Rentrée culturelle/Opéra de Montréal

Autour de thèmes épiques

De grandes histoires épiques marqueront cette saison de l’Opéra de Montréal, qui s’ouvre ce soir avec Rigoletto. Son directeur général Patrick Corrigan assure que la saison 2018-2019 « sera faite de pièces de grande ampleur » et explique ses choix qui se dévoileront au public dans les mois à venir.

Rigoletto de Giuseppe Verdi

Les 15, 18, 20 et 22 septembre

Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

« Cette œuvre est tellement célèbre qu’elle possède l’élan nécessaire pour ouvrir une saison, lance M. Corrigan, qui s’excuse gentiment de son (excellent !) français. Dans les drames chantés de la période romantique, c’est une œuvre très importante. La distribution compte des artistes palpitants, comme le ténor américain René Barbera (le Duc) qui commence une carrière dans les grandes maisons internationales. Nous avons aussi Myriam Leblanc (Gilda), qui a eu dans le passé beaucoup de succès dans son rôle de Grande Prêtresse dans Aïda (toujours de Verdi), et le Canadien James Westman (Rigoletto), devenu un verdien très recherché. »

Das Rheingold de Richard Wagner

Les 10, 13, 15 et 17 novembre

Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

« En novembre, l’Opéra de Montréal (OdM) propose Das Rheingold (L’or du Rhin), opéra en un acte (2 h 30 min sans entracte !) qui est le préambule à la monumentale tétralogie L’anneau de Nibelung (The Ring). Cette tétralogie est d’une ampleur énorme pour l’opéra, et c’est la première fois que nous en ferons une mise en scène à l’OdM. Nous sommes très excités, lance M. Corrigan. C’est toujours un défi à monter en raison de l’ampleur de l’œuvre et des voix qui sont rares et recherchées. » Détails intéressants, la fosse servira de décor pour le fleuve et ses nymphes, et l’Orchestre métropolitain sera sur la scène. Une production de l’Opéra du Minnesota.

Champion de Terence Blanchard et Michael Cristofer

Les 26, 29 et 31 janvier et 2 février 2019 

Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

Le trompettiste Terence Blanchard a écrit cette œuvre inspirée d’une histoire vraie, celle d’Emile Griffith, boxeur qui accède à la célébrité tout en vivant d’énormes tourments intérieurs. « Terence Blanchard, habitué du Festival international de jazz de Montréal, a écrit une œuvre émouvante sur ce boxeur qui, durant un combat, télévisé devant toute la nation, a frappé un adversaire qui est mort 10 jours plus tard », raconte M. Corrigan. Dans un affrontement tenu le 24 mars 1962, Griffith est devenu furieux lorsque son adversaire Benny Paret a lancé des commentaires homophobes à son endroit.

Twenty-Seven de Ricky Ian Gordon et Royce Vavrek

Les 23, 24, 26, 28, 30 et 31 mars 2019

Théâtre Centaur

Depuis l’an dernier, l’OdM sort de la Place des Arts pour aller ailleurs à Montréal. Ainsi, le 1er novembre, il tiendra une soirée avec la soprano Joyce El-Khoury à la salle Pollack de l’Université McGill dans le cadre du Festival du monde arabe. Au printemps, il sera au Théâtre Centaur pour Twenty-Seven, opéra de chambre dans lequel est recréé le salon parisien de Gertrude Stein et Alice B. Toklas. « Ce salon accueillait tous les grands artistes du début du XXe siècle, raconte Patrick Corrigan. Hemingway, Matisse, Picasso le fréquentaient. » Ici, ce sont les jeunes de l’Atelier lyrique de l’OdM qui seront en vedette, accompagnés par Marie-Ève Scarfone au piano et par Stéphane Tétreault au violoncelle.

Carmen de Georges Bizet

Les 4, 7, 9 et 11 mai 2019

Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts

Le cinéaste Charles Binamé amorce sa carrière de metteur en scène à l’OdM en signant celle de Carmen de Bizet. « Nous avons comme mission d’introduire les grands artistes extérieurs à l’opéra et Charles est le premier à être invité, indique M. Corrigan. Cette ouverture vers l’extérieur permet d’enrichir l’art lyrique. Cela fait 14 ans que nous n’avons pas monté Carmen, et ce que nous proposerons sera très théâtral. » Plusieurs jeunes artistes canadiens seront dirigés par M. Binamé pour cette production. Krista de Silva interprétera Carmen, alors que le rôle du brigadier Don José est dévolu à Antoine Bélanger.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.