Transports collectifs

De nouveaux services pour désengorger la ligne orange

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le président de la Société de transport de Montréal (STM), Philippe Schnobb, ont annoncé hier la création d’une nouvelle ligne de bus express et d’une voie réservée sur l’avenue Papineau afin d’offrir une option de transport efficace aux usagers de la ligne orange du métro, entassés comme des sardines en périodes de pointe.

Cette annonce était aussi prétexte au lancement du « mouvement orange », une série d’initiatives « temporaires » de la Ville de Montréal et de la STM visant à rehausser l’efficacité et la capacité de ses réseaux de transports collectifs, tout en désengorgeant la ligne orange, qui fonctionne presque à saturation.

« Pourquoi lancer un mouvement orange ? a demandé Mme Plante. Parce que nous avons toutes sortes d’idées éprouvées pour développer la prochaine génération de services de mobilité. On vous entend, on le sait qu’il y a un problème et que ce n’est pas facile pour quiconque de passer par la station Berri-UQAM en période de pointe, le matin. »

À terme, a toutefois rappelé la mairesse, hier, « il faudra des investissements à la hauteur des projets qui contribueront à créer une mobilité durable à Montréal. Des projets comme le tramway de l’Est, et des projets qui viendront bonifier notre réseau de métro, augmenter sa capacité, sa connectivité et sa résilience ».

Mme Plante n’a pas manqué de rappeler son projet chéri de ligne rose du métro, qui pourrait éventuellement relier l’arrondissement de Montréal-Nord à celui de Lachine, en serpentant dans tout l’est de la ville, du nord au sud, et en traversant le centre-ville, d’est en ouest, jusqu’au sud-ouest de la métropole.

Ce projet, a-t-elle répété, « serait un formidable levier de développement économique pour le Grand Montréal ». Le gouvernement Legault a toutefois écarté toute possibilité qu’il se réalise à court ou à moyen terme.

Une nouvelle ligne 445

Les usagers de la nouvelle ligne express 445, dont le départ s’effectuera à proximité de l’angle de la rue Beaubien et du boulevard Pie-IX, dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, n’auront dorénavant plus à utiliser la ligne orange du métro pour descendre jusqu’au centre-ville.

Lorsqu’il sera pleinement opérationnel, l’automne prochain, le nouveau bus express empruntera d’abord la rue Beaubien vers l’ouest, le matin, jusqu’à l’avenue Papineau. Il descendra ensuite l’avenue Papineau sur une voie réservée, qui sera aménagée de la rue Beaubien jusqu’au boulevard René-Lévesque.

Le trajet du bus longera le boulevard vers l’ouest jusqu’à la hauteur de la station de métro Bonaventure, au cœur du centre-ville de Montréal.

Au retour, en période de pointe l’après-midi, la ligne express 445 remontera jusqu’au secteur de Rosemont par l’avenue De Lorimier ; l’usager n’aura encore une fois pas à passer par la ligne orange du métro.

Selon la STM, le nouveau circuit d’autobus devrait entrer en fonction dès septembre. M. Schnobb n’a toutefois pu indiquer avec précision à quel moment la voie réservée Papineau sera aménagée. Selon lui, son implantation ne devrait pas soulever trop d’opposition chez les riverains, comme c’est souvent le cas pour les voies réservées aux autobus, étant donné qu’on ne supprimera pas d’espaces de stationnement le long de l’avenue. Le stationnement est déjà interdit à l’heure de pointe le matin sur cette portion de l’artère, a-t-il affirmé.

Une ligne en escalier

Le président de la STM a expliqué que le projet de ligne 445 est largement inspiré du succès de la ligne 427, implantée en 2010 afin que les résidants du Plateau aient une nouvelle option pour se rendre au centre-ville, sans avoir à utiliser le métro. La ligne 427, dont le trajet est conçu en escalier plutôt qu’en ligne droite comme l’immense majorité des circuits de la STM, a plus que triplé sa fréquentation en moins de 10 ans. Elle transporte aujourd’hui jusqu’à 3000 personnes en période de pointe le matin en direction du centre-ville.

Si la ligne express 445 suscite le même engouement, le transfert de ces 3000 usagers du métro vers l’autobus équivaudrait à libérer trois trains complets, en pleine période d’achalandage.

Selon M. Schnobb, pas moins de 21 500 personnes prennent chaque jour le métro sur la ligne orange entre les stations Beaubien et Berri-UQAM (inclusivement). C’est ce segment de six stations de métro qui enregistre les charges les plus élevées, précise le président de la STM.

La fréquentation sur cette portion de ligne a grimpé de 19 % en 10 ans. En 2018, l’achalandage sur l’ensemble de la ligne orange a grimpé de 5 %, en un an seulement.

Deux express valent mieux qu’une

Le « mouvement orange » se traduira aussi, dès la prochaine rentrée scolaire, par des changements importants pour les milliers d’usagers quotidiens de la ligne 435 (Parc/Côte-des-Neiges), l’une des plus longues de tout le réseau de surface de la STM. La ligne actuelle, qui traverse cinq arrondissements et deux villes liées, sera dorénavant coupée en deux lignes distinctes.

La ligne 480 (express du Parc) fera la navette entre le secteur de la gare du Parc, sur la ligne de train de banlieue de Saint-Jérôme, et le centre-ville de Montréal.

La ligne 465 (express Côte-des-Neiges) fera la même chose dans l’axe du chemin de la Côte-des-Neiges. On souhaite que la création de deux circuits distincts puisse améliorer la qualité du service présentement offert aux usagers de la ligne 435. La longueur de la ligne actuelle était devenue problématique, car un retard causé par la circulation intense ou par un accident de la circulation à un bout de ligne peut avoir des répercussions jusqu’à l’autre bout du circuit.

Des mesures « temporaires »

Ces initiatives du mouvement orange, a reconnu hier la mairesse Plante, sont « des solutions temporaires et à court terme ». Si elles fonctionnent, elles pourraient tout de même permettre un transfert de quelques milliers d’usagers de la ligne orange du métro vers le réseau de bus, en offrant un service de remplacement adéquat en périodes de pointe.

Le président de la STM a pour sa part admis qu’on ne peut pas encore présumer des temps de déplacement qu’offriront ces nouveaux bus express ni de leur compétitivité avec le métro en matière de confort ou d’entassement des passagers.

« Mais je peux vous garantir qu’on fait tout ce qu’on peut, dans la mesure de nos moyens et de notre capacité, à la Ville de Montréal et à la STM, a lancé la mairesse Plante. Et on a bien hâte de vous montrer les prochaines étapes du mouvement orange, et comment nous souhaitons soutenir la mobilité à l’échelle de l’île de Montréal. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.