Tournoi d’Auckland

Pospisil affrontera Shapovalov

Le Canadien Vasek Pospisil a vaincu le Portugais Joao Sousa, mardi, au premier tour du tournoi de tennis d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, et il aura rendez-vous avec un compatriote lors de son prochain match. Pospisil retrouvera mercredi Denis Shapovalov, 13e au classement de l’ATP et automatiquement qualifié pour le deuxième tour. Détenteur du 146e rang mondial, Pospisil a réussi cinq as contre deux pour son adversaire, classé 58e, et il a gagné 83 % des points après avoir logé sa première balle de service en jeu. Par ailleurs, le Britannique Kyle Edmund est venu à bout de l’Espagnol Alejandro Davidovich Fokina, 6-4, 2-6 et 6-3, lors d’un match qui s’est poursuivi pendant plus de sept heures en raison d’interruptions provoquées par la pluie.

— La Presse canadienne et Associated Press

Internationaux d’Australie

La fumée perturbe le tournoi

Melbourne — Les organisateurs des Internationaux de tennis d’Australie ont retardé le début des matchs de qualification, mercredi (heure locale) à Melbourne, en raison des fumées toxiques provoquées par les incendies monstres à l’est de la ville, renforçant les interrogations sur le maintien du premier tournoi du Grand Chelem de l’année.

Les matchs de qualification ont débuté une heure plus tard que prévu, et les entraînements ont été suspendus.

Mardi, la Slovène Dalila Jakupovic avait dû abandonner au premier tour des qualifications après avoir souffert de violentes quintes de toux sur le court.

« Les conditions au Melbourne Park sont surveillées constamment », a déclaré la Fédération australienne de tennis, chargée de l’organisation du premier tournoi majeur de la saison, qui doit débuter lundi et se terminer le 2 février.

Pluies espérées

La qualité de l’air de la ville était « très mauvaise » mercredi, soit un peu moins dégradée que la veille, où elle était qualifiée de « dangereuse » par l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) de l’État de Victoria.

Le ciel pourrait toutefois offrir un répit aux joueurs puisque le bureau météorologique de l’État de Victoria prévoit des orages dans la journée de mercredi, qui pourraient être accompagnés de pluies diluviennes.

Mardi, les autorités avaient conseillé aux habitants de Melbourne de « rester à l’intérieur, portes et fenêtres fermées », mais les organisateurs avaient maintenu les matchs en dépit également de la chaleur de l’été australien.

Outre Jakupovic, la Québécoise Eugenie Bouchard avait souffert de douleurs à la poitrine, vraisemblablement dues à des difficultés respiratoires, et l’Australien Bernard Tomic a déclaré avoir eu du mal à respirer.

Plusieurs joueurs ont critiqué la décision de faire jouer des matchs dans ces conditions, comme l’Ukrainienne Elina Svitolina et le Français Gilles Simon.

Toits rétractables et courts intérieurs

« Pourquoi devons-nous attendre quelque chose de grave pour faire quelque chose ? », a demandé Svitolina sur Twitter, accompagnant son message d’un graphique avec les données météo du jour à Melbourne.

La Russe Maria Sharapova, qui participait à un tournoi amical à Kooyong, en banlieue de Melbourne, a préféré elle aussi ne pas aller au bout de son duel avec l’Allemande Laura Siegemund, d’un commun accord avec son adversaire, en raison des conditions de jeu « extrêmes ».

Le patron des Internationaux d’Australie, Craig Tiley, a balayé les critiques, affirmant que « tout le monde [avait] reçu un courriel » expliquant que toute décision était prise après consultations d’experts.

Tiley avait affirmé la semaine passée qu’une annulation des Internationaux d’Australie, ce qui serait une première depuis la Seconde Guerre mondiale, était peu probable, alors que le Serbe Novak Djokovic, président du Conseil des joueurs au sein de l’ATP, avait estimé que cette question devait être posée.

Le complexe où se déroule le tournoi dispose de trois courts dotés d’un toit rétractable ainsi que de huit courts intérieurs qui seraient de fait moins touchés par une pollution atmosphérique.

Les Canadiens Steven Diez et Brayden Schnur ont accédé au deuxième tour des qualifications mardi soir, heure de Montréal. Leurs compatriotes Leylah Annie Fernandez et Peter Polansky n’avaient pas terminé leurs matchs au moment de publier.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.