Vague de menaces

Protection rapprochée pour la ministre McKenna

La ministre de l’Environnement du Canada, Catherine McKenna, a annoncé hier bénéficier ponctuellement d’une protection policière, mesure rarissime au Canada, à la suite d’une vague d’insultes et de menaces liées à ses prises de position sur les changements climatiques. « Le sexisme bruyant et les commentaires haineux visant les gens qui travaillent sur le changement climatique sont inacceptables », a déploré Mme McKenna dans une déclaration à l’AFP. La ministre a dit être confrontée à des torrents d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux et même dans la rue. — Agence France-Presse

Avion disparu en Estrie

La pilote retrouvée sans vie

Le corps de la pilote portée disparue depuis mercredi soir a été retrouvé hier dans le secteur de Racine, en Estrie, selon la Sûreté du Québec (SQ).

Les Forces armées canadiennes ont localisé l’avion de modèle Cessna 172 de la compagnie Cargair vers 14 h, hier. La mort de la pilote, Hind Barch, a été constatée peu de temps après.

La femme de 22 ans était seule à bord. L’avion avait quitté Mirabel mercredi et devait se rendre à Sherbrooke. Le dernier contact radar avec l’appareil avait été envoyé à partir du secteur de Racine.

Mme Barch était agente de bord chez Air Transat et souhaitait devenir pilote de ligne.

Deux appareils des Forces armées canadiennes ainsi qu’un autre de la SQ ont été déployés afin de retrouver l’avion porté disparu.

Une enquête du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) et de la SQ permettra de faire la lumière sur les circonstances de l’accident.

Hommages

Beaucoup ont rendu hommage à la jeune pilote sur les réseaux sociaux hier après-midi. « Malheureusement, notre collègue, notre amie et notre sœur n’a pas survécu […]. Que son âme repose en paix et qu’elle ne soit jamais oubliée », a écrit Marie-Hélène Nadeau, présidente de la section locale 4041 du Comité des jeunes du Syndicat canadien de la fonction publique.

« Une triste nouvelle aujourd’hui du décès de l’une des étudiantes de mon école à Mirabel », a écrit Hind Raji sur Facebook.

Plus tôt cette semaine, un groupe avait été créé sur Facebook afin de coordonner les efforts pour retrouver la jeune femme.

— Thomas Dufour, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.