Essai routier Toyota Camry hybride 2019

Au sommet de son art

> Fiche technique
Version à l’essai : Toyota Camry hybride XLE
Prix (avec options, transport et préparation) : 42 666 $
Moteur : L4 DACT 2,5 L + moteur électrique
Puissance : 176 ch à 5700 tr/min (moteur thermique) + 118 ch (moteur électrique), 208 ch au total
Couple : 163 lb-pi à 5200 tr/min (moteur thermique) + 149 lb-pi (moteur électrique)
Transmission (modèle d’essai) : automatique à variation continue
Architecture motrice : moteur hybride transversal avant, traction
Consommation (ÉnerGuide) : 5,1 L/100 km
Concurrentes directes : Honda Accord hybride, Hyundai Sonata hybride
Du nouveau en 2019 ? : Aucun changement majeur
https : //www.toyota.ca/toyota/fr/vehicles/camry/overview

Avec l’avènement du tout-électrique et de l’hybride enfichable, les véhicules hybrides traditionnels sont en quelque sorte relégués au second plan. Certes, la technologie impressionne beaucoup moins qu’à ses débuts, mais grâce à l’apport d’améliorations constantes, elle n’a jamais été aussi raffinée. La Toyota Camry hybride en est un exemple probant, une première de classe que certains aiment malgré tout – encore – haïr.

Alors que la Prius cherche, surtout depuis sa dernière refonte, à ressortir de la masse avec un design clivant, la livrée hybride de la Camry a une approche bien opposée. Difficile, donc, de la discerner les autres livrées de la Camry. Seuls trois écussons « Hybrid » sont discrètement apposés et les logos Toyota sont habités d’une teinte bleu clair, la sobre signature de la filière hybride du constructeur. Du reste, c’est du pareil au même en comparaison des versions à essence. Depuis l’année-modèle 2018, l’intermédiaire s’est drapée d’un design plus inspirant. La calandre assure plus de panache visuellement et présente des textures différentes, selon les livrées. Le capot sculpté assez bas ajoute du tonus au tout. La partie arrière est nettement plus anonyme dans sa forme.

La raison d’être d’une intermédiaire réside en grande partie dans sa capacité à accueillir cinq personnes confortablement sur de longs trajets. Cette Camry obéit sans doute à cette convention, soignant un grand raffinement autant dans l’agencement que dans le choix des matières. Certes, ce n’est pas au niveau de Lexus, mais on sent que du savoir-faire de la marque de luxe a cascadé sur la berline. Il y a probablement un peu trop de plastiques au fini noir piano salissant, mais c’est élégant et on doit saluer la sensibilité des designers, qui ont osé une certaine originalité. Les matériaux sont variés et le dessin de la nacelle de commande, un peu en forme d’entonnoir, est original. Ce n’est également pas surchargé. Côté espace, il n’y a rien à redire. Pas étonnant qu’il y ait autant de Camry dans les parcs de taxis, tant l’habitabilité est bonne.

Apparue en 2007, la Camry n’est pas la première hybride de son segment, mais elle a permis d’en assurer la légitimité. Sa dernière cuvée s’appuie sur une conception très semblable à la première mouture, à savoir un quatre-cylindres à cycle Atkinson (2,5 L) de 176 ch doublé d’un moteur électrique de 118 ch. La puissance obtenue dépasse légèrement celle du quatre-cylindres de série, soit 208 ch. Ce n’est pas une hybride enfichable, donc le moteur électrique ne peut mouvoir la voiture que sur de courtes distances à basse vitesse. Cela se traduit toutefois par une belle souplesse, encore meilleure que celle d’un moteur turbocompressé en raison des qualités intrinsèques du moteur électrique qui limite le temps de réponse. Évidemment, les moteurs sont très sobres, comme en témoigne une moyenne obtenue de 5,9 L/100 km.

Une Camry hybride n’a évidemment pas la prétention d’offrir une expérience de conduite semblable à celle de l’excellente Supra. Cela dit, la berline s’est nettement améliorée à ce chapitre avec le temps. Son châssis modulaire de dernière génération est amplement rigide, sa direction la guide avec une bonne précision. Le roulis est aussi mieux contenu qu’auparavant, grâce entre autres à son poids très près des déclinaisons à essence du modèle. Comme c’est souvent le cas pour les véhicules qui favorisent la consommation de carburant, les pneus à faible coefficient de résistance ne sont pas les plus adhérents, sans que cela constitue un réel problème en conduite normale. Car c’est à ce rythme que cette Camry s’apprécie le plus, grâce à son confort. Le freinage demeure toutefois difficile à moduler.

La Camry hybride est apprêtée de série avec un système d’infodivertissement basé sur un écran tactile de 8 po. Selon les versions choisies, des fonctionnalités s’ajoutent. Il faut donc opter pour la livrée XLE pour avoir un GPS intégré, une option moins importante grâce à l’intégration d’Apple CarPlay et d’Android Auto. L’application télématique Service Connect est également proposée, permettant, par exemple, de démarrer le véhicule à distance, de déverrouiller les portières et de savoir si une fenêtre du véhicule est ouverte. Cela dit, vous devrez faire le saut vers l’année-modèle 2020 pour en bénéficier. Côté sécurité active, la Camry est agrémentée de plusieurs éléments de série, à commencer par le système d’assistance au freinage d’urgence, jusqu’au régulateur de vitesse adaptatif et l’alerte de maintien de voie.

Il ne fait pas de doute que la Camry hybride est encore et toujours une première de classe dans son sous-segment des hybrides intermédiaires. C’est un véhicule extrêmement compétent sous plusieurs de ses facettes. Cela dit, on ne peut taire le fait qu’elle coûte près de 6000 $ de plus que les versions quatre cylindres de série, avec une différence de consommation de carburant estimée se situant autour de seulement 2 L/100 km en moyenne. Qui plus est, cette Camry hybride est pratiquement à égalité dans sa fourchette de prix avec le RAV4 hybride qui offre la transmission intégrale et un coffre plus spacieux pour seulement 1 L/100 km de plus en consommation moyenne. Vous aurez donc compris que la menace, elle ne vient pas réellement des rivaux, mais bien de sa propre patrie.

Coffre arrière aussi spacieux

Grâce au fait que la batterie qui alimente le moteur électrique est placée sous le siège arrière, la Camry hybride a un coffre arrière aussi spacieux que les versions courantes, avec un volume de 428 L.

Une plus grande garantie sur la batterie

Pour l’année-modèle 2020 de la Camry hybride, Toyota fait passer la garantie sur la batterie à 10 ans et 240 000 km, c’est légèrement plus que Hyundai ou Honda (8 ans/160 000 km).

La plus frugale

Si vous optez pour la livrée hybride LE, cette Camry est l’intermédiaire hybride la plus frugale, avec une moyenne estimée de 4,9 L/100 km. C’est même très près d’une Toyota Prius (4,7 L/100 km en moyenne).

Sécuritaire

À l’instar de la Hyundai Sonata, la Camry a décroché la prestigieuse mention Top Safety Pick+ de l’IIHS à la suite d’une série de tests de collision.

Bientôt avec une transmission intégrale

Toyota offrira sa Camry dès l’année prochaine (année-modèle 2020) avec une transmission intégrale optionnelle avec le quatre-cylindres, un système emprunté au RAV4. La livrée hybride conservera cependant son architecture à traction.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.