Actualités

Les nouvelles de la semaine

Découvrez les nouvelles qui ont marqué l’actualité de la dernière semaine dans le monde de l’automobile.

Pour Mazda, les petites batteries ont plus de sens

À l’inverse de bien des constructeurs, Mazda n’a pas l’intention de produire des véhicules électriques embarquant de grosses batteries. Pour appuyer cette décision, le patron européen du développement et de l’ingénierie du constructeur japonais, Joachim Kunz, a déclaré en entrevue à Autocar que la marque s’était penchée sur l’émission de CO2 de la construction du véhicule jusqu’à sa fin de vie. S’appuyant sur une étude d’une université japonaise, dont la source complète n’a pas été présentée, Kunz affirme qu’un véhicule équipé d’un moteur Skyactiv diesel émettra moins de CO2 durant sa vie qu’un véhicule électrique équipé d’une batterie de 95 kWh utilisé en Europe. Évidemment, cela ne tient compte que de l’émission de CO2 et se concentre uniquement sur le contexte européen, où les centrales thermiques sont nombreuses. Cela dit, cet argumentaire met en lumière la stratégie de Mazda, qui semble ne pas vouloir concurrencer Tesla.

Lamborghini dévoile la version à propulsion de sa Huracán EVO

Alors que plusieurs concurrents garnissent à grande dose d’éléments technologiques leurs produits afin d’accroître leur performance, Lamborghini a choisi le chemin inverse, pour une fois. Pour faire suite à la Huracán LP-580-2, Lamborghini proposera une version à propulsion de sa Huracán EVO. Le but de l’exercice : rendre l’expérience de conduite plus valorisante. On ne chasse pas les records, ici. Le 0-100 km/h estimé à 3,3 s, quoique extrêmement rapide, est évidemment plus lent que celui de la version à rouage intégral (2,9 s). La puissance du V10 atmosphérique de 5,2 L est aussi légèrement diminuée, à 602 ch comparativement à 631 ch pour l’autre livrée. Le système antipatinage a été optimisé pour ce changement de configuration, qui permet une baisse de poids somme toute minime de 33 kg. Visuellement, cette version à propulsion se distingue essentiellement avec une calandre redessinée avec de plus grandes ouvertures.

Aston Martin produira un modèle speedster au tirage très limité

Chez les marques de grand luxe, les modèles à tirage limité sont de véritables mines d’or. Il n’est donc pas étonnant de voir Aston Martin profiter de la chose alors qu’il traverse une période particulièrement difficile sur le plan financier. Le constructeur a annoncé la semaine dernière son intention de produire un modèle de type speedster, à savoir un roadster à deux places, sans pare-brise et avec une partie arrière fuselée derrière les appuis-tête. La V12 Speedster rendra hommage à la DBR1, la gagnante des 24 Heures du Mans de 1959. Propulsée par un V12 biturbo de 5,2 L produisant 690 ch, elle sera produite à seulement 88 exemplaires. Si l’on se fie à la première esquisse présentée, elle s’annonce plutôt impressionnante sur le plan esthétique. Son dévoilement officiel est prévu plus tard cette année.

Un avant-goût du premier VUS Genesis

La marque de luxe de Hyundai, Genesis, a publié certaines images assez révélatrices donnant un avant-goût de son premier VUS. Dessiné sous la direction de Luc Donckerwolke, à qui on doit le design de quelques Lamborghini, le GV80 cherchera à faire augmenter le volume de vente du constructeur, qui demeure un acteur de petite taille en dépit de sa forte progression sur le marché américain. On voit de manière assez marquée l’influence du design de la grande berline G90 sur l’immense calandre qu’arbore ce nouveau modèle. Sur le plan technique, aucun détail n’a été dévoilé sur ce VUS qui jettera les gants entre autres au BMW X5, mais on sait déjà qu’il devrait être construit sur une plateforme à propulsion qui sera partagée avec la prochaine génération de la berline intermédiaire G80. Le V6 biturbo de 3,3 L de cette dernière devrait également être mis à profit à ses débuts.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.