Russie

« Non mais vous avez perdu la tête ? Des circonstances de ce genre n'existent pas et n'existeront jamais. »

— Le président Vladimir Poutine répondant à une question d'un journaliste dans un film de deux heures lui étant dédié, à l’approche des élections, à savoir si un jour, la Russie serait obligée de rendre la Crimée à l'Ukraine.  (AFP)

New York, états-Unis

Un hélicoptère s’écrase dans l’East River, au moins deux morts

Un hélicoptère de tourisme s’est écrasé hier soir dans l’East River à New York, faisant au moins deux morts, ont indiqué les autorités de la ville. Selon les chefs de la police et des pompiers new-yorkais, l’hélicoptère, qui transportait six personnes, dont le pilote, s’est écrasé dans l’East River, au niveau de la 90e Rue, peu après 19 h, à l’issue d’une journée ensoleillée. « Le pilote a réussi à se dégager, mais les cinq autres personnes n’ont pas pu », a expliqué le chef des pompiers, Daniel Nigro, lors d’une brève conférence de presse. Deux passagers ont été déclarés morts sur les lieux, et les trois autres ont été « hospitalisés dans un état critique », a-t-il ajouté, sans donner aucune précision sur leur identité. Les autorités new-yorkaises n’ont cité dans l’immédiat aucune cause pour cet accident, indiquant simplement que l’autorité fédérale pour la sécurité dans les transports, le National Transportation Safety Board, était chargée de l’enquête. Plusieurs médias, qui ont diffusé des images de l’hélicoptère rouge sombrant dans la rivière, ont parlé d’un appel de détresse du pilote juste avant le drame, évoquant un problème de moteur. — Agence France-Presse

Cuba

Élections générales à l’approche du départ de Raúl Castro

Les Cubains ont élu hier le Parlement dont sera issu le mois prochain le successeur du président Raúl Castro, un remplacement qui fera basculer la grande île caribéenne dans une nouvelle ère. Ces élections générales sont les premières à se tenir depuis le décès, survenu fin 2016, du père de la révolution cubaine, Fidel Castro. Le processus singulier de ces élections générales se répète tous les cinq ans. Un total de 605 candidats ont été investis pour autant de sièges de député, mais ils doivent tout de même être élus. Le 16 avril, les députés élus hier désigneront parmi eux les 31 membres du Conseil d’État ainsi que le président de cet organe exécutif suprême qui succédera à Raúl Castro.  — Agence France-Presse

Colombie

La droite opposée à l’accord de paix remporte les législatives

La droite opposée à l’accord de paix avec l’ex-guérilla FARC est arrivée en tête des législatives d’hier en Colombie, lors d’un scrutin historique auquel les anciens rebelles ont participé pour la première fois et à l’issue duquel ils ont fait leur entrée au Parlement. Bien qu’elle n’ait pas réussi à rafler la majorité, la victoire de la droite, menée par Iván Duque, suscite l’incertitude quant à la suite de la mise en œuvre de l’accord, signé en 2016 avec ce qui était alors la rébellion la plus ancienne et la plus puissante d’Amérique. L’accord avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) garantit 10 des 280 sièges du nouveau Parlement à l’ancienne guérilla marxiste, devenue la Force alternative révolutionnaire commune, sous le même acronyme. — Agence France-Presse

Iran

Un avion turc avec 11 personnes à bord s’écrase

Un avion privé turc, un Challenger 604 de Bombardier, transportant 11 personnes s’est écrasé hier dans une région montagneuse isolée dans le sud de l’Iran alors qu’il ramenait en Turquie Mina Basaran, fille d’un important homme d’affaires turc, Huseyin Basaran, et ses amies après avoir fait la fête aux Émirats arabes unis. Les causes de l’accident ne sont pas encore connues et un responsable iranien a laissé entendre qu’il y avait peu de chances de retrouver des survivants. Selon le quotidien Hurriyet et plusieurs chaînes de télévision turques, l’avion appartenait à la société Basaran Holding Company du père de Mina Basaran. — Agence France-Presse

France

Au revoir Front national, bonjour Rassemblement national

Les adieux au Front national : Marine Le Pen a proposé hier de rebaptiser Rassemblement national cette formation d’extrême droite au passé parfois sulfureux, dans l’espoir d’en faire un parti de gouvernement. « La rénovation pour laquelle vous m’avez élue, je vous demande maintenant de la conduire à son terme, c’est la condition de notre succès », a-t-elle déclaré dans son discours de clôture du 16e congrès de son mouvement, à Lille. Ce nouveau nom sera soumis à un vote par courrier des militants, dont le résultat ne sera pas connu avant au moins six semaines. Mme Le Pen compte ainsi poursuivre l’entreprise de dédiabolisation de ce parti entamée depuis qu’elle en a pris la tête en 2011. — Agence France-Presse

Chine

Xi Jinping, président à vie

Le Parlement chinois a aboli hier la limitation des mandats présidentiels, laissant les mains libres à Xi Jinping pour imposer sa vision à long terme d’une superpuissance toujours plus soumise au Parti communiste.

À 64 ans, le président chinois le plus puissant depuis au moins un quart de siècle pourra rester à la tête de l’État au-delà du terme prévu de 2023.

Par 2958 voix pour, 2 contre et 3 abstentions, les députés de l’Assemblée nationale populaire (ANP) ont sans surprise plébiscité lors d’un vote à bulletin secret un changement de la Constitution, qui limitait les mandats présidentiels à deux fois cinq ans.

La majorité des deux tiers était requise. Une salve d’applaudissements nourris a accueilli le résultat, sous les ors du colossal Palais du Peuple.

L’amendement fait aussi entrer « la Pensée Xi Jinping » dans la Constitution, ainsi que « le rôle dirigeant » du Parti communiste chinois (PCC) dans son article premier.

Cette disposition peut laisser entrevoir une recrