Littérature jeunesse

Quatre questions à Julie Flett

La Pastèque publie un premier album issu de la culture autochtone, le délicat Mon amie Agnès, de l’artiste crie et métisse Julie Flett. Dans les années à venir, la maison d’édition québécoise s’engage à refléter « la diversité du Canada, notamment en incluant les peuples autochtones », indique Martin Brault, cofondateur de La Pastèque. Diplômée en beaux-arts de Concordia, Julie Flett a remporté le prix du Gouverneur général en 2017, pour les illustrations de When We Were Alone (Quand on était seuls, en version française). La Presse l’a jointe à Vancouver.

Mon amie Agnès est un album sur les liens entre les générations. C’est un sujet important pour vous ?

C’est l’histoire d’une amitié intergénérationnelle entre deux voisins. Une artiste plus âgée, nommée Agnès, et une jeune fille, Katherena. C’est raconté du point de vue de l’enfant, mais Agnès voit Katherena comme une égale.

Mon amie Agnès parle de créer du sens, de connexion et de relations. Les œuvres d’art sont une des façons dont Katherena et Agnès explorent le monde – c’est quelque chose qu’elles partagent. L’album raconte comment la petite fille explore sa nouvelle communauté, et aussi comment Agnès vieillit. Comment ce qui nous tient à cœur, comme ces amitiés, prend fin un jour.

Vous avez aussi illustré Les libellules cerfs-volants, de l’écrivain cri Tomson Highway, qui vient d’être publié en français et en cri aux éditions Prise de parole ?

Oui, j’ai été ravie d’apprendre que Dragonfly Kites a également été traduit en français ! C’est une histoire chaleureuse et touchante, à propos de deux frères qui vivent avec leur famille [dans le nord du Manitoba].

Comment sont créées vos illustrations ?

Pour mes derniers livres, j’ai commencé avec du pastel sur papier. Ensuite, l’œuvre est numérisée et retravaillée. Je viens d’apprendre à utiliser les pinceaux dans Photoshop – ça me sauve la vie et c’est ludique, un peu moins propre. J’ai étudié en cinéma à l’Université d’art et design Emily Carr, à Vancouver, et j’ai toujours voulu y revenir. Je vois la création d’un livre comme celle d’un court film d’animation.

Y a-t-il autre chose que vous aimeriez ajouter ?

J’espère que les lecteurs pourront se retrouver dans Mon amie Agnès, qui est une célébration de l’amitié, particulièrement des amitiés intergénérationnelles. Ce livre me rappelle mon enfance et celle de mon fils, où la famille – et la famille élargie – se réunit pour prendre soin les uns des autres. Et, aussi, pour offrir du soutien à ceux qui vivent des transitions ou des pertes.

Les propos de Julie Flett ont été traduits de l’anglais.

Mon amie Agnès

Texte et illustrations de Julie Flett

Traduction de Fanny Britt

Éditions La Pastèque

Dès 5 ans

Les libellules cerfs-volants

Texte de Tomson Highway

Traduction de Mishka Lavigne

Illustrations de Julie Flett

Collection Chansons du vent du nord

Éditions Prise de parole

Dès 4 ans

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.