Tennis Roland-Garros

La Québécoise Leylah Annie Fernandez sacrée championne junior

La Québécoise Leylah Annie Fernandez a écrit une page d’histoire hier.

Du haut de ses 16 ans, elle a remporté la finale junior des Internationaux de France en défaisant l’Américaine Emma Navarro en deux manches de 6-3 et 6-2.

La jeune athlète est ainsi devenue la première joueuse canadienne à décrocher le titre junior à Roland-Garros.

Fernandez a pris un moment pour apprécier le moment en embrassant sa raquette.

« Roland-Garros occupe une place très spéciale pour moi, parce que c’est le premier tournoi du Grand Chelem que j’ai regardé. Alors être capable de remporter le titre junior ici, c’est très spécial pour moi. »

— Leylah Annie Fernandez

C’était également la deuxième fois qu’une Canadienne était couronnée en tournoi junior de Grand Chelem après qu’Eugenie Bouchard eut été sacrée championne junior à Wimbledon, en 2012.

À travers les conditions météorologiques difficiles, Fernandez a connu un parcours parfait, remportant toutes les manches disputées depuis le début du tournoi.

« J’ai d’abord pensé : “Mon Dieu, j’ai gagné Roland-Garros. Je suis vraiment très heureuse.” Au début de la semaine, je ne savais même pas à quelle ronde je me trouvais », a renchéri Fernandez.

Aux Internationaux d’Australie, la Québécoise était parvenue à atteindre la finale, mais s’était inclinée face à la Danoise Clara Tauson.

Le nom de Fernandez commence à circuler après une année haute en rebondissements. Après sa participation à la finale en Australie, elle a été choisie au sein de l’équipe canadienne de la Fed Cup pour la rencontre d’avril opposant le Canada à la République tchèque, à Prostejov. L’adolescente avait alors tenu son bout dans une défaite contre Markéta Vondroušová, 38e mondiale.

En finale, elle a ravi le service de Navarro à deux reprises lors de la première manche avant de se faire briser par sa rivale.

« Je me suis retournée et je me suis dit que si j’étais fatiguée, mon adversaire l’était certainement aussi, a-t-elle raconté. J’ai pensé à toutes les heures que j’avais investies dans ma préparation. Aux heures que j’avais passées à pleurer parce que je ne voulais plus courir. J’ai donné tout ce que j’avais au troisième jeu pour reprendre le momentum. »

La Québécoise est revenue en force à la troisième manche pour briser sa rivale et décrocher le trophée.

Le triomphe de Fernandez à Paris représente la première fois depuis 2004 que la favorite remporte les grands honneurs du tournoi.

Tennis Roland-Garros

Du cricket au tennis, Barty championne !

Joueuse de cricket il y a moins de quatre ans, à peine 623e mondiale, quand elle a repris le tennis il y a trois ans, l’Australienne Ashleigh Barty a été sacrée reine de Roland-Garros hier et va s’installer à la deuxième place mondiale. 

En finale, elle n’a laissé aucune chance à la jeune Tchèque Markéta Vondroušová, 19 ans et 38e mondiale, dominée 6-1 et 6-3 en seulement 70 minutes. 

Quand la joueuse australienne prend ses distances avec le circuit après les Internationaux des États-Unis 2014, trois ans après son sacre en junior à Wimbledon, c’est pour « vivre une vie normale ». « Parce que la vie de joueuse de tennis n’est certainement pas normale, explique-t-elle. J’avais besoin de m’éloigner, j’avais besoin de temps pour grandir en tant que personne, pour gagner en maturité. »

Pendant ses deux années loin du circuit, Barty garde un lien avec le tennis en s’entraînant. Mais elle s’adonne aussi au cricket dans l’équipe professionnelle de Brisbane le temps de la saison 2015-2016.

« Je ne sais même pas si je serais assise ici à vous répondre si j’avais continué à jouer au tennis à l’époque. J’ai le sentiment que c’était la meilleure décision à prendre, et que revenir était une décision encore meilleure », résume-t-elle.

— Agence France-Presse

Thiem a rendez-vous avec Nadal

Dominic Thiem, tombeur du numéro un mondial Novak Djokovic hier, s’attaque à la forteresse imprenable Rafael Nadal en finale aujourd’hui, comme en 2018. « Chaque fois que quelqu’un est en finale ici, c’est contre “Rafa” », a souri Thiem après sa victoire à suspense et à rallonge aux dépens de Djokovic, au compte de 6-2, 3-6, 7-5, 5-7 et 7-5.

À Roland-Garros, Nadal (33 ans) a joué 11 finales et en a gagné autant. En 14 participations, seuls deux joueurs l’ont fait chuter, Djokovic en 2015 et Robin Söderling en 2009 (il a déclaré forfait avant son troisième tour en 2016). Double tenant du trophée, il y reste sur 20 victoires consécutives, au cours desquelles il n’a laissé échapper que deux manches.

« Être de nouveau en finale de Roland-Garros signifie beaucoup, surtout après être revenu d’une situation pas facile avec toutes les blessures que j’ai eues. Que j’aie été capable de retrouver le niveau que j’ai ces dernières semaines est quelque chose dont je suis très fier », a dit “Rafa” en conférence de presse.

Il n’est désormais plus qu’à un succès d’un 12e triomphe historique à Roland-Garros, son 18e en Grand Chelem.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.