La fête du Canada en mode virtuel

Après Québec, au tour d’Ottawa de célébrer sa fête nationale. Deux spectacles préenregistrés se suivront mercredi soir. D’abord la fête du Canada à Montréal, spectacle intime filmé au Stade olympique. Et puis la fête du Canada Ensemble, animée par Pierre-Yves Lord et Serena Ryder, diffusée sur les ondes de Radio-Canada, où défileront une vingtaine d’artistes d’un bout à l’autre du pays.

Les deux émissions financées par Patrimoine canadien se succéderont, la première servant de mise en bouche à la seconde. La soirée débutera à 19 h avec la fête du Canada à Montréal, enregistrée de jour plus tôt ce mois-ci au Stade olympique et diffusée sur plusieurs plateformes.

Ce spectacle d’une heure met en vedette Patrick Watson, Charlotte Cardin, Hubert Lenoir, Elisapie, ainsi que Martha et Rufus Wainwright. Le producteur Stéphane Guertin, qui organise depuis sept ans les spectacles à grand déploiement de la fête du Canada dans le Vieux-Port de Montréal, a dû retourner à sa table à dessin quand la COVID-19 a frappé. Au-delà d’une vingtaine d’artistes étaient attendus. Il parle d’un « coït interrompu ».

Le comité organisateur de Patrimoine canadien a fait appel aux grandes villes canadiennes pour faire un spectacle virtuel en amont de l’émission télédiffusée à 20 h. Stéphane Guertin a été invité à la table de discussion.

« On a fait le choix d’un spectacle intime, dans un lieu iconique de Montréal. Ce sera l’opening act de la soirée. Dans une ambiance de souper d’amoureux, qui rassemble les gens. Ce ne sera pas un show qui donnera envie de danser sur les tables… »

— Stéphane Guertin, producteur

« Le choix du Stade olympique allait de soi parce qu’on a pu y tourner les images à l’abri des foules, ce qui était une préoccupation avec les mesures sanitaires, nous dit encore le producteur de Tandem, qui a intercalé des vox pop entre les prestations musicales. On va sentir qu’on est au Stade, mais aussi qu’il n’y a personne dedans. »

Martha Wainwright, qui a popularisé la série « Chanter sur les balcons » de Pop Montréal pendant le Grand Confinement, chantera l’hymne national avec son frère Rufus, afin de souligner les 40 ans du chant patriotique canadien.

« Je ne suis pas quelqu’un de nationaliste, nous dit l’auteure-compositrice-interprète, mais, après avoir vécu 15 ans aux États-Unis, j’étais contente de vivre ici, admet-elle. Surtout en ce moment ! Je le chante quand même avec fierté. Donc, quand on nous a demandé de chanter l’hymne national, on a accepté, mais je ne l’avais jamais chanté avant, je ne connaissais même pas les paroles… »

Il s’agira d’une interprétation « assez solennelle », nous dit encore Martha Wainwright, qui a chanté sa partie a cappella dans un stade complètement vide, après avoir conduit sa voiture jusqu’au milieu du terrain. « C’était surréaliste ! s’exclame-t-elle. Rufus avait enregistré sa partie de chez lui à Los Angeles, donc je l’écoutais dans une oreille, et puis ça s’est fait comme ça, avec quelques techniciens. »

La suite à Radio-Canada

Radio-Canada/CBC prendra le relais à 20 h avec La fête du Canada Ensemble, animée par Pierre-Yves Lord et Serena Ryder (qui proposent aussi une tournée virtuelle des célébrations pendant le jour). Cette émission-là (de deux heures) s’est tournée entre le 28 et le 30 juin.

« C’est sûr que là, on est en mode variétés, nous dit Pierre-Yves Lord, qui animera l’émission avec la chanteuse torontoise Serena Ryder, qu’il avait déjà interviewée pour une émission de radio à Québec. C’est une artiste très chaleureuse, très talentueuse, je suis vraiment heureux de la revoir. »

« Il y aura des performances dans le studio virtuel où nous nous trouverons, mais on va aussi faire le lien là où se trouvent les artistes, dans différentes villes ou directement de chez eux. On a vraiment créé un univers virtuel en donnant une impression d’auditoire sous forme de réalité augmentée pour compenser la non-présence d’une foule. »

— Pierre-Yves Lord, coanimateur

Les artistes seront nombreux à défiler. Parmi eux : Alanis Morissette, Avril Lavigne, Sarah McLachlan, Charlotte Cardin (par la magie du préenregistrement puisqu’on la verra aussi avec les Wainwright au Stade olympique), The Sheepdogs, Loud, Corneille, Alex Nevsky, Radio Radio et Damien Robitaille, Alexandra Stréliski…

Cette dernière, qui a participé à la fête nationale du Québec, enregistrera Burn Out Fugue avec trois danseurs étoiles de ballet classique (Guillaume Côté, Vanesa Garcia-Ribala Montoya et Alanna McAdie), dans une chorégraphie de Geneviève Dorion-Coupal. « J’ai hâte de voir ce que ça va donner, je trouve ça très excitant », nous dit la pianiste québécoise, qui est en mode composition depuis le début de la pandémie.

« Je suis juste contente de recommencer à être active parce que ça fait quand même trois mois, mine de rien, que je suis en pyjama, que je joue à des jeux vidéo et que je fais des sauces à spag, nous dit-elle, pince-sans-rire. Juste l’idée de me retrouver en présence de régisseurs de plateau, ça me fait très plaisir. »

Plus tôt dans l’émission de jour (à 13 h), Marc Hervieux et Julie Nesrallah chanteront eux aussi l’hymne national canadien. Ils seront accompagnés de l’Orchestre symphonique du Centre national des arts d’Ottawa.

Là encore, Pierre-Yves Lord et Serena Ryder feront le lien entre les différentes provinces. À Moncton, on verra par exemple une chorégraphie du Ballet atlantique du Canada et une prestation des Salebarbes (le projet d’Éloi et Jonathan Painchaud) ; ici, une collaboration Montréal-Québec avec Laurence Nerbonne et Sarahmée ; à Sudbury, on verra une prestation de Patricia Cano, etc.

Pierre-Yves Lord, qui anime les festivités de la fête du Canada pour la deuxième année, n’y voit aucun geste politique.

« L’an dernier, j’ai prononcé une partie du discours patriotique à la fête nationale du Québec sur les plaines d’Abraham et j’ai animé les festivités de la fête du Canada après. Je n’y vois pas de contradiction. Ce n’est pas un geste de renonciation non plus. Je suis un fier Québécois et on m’invite à représenter la francophonie du Canada à la fête nationale, alors j’y vais avec enthousiasme. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.