Musique

Dans le train des Trois Accords

Les Trois Accords ont lancé vendredi Beaucoup de plaisir, leur sixième album en 15 ans. Nous l’avons analysé avec eux, à travers des mots choisis dans 8 des 11 chansons. Beaucoup de plaisir, vous dites ? Oh que oui !

Épicerie

Tiré de la chanson Beaucoup de plaisir

« Je rêvais depuis longtemps de faire une chanson avec une liste d’épicerie qui dégénère. Au début, ça a l’air normal. Après, ça vire louche… », raconte Simon Proulx, auteur, compositeur et chanteur des Trois Accords. Le titre de la chanson, Beaucoup de plaisir, s’est ensuite imposé comme titre du disque. « C’est la première fois depuis longtemps qu’on fait un album sans fil conducteur, ajoute Simon. Mais on trouvait que Beaucoup de plaisir, ça avait rapport, parce qu’on s’est rendu compte à la fin de l’enregistrement qu’on avait fait un album de party. Et cette chanson est vraiment représentative de ce qu’on avait envie de faire au niveau sonore. » Le bassiste Pierre-Luc Boisvert confirme : « On ne s’est pas obstinés longtemps. »

Compétence

Tiré de la chanson Corinne

Corinne, le premier extrait du disque, est un hit instantané. « Je ne sais pas si Simon s’en est rendu compte en l’écrivant, mais nous, dès ses premiers balbutiements, on voyait déjà quelque chose de vraiment cool », raconte le batteur Charles Dumont. « C’est un train de A à Z. On avait pas mal d’indices que c’était une toune compétente ! », lance Pierre-Luc. Simon rigole. « C’est vrai que cette phrase, “C’est une compétence”, les gars avaient accroché dessus. Elle est disparue dans une des versions et ils étaient déçus. J’ai dit : “OK d’abord !” » La force de Corinne, selon le chanteur ? « Elle est unidimensionnelle. Elle est super simple, sans deuxième degré. » Charles : « Il danse, il aime ça, il est content. »

Aérosol

Tiré de la chanson Ouvre les yeux Simon

De la confiance en aérosol, vraiment ? « J’écris n’importe quoi ! », s’amuse Simon. C’est la dernière chanson qu’il a composée, mais dès qu’il l’a présentée aux autres, il a senti qu’il tenait quelque chose. « C’est parti d’un truc banal mais que je trouvais drôle, de critiquer la mise en scène du band pendant la toune. C’est très méta. J’ai tout de suite dit que les gars devaient chanter le refrain. » « C’est rare aussi que Simon se dévoile comme ça dans une chanson », estime Charles. « J’aimais l’idée de faire un truc un peu gospel et d’épiphanie religieuse, ajoute Simon, mais avec une finale où on dit qu’on est reconnaissant de ce qu’on vit, d’être un band, d’avoir autant de plaisir et de la chance d’avoir un public qui nous suit. »

Commotion

Tiré de la chanson Commotion (sur le ponton)

De Tout nu sur la plage à Les dauphins et les licornes, Les Trois Accords aiment les refrains bizarres à chanter. Commotion (sur le ponton) n’y fait pas exception. Cette mélodie a été composée d’abord pour le spectacle de Martin Matte, mais Simon l’aimait tellement qu’il a fini par lui écrire des paroles. « Elle a eu un long chemin. » Comme le groupe, d’ailleurs, qui n’a jamais voulu se séparer. « Je serais super déçu si les gars me disaient que ça ne leur tente plus, dit Simon. C’est tellement cool. » Surtout qu’ils ont trouvé un équilibre parfait en étirant leurs tournées sur trois ans. La prochaine commencera d’ailleurs après Noël. « On aime donner un moment aux gens pour qu’ils écoutent l’album », dit le guitariste Alexandre Parr.

Stationnement

Tiré de la chanson Tout le monde capote

« J’aimais le riff de cette chanson, qui n’était pas plus que ça au début, dit Simon. Puis la direction est arrivée en studio, on lui a donné un côté B-52’s, on l’a construite ensemble. » Cela s’est déroulé dans un studio de Saint-Zénon, dans Lanaudière, avec à la réalisation, pour la quatrième fois, Gus van Go et Werner F. Si les réalisateurs new-yorkais ont pas mal souffert de l’absence de WiFi, leur apport se fait sentir partout, dont sur cette chanson « irrévérencieuse ». « C’est notre chanson engagée ! », rigole Alexandre Parr. Le résultat de cet « été à Saint-Zénon », sans moustique mais avec invasion de fourmis charpentières, est un album très percussif, constate Charles. « C’est pour ça qu’il donne l’impression qu’on monte dans un train. »

Bactérie

Tiré de la chanson Bactérie #1

Simon Proulx raconte qu’il voulait faire à la fois « une toune de motivation et de destruction de l’humanité ». « C’est un peu contre nature, ce qui explique le sentiment bizarre qu’elle nous fait ressentir. La bactérie, je trouvais que c’était la chose la plus fine qui pouvait faire cet effet. » On le voit, l’absurde reste une de leurs caractéristiques. « C’est notre collaborateur ! », dit Pierre-Luc. Tout n’est pas absurde ou drôle dans leurs chansons, tient à préciser Simon. « Notre but est surtout que les gens se disent : “Je n’ai jamais entendu ça.” » Charles opine. « C’est l’angle qui est spécial. » « Mais l’absurde, c’est encore ce qui me fait le plus rire, ajoute Simon. Ça apporte une intelligence, même si beaucoup de gens ne s’en rendent pas compte ! »

Automobile

Tiré de la chanson Automobile

Automobile est une chanson d’espoir brisé (oui, oui !) dans laquelle on peut encore une fois apprécier le talent de mélodiste de Simon Proulx. Sa méthode ? « C’est assez simple. Comme je n’ai pas full mémoire et que je n’enregistre rien, si une mélodie me reste dans la tête après six mois, c’est que c’est vraiment bon. » Ce mélange d’humour et de mélodies imparables a fait des Trois Accords un groupe intergénérationnel. « On parle autant à une gang de filles universitaires sur la brosse qu’à un quarantenaire qui vient nous voir avec son kid », constate Charles. Simon est d’accord. « Si tu fais de quoi d’original et d’intelligent et que tu t’appliques, il n’y a pas de raison que ça ne touche pas plein de gens d’âges différents. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.