Gamelin, près du métro Berri UQAM. Et plein d’autres projets. 

Les réalisations de La Pépinière lui ont valu de nombreux prix. Ces distinctions saluent son travail pour les municipalités et sa quête pour améliorer la qualité de vie des résidants. 

Depuis sa création, cet incubateur d’espaces collectifs connaît une croissance fulgurante. De quelques personnes en 2014, il emploie, cet été, 30 employés permanents et une centaine de travailleurs saisonniers. 

Mais cette expansion entraîne son lot de défis. Et des besoins en termes de fonds de roulement. 

« Nos sites sont en service l’été et l’automne, précise Maxim Bragoli, cofondateur. Mais nos travaux de préparation, de recherche et de développement pour les projets se font durant les autres saisons. » 

La Garantie solidaire permettra à La Pépinière de compléter un montage financier d’environ 300 000 $. Et d’établir son plan de développement pour les trois prochaines années. 

« Cette initiative nous aide à franchir un cap important. C’est une belle preuve de confiance des fondations et de nos autres partenaires financiers. »

— Maxim Bragoli

Les sites de La Pépinière se trouvent à Montréal (10), Laval (1) et Québec (1). L’organisme est en discussions pour exporter son concept à Toronto.

ALPABEM : un rêve réalisé

ALPABEM existe depuis 35 ans. L’acronyme signifie Association lavalloise de parents et amis pour le bien-être mental. 

Par l’entremise de ses services gratuits de consultations individuelles, de formation et de conférence, il rejoint quelque 2000 personnes par an. 

Cette année, l’association a réalisé un rêve qu’elle chérissait depuis 10 ans. Elle a acheté un immeuble. 

« À 50 000 $ par année, le loyer annuel comptait pour une bonne part de notre budget, explique Patrice Machabée, directeur général. C’était donc une idée réaliste de mettre ces montants sur une hypothèque et de devenir propriétaire. » 

L’occasion d’acheter un immeuble à Laval s’est présentée en novembre dernier. Mais, une fois de plus, il fallait un endossement pour obtenir le prêt. 

La Caisse d’économie solidaire propose alors le soutien des fondations McConnell et Saputo. « On a fait partie des premiers à expérimenter le concept », précise M. Machabée. 

La transaction s’est conclue le 15 juin avec l’aide de ses différents partenaires financiers. Elle s’élève à près de 1 million, en incluant les travaux d’aménagement. 

Le remboursement hypothécaire est de 60 000 $ par année. Mais en ouvrant des locaux à d’autres organismes communautaires, ALPABEM engrangera des revenus de location annuels de plus de 35 000 $. 

« On pourra rembourser l’hypothèque plus vite et ça va créer un milieu de vie dynamique, dit-il. Avec le temps, tout sera payé et on aura des revenus récurrents. Et ça fera encore plus d’argent à consacrer pour les services. » 

Patrice Machabée a été reconnu parmi les 150 leaders au Canada dans le domaine de la santé mentale. On comprend pourquoi.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.