Opinion Boucar Diouf

L’affrontement des racines britanniques et françaises

Comme ancien biologiste végétaliste, il y a une adaptation personnalisée d’une vieille sagesse que j’aime bien appliquer aux sociétés plurielles comme celle du Québec. Elle dit que dans une société multiculturelle, pendant que les racines se chicanent dans le sol, il arrive que les branches et les fleurs s’embrassent dans les airs. S’il est vrai que les jeunes de toutes origines s’embrassent et fraternisent dans le Québec d’aujourd’hui, les chicanes racinaires remontent aussi régulièrement à la surface. Ce tiraillement irréconciliable autour du projet de loi 21 est un affrontement des racines françaises, d’une part, et britanniques, de l’autre, qui sont deux des trois composantes fondatrices du Canada. D’ailleurs, la troisième composante, celle des autochtones, se fait totalement discrète dans ce débat.

La conception québécoise de la laïcité est un indéniable héritage des origines françaises de la majorité francophone.

Une vision qui doit à la séparation franche entre l’État et la religion adoptée en France dans une loi datant de 1905. Même si le Québec cherche sa propre ligne de consensus, bien plus fine et minimaliste que celle de la France, l’héritage hexagonal a un lien avec le fait qu’il soit la seule nation en Amérique à avoir déconfessionnalisé son système d’éducation. Depuis 50 ans, ce désir de sécularisation inachevé revient régulièrement hanter le débat politique, et les tensions de la dernière décennie autour des signes et des accommodements religieux ont accouché, à tort ou à raison, d’une certaine peur de la reconfessionnalisation du système scolaire.

Le modèle de laïcité québécois contraste avec le concept de neutralité religieuse telle que pratiquée au Royaume-Uni. Entre les racines françaises et britanniques, le clivage est ostensible et les positions, impossibles à rapprocher. Pour cause, contrairement à la France, le Royaume-Uni porte en lui une bonne dose de théocratie. La reine Élisabeth n’est pas seulement un monarque, elle est aussi chef de l’Église et incarne une sorte de représentante de Dieu dans son pays. Dans la Chambre des lords siègent aussi 25 archevêques et évêques qui participent à l’examen et à la modification de beaucoup de projets de loi. Disons qu’en plus d’ériger l’idéologie multiculturaliste en religion, on nage ici dans un certain brouillage des frontières entre la suprématie de Dieu et la primauté du droit.

C’est ce legs britannique qui explique le clivage entre la vision du Québec et celle d’une grande partie de l’anglophonie canadienne lorsque la religion s’invite dans le débat politique.

Si le modèle québécois de laïcité contraste avec celui du Royaume-Uni, il est encore bien plus loin de celui des États-Unis. Là-bas, le premier amendement de la Constitution empêche même le Congrès de voter des lois touchant l’établissement et la libre célébration d’une religion. Il faut dire qu’au début de la colonie américaine, il y avait les Pères pèlerins, ou Pilgrim Fathers. Ce groupe de religieux mystiques fuyant la persécution avait quitté l’Angleterre à bord du Mayflower pour venir s’établir, en 1620, dans ce qui deviendra la colonie américaine. Voilà peut-être pourquoi la main et la bénédiction divines ne sont jamais loin en Amérique, même lorsque vient le temps de voter des lois.

Bien enraciné dans l’histoire américaine, ce mariage entre religion et politique risque bientôt d’y ramener les droits des femmes et des minorités sexuelles au néolithique. Partout au pays de l’Oncle Sam, la mainmise du lobby religieux, surtout des évangéliques, sur le politique fait voter des lois au service des obsédés de l’appropriation utérine et de la discrimination des minorités sexuelles. Voilà pourquoi il est important de garder la religion loin de l’État. Je défie quiconque de me donner un exemple de théocratie qui peut se vanter d’être un État de droit et un lieu d’égalité entre la religion dominante et les religions minoritaires.

Il faut réaffirmer la laïcité de l’État québécois pour le futur, dit sagement le sociologue Guy Rocher. Une prévoyance à laquelle gagneraient même à adhérer les croyants, car n’en déplaise à ses détracteurs, dans un État multiconfessionnel, la laïcité est aussi une très bonne disposition pour garantir l’égalité entre toutes les croyances et amoindrir le choc des valeurs, des appartenances et de leurs manifestations qui sont très profondes.

