Célébrités

Georgina Rodriguez a percé les défenses de Ronaldo

La compagne du footballeur portugais cinq fois Ballon d’or est le plus sexy des coachs

« Un café… avec du lait d’amandes ! » Georgina est stricte sur la diététique. Aussi scrupuleuse que Ronaldo vis-à-vis de ses entraînements. Les formes de la brune aux yeux noirs et la forme du footballeur aux pectoraux d’acier sont le témoignage manifeste de l’harmonie du couple. Un amour scellé en 2017 par la naissance « à l’ancienne » d’une fille, Alana Martina. Avec les jumeaux Eva et Mateo (nés d’une mère porteuse la même année) et leur grand frère Cristiano Jr (10 ans), ils sont le fondement d’une véritable famille.

Au menu quatre étoiles, Georgina préfère une assiette de pâtes à la bolognaise. Installée dans la plus belle suite du Meurice, la compagne de Cristiano Ronaldo est arrivée le matin même, en jet privé, pour assister à la fashion week parisienne. Une escapade de courte durée avant de retourner auprès de sa famille, à Turin.

C’est l’attaquant de la Juventus qui est resté à la maison pour s’occuper de leur fille, Alana Martina, bientôt 3 ans, mais aussi de ses trois aînés, nés de mères porteuses : Cristiano Jr, 10 ans, Eva et Mateo, 3 ans. « Nous n’avons pas de baby-sitter. Nous mettons un point d’honneur à nous occuper nous-mêmes de nos enfants, avec l’aide de ma grande sœur quand je ne suis pas disponible. Mais c’est moi qui les emmène à l’école, qui vais les chercher, qui fais les devoirs avec eux. J’ai organisé l’arrivée des jumeaux et j’ai aussi immédiatement pris soin de Cristiano Jr. C’est un enfant très affectueux, reconnaissant et bien élevé, avec qui je m’entends très bien. Il est tellement facile et agréable à vivre ! Je les aime tous de la même manière », tient-elle à préciser.

« Nous n’avons pas de baby-sitter. Nous mettons un point d’honneur à nous occuper nous-mêmes des enfants. »

— Georgina Rodriguez

Sa romance « familiale » avec le séduisant champion aux cinq Ballons d’or et aux plus de 100 buts marqués en sélection nationale dure depuis bientôt quatre ans : « Ce fut un coup de foudre. On s’est croisés tout d’abord dans la rue, à Madrid, lorsque je rentrais chez moi, sans oser se parler. Quelque temps plus tard, il est venu faire du shopping dans la boutique de luxe où je travaillais comme vendeuse. Puis le destin nous a réunis à nouveau lors d’une soirée. C’est là que nous avons discuté pour la première fois. C’était un moment très spécial, malgré le monde autour, nous avions l’impression d’être seuls. Cristiano est une des meilleures personnes que je connaisse. Il me protège, nous avons une belle complicité. Et je ne peux pas nier l’évidence : c’est une bombe ! Tout m’attire chez lui. »

Pas facile pourtant, à 22 ans, de passer soudainement de l’ombre à la lumière d’une légende vivante, adulée dans le monde entier. Avec 239 millions d’abonnés sur Instagram, Cristiano Ronaldo est la personnalité la plus suivie des réseaux sociaux. Au même titre que ses exploits sur le terrain, ses histoires d’amour sont un sujet de conversation. Il faut croire qu’il a trouvé en Georgina ce qu’il cherchait en vain : des valeurs solides et un attachement profond à ce qui est le plus important pour lui, la famille.

« Cristiano est une bombe ! Tout m’attire chez lui. »

— Georgina Rodriguez

Sac Hermès, escarpins griffés et vêtements Louis Vuitton, Georgina a adopté le costume de son rôle. Mais la vérité est ailleurs : aux soirées en boîte de nuit, elle préfère le confort de son foyer, les balades à vélo et les journées à la plage avec les enfants. « Certaines personnes, dit-elle, pensent nous connaître et ont des préjugés. C’est le revers de la célébrité. Ma priorité est ma famille. Je m’assure que mes enfants reçoivent une bonne éducation et beaucoup d’affection. Je m’occupe aussi de l’organisation de la maison, dont la direction des salariés qui sont sous notre responsabilité. Tout s’articule autour de l’école, des enfants, des entraînements et des matchs. » Il y a aussi ses « projets », quand Georgina œuvre pour des associations et des causes humanitaires… sans publicité ni artifice : « La solidarité est une de mes valeurs les plus chères. J’aime aider ceux qui en ont besoin. Donner m’apporte plus de bonheur que recevoir. » Une façon de rester fidèle à ses racines.

Car sa vie n’a pas toujours baigné dans le luxe et l’opulence. À 26 ans, la jeune femme a eu son lot de galères. Issue d’un milieu modeste, elle a grandi entre l’Argentine et l’Espagne, d’où étaient originaires ses parents. Son père, entraîneur d’une petite équipe de football, a quitté très tôt le foyer. De cette jeunesse marquée par l’absence, le manque d’argent, elle ne veut se rappeler que la lumière : « Je vivais entourée de montagnes. Nous faisions de nombreuses excursions. Un mode de vie sain, fondé sur le respect de la nature. Ma grande sœur s’est beaucoup occupée de moi. Ensemble, nous allions dans une école de religieuses. Ce qui me rendait le plus heureuse, c’était la danse classique. Je l’ai pratiquée de 4 à 17 ans. À l’adolescence, je passais des journées entières à l’académie de danse. J’ai aussi enseigné à des groupes d’enfants et j’ai participé à quantité de concours, jusqu’à décrocher des auditions à la Royal Academy of Dance de Londres. » De ces années de formation à haut niveau, Georgina a gardé une rigueur qu’elle partage avec Cristiano. Réputé pour une hygiène de vie qui confine à l’obsession, le footballeur organise ses journées autour de ses multiples entraînements entrecoupés de siestes et de micro-repas basés sur un régime strict : « Cristiano est moi avons un quotidien bien rodé, nous n’aimons pas changer de routine. L’organisation est la clé de la performance. »

Plus important encore, Georgina a même su conquérir Maria Dolores. Au Portugal la maman est l’autre star. Dans les rues, les fans l’interpellent, viennent lui baiser les mains, la toucher comme une sainte. Cristiano n’a jamais coupé le lien avec sa mère, ni avec son frère, Hugo, et ses sœurs, Ronalda et Elma. Autant d’êtres que Georgina a su apprivoiser, au point qu’ils ont vu d’un très bon œil l’arrivée de cette jeune femme discrète, issue du même milieu qu’eux et partageant leurs valeurs. Que de différences avec les anciennes compagnes de Cristiano, starlettes et mannequins ! Et lorsque, début mars, la matriarche s’est effondrée, victime d’un AVC, la fratrie, soudée jusque dans les épreuves, n’a pas hésité à tout abandonner pour se rendre dans la maison familiale de l’île de Madère. Ils ont d’ailleurs choisi de passer le confinement tous ensemble, dans la même villa au Portugal, restant ainsi au chevet de leur mère. Désormais, comme quelqu’un qui a pansé ses blessures, Georgina fait des projets. Fiancée depuis quelques mois, elle attend pour se marier que Maria Dolores se soit rétablie. Comment être heureux si la famille n’est pas au complet ? Un rêve de plus... « Mon désir de maternité est plus fort que tout. J’espère avoir d’autres enfants. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.