SOUDAN

Défilé en mémoire des « martyrs » du sit-in dispersé

Des milliers de personnes ont allumé hier des bougies à travers le Soudan et lâché des ballons dans le ciel à la mémoire des manifestants tués le 3 juin lors de la dispersion à Khartoum d’un sit-in organisé pour exiger des dirigeants militaires une transition vers une autorité civile. Quarante jours après l’évacuation brutale de ce rassemblement, l’Alliance pour la liberté et le changement, fer de lance de la contestation, a appelé les Soudanais à défiler dans les rues en signe de soutien aux familles des victimes. Au moins 136 personnes ont été tuées le 3 juin par des hommes armés, selon un comité de médecins proche de la contestation, tandis que les autorités parlent de 71 morts. Une foule de manifestants a envahi les rues du quartier de Bahari, dans le nord de Khartoum, haut lieu de la contestation qui a causé la chute d’Omar el-Béchir le 11 avril, après trois décennies au pouvoir. Le soir tombé, des centaines de manifestants se sont assis en cercle autour de bougies, après avoir lâché des ballons. 

— Agence France-Presse

France

Le président annonce la création d’un commandement de l’espace

Le président français Emmanuel Macron a annoncé hier la création d’un commandement voué à l’espace, un domaine essentiel aux opérations militaires et devenu un champ de confrontation entre puissances, lors d’un discours à la veille du défilé du 14 Juillet. « Pour assurer le développement et le renforcement de nos capacités spatiales, un grand commandement de l’espace sera créé en septembre prochain » au sein de l’armée de l’Air, qui « deviendra à terme l’armée de l’Air et de l’Espace », a déclaré le chef de l’État lors de la traditionnelle réception donnée au ministère des Armées à la veille de la traditionnelle parade sur les Champs-Élysées. Qualifiant l’espace de « véritable enjeu de sécurité nationale, par la conflictualité qu’il suscite », Emmanuel Macron avait assuré l’an dernier vouloir doter la France d’« une stratégie spatiale de défense ». Celle-ci est désormais prête, a-t-il affirmé hier. — Agence France-Presse

ESPAGNE

Près de 140 migrants secourus en mer

Un total de 141 migrants subsahariens ont été secourus en mer hier dans plusieurs embarcations de fortune entre l’Espagne et le Maroc, a indiqué le Secours maritime espagnol. Deux embarcations, transportant 86 personnes, dont 14 femmes et trois enfants, ont d’abord été récupérées dans la mer d’Alboran, a expliqué à l’AFP le porte-parole du Secours maritime. L’une d’elles avait commencé à couler et certains de ses occupants étaient déjà dans l’eau, mais tous ont finalement pu être secourus. En début de soirée, ils étaient en train d’arriver dans le port d’Almería, selon le porte-parole. Plus à l’ouest, dans la zone du détroit de Gibraltar, les secouristes sont venus en aide à trois hommes dans un kayak et à 52 personnes dans un canot, dont 14 femmes. Ils se trouvaient en début de soirée dans un bateau à destination d’Algésiras. Environ 11 000 migrants sont arrivés en Espagne par la mer depuis janvier et 203 ont perdu la vie en tentant la traversée, selon les données de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) actualisées au 10 juillet.

— Agence France-Presse

ÉGYPTE

Deux nouvelles pyramides ouvertes au public

Les autorités égyptiennes ont rouvert hier l’accès aux touristes à deux pyramides à Dahchour, au sud du Caire, et dévoilé une collection de sarcophages, dont certains avec des momies en bon état de conservation. Une pyramide construite pour le pharaon Snéfrou, fondateur de la quatrième dynastie des pharaons d’Égypte, et une autre voisine sont accessibles au public pour la première fois depuis 1965, a annoncé hier dans un communiqué le ministre des Antiquités, Khaled al-Anani. Des sarcophages ont été découverts lors de fouilles archéologiques à Dahchour, a également déclaré le ministre. « Plusieurs sarcophages en pierre, argile et bois ont été découverts, certains contenant des momies en bon état », a-t-il dit. Le site de Dahchour, à une heure de route du Caire, sur la rive occidentale du Nil, comprend plusieurs pyramides. Un ancien mur, faisant 60 m de long, au sud d’une autre pyramide, celle du pharaon Amenemhat II, y a aussi été révélé, selon le ministre. — Agence France-Presse

Un autre Canadien détenu en Chine, selon Ottawa

Un nouveau ressortissant canadien a été arrêté en Chine, a indiqué le ministère des Affaires étrangères du Canada, sans préciser les raisons de son interpellation.

« Affaires mondiales Canada est au courant de la détention d’un citoyen canadien à Yantai en Chine », a indiqué un porte-parole dans un courriel à l’AFP hier, ajoutant qu’il ne pouvait donner d’autres détails en raison de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

« Les agents consulaires fournissent une assistance consulaire » à ce ressortissant, a-t-il précisé.

Selon une source proche du dossier, il n’y a pas d’indication que cette arrestation ait un rapport avec la détention de deux Canadiens – Michael Kovrig et Michael Spavor – jugée arbitraire par Ottawa et généralement considérée comme une mesure de représailles de Pékin après l’arrestation au Canada d’une dirigeante du géant chinois des télécommunications Huawei.

Les relations entre Pékin et Ottawa traversent une période de tension depuis l’arrestation le 1er décembre dernier à Vancouver de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, à la demande des États-Unis.

Depuis cette arrestation, les autorités chinoises ont arrêté l’ex-diplomate Michael Kovrig et son compatriote consultant Michael Spavor, qu’elles disent soupçonner d’espionnage. Elles ont aussi condamné à mort deux autres Canadiens pour trafic de drogue et bloqué des importations de produits agricoles canadiens.

Ressortissant canadien arrêté

Ottawa n’a pas précisé si la détention du ressortissant canadien interpellé à Yantai, dans la province du Shandong, avait un rapport avec l’arrestation, la semaine dernière, de plusieurs personnes liées à une école de langues, dans une affaire de drogue, selon la police de Xuzhou, dans la province voisine du Jiangsu.

Parmi les personnes arrêtées figuraient sept enseignants et neuf étudiants étrangers, dont la nationalité n’a pas été précisée.

L’ambassade du Royaume-Uni à Pékin a annoncé vendredi que quatre de ses ressortissants avaient été arrêtés dans la province du Jiangsu, sans toutefois confirmer explicitement que ces interpellations étaient liées à l’affaire de drogue de Xuzhou.

L’entreprise Education First, dont le siège est en Suisse et qui gère une chaîne d’écoles de langues en Chine, a confirmé de son côté l’existence d’une affaire de drogue dans l’un de ses établissements à Xuzhou.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.