Dans le domaine de l’intangible, les nouvelles cabales s’ajoutent régulièrement et, en absence de laïcité, viendra le jour où les tensions seront inévitables. Pensons simplement ici à tous ces athées et agnostiques qui commencent à s’organiser en groupes d’intérêts pour mieux revendiquer leur propre liberté de conscience. Une démarche qui s’inscrit dans la vision du célèbre biologiste britannique Richard Dawkins, à qui on doit un succès planétaire intitulé Pour en finir avec Dieu.

Imaginez maintenant l’arrivée des enseignants athées et agnostiques arborant des symboles ostensibles de leur négation de l’existence divine.

Cette manifestation risque fortement de heurter les sensibilités des croyants et provoquer des levées de boucliers dans les écoles. De ces groupes d’influence, il y a le pastafarisme, dont les adhérents professent que le monde a été créé en une journée par le monstre en spaghetti volant. Les pastafariens arborent sur la tête des passoires à spaghetti et organisent des célébrations bien singulières. Pourtant, aujourd’hui, les passoires sont acceptées dans des documents officiels au Texas, en Utah, en Californie, au Massachusetts, en Autriche, en Nouvelle-Zélande et en Pologne. Les Pays-Bas et Taïwan ont même reconnu administrativement le pastafarisme comme une religion.

Évidemment, certains diront que ce culte relève de la caricature, mais dans le domaine de l’intangible, la ligne entre l’acceptable et l’irrecevable est difficile à tracer, car la preuve scientifique est impossible à faire. D’ailleurs, plus que les pastafariens, le cas des adorateurs de Satan est encore plus intéressant à souligner. Il y a quelques semaines, on a appris que l’organisation Satanic Temple avait obtenu des autorités américaines la reconnaissance en tant qu’Église. Il lui a fallu plusieurs années de tractations et maintenant, c’est fait. Les disciples de Satan ont leur Église et le siège de cette organisation se trouve dans la ville de Salem. On y vénère Lucifer, on arbore des cornes de diable sur la tête et on récite des « Ave Satan » devant une croix virée à l’envers. Si, pour les adorateurs du monstre spaghetti volant, on peut refuser la reconnaissance légale de leur religion, il est bien plus difficile de le faire avec ceux qui mettent Satan au centre de leurs croyances, car cet esprit du mal est reconnu par les trois monothéistes.

Toutes ces nouvelles manifestations de conscience, sur fond de protestation, se frayeront bientôt des chemins jusque dans notre quotidien et provoqueront d’énormes chocs des valeurs. Voilà pourquoi le temps démontrera aux détracteurs qu’en ménageant des espaces de fraternisation à l’abri des représentations, la laïcité reste la meilleure façon de faire cohabiter harmonieusement la diversité religieuse. Pour s’en convaincre, il suffit de penser au jour où un adorateur de Satan entrera dans une école avec deux petites cornes sur la tête pour enseigner. Nombreux seront les parents pratiquants qui se précipiteront pour sortir leurs enfants de sa classe, même si l’enseignant plaide la séparation entre ses croyances et son travail. C’est pour des raisons semblables qu’il faut aussi être plus prévoyant et légiférer pour l’avenir, comme le disait M. Rocher.

En protégeant les sensibilités de toutes les croyances sincères, la laïcité favorise l’harmonie interconfessionnelle. Aussi, pour minimiser les impacts du projet de loi 21, je crois qu’il faudrait qu’on permette aux personnes touchées de garder leurs droits acquis advenant un changement de poste ou d’école. Il faudrait aussi que ces droits acquis incluent les étudiants qui s’activent déjà dans les universités pour devenir enseignants ou enseignantes.

Le bourbier dans lequel patauge le Liban est un bel exemple pour mieux comprendre l’importance de séparer la religion de l’État. Ici, la politique se mélange sur fond de tension, de violence et d’exclusion, à une mosaïque confessionnelle comprenant officiellement 18 communautés religieuses. Dans un temps pas très lointain, gageons que le Royaume-Uni arrivera au même constat.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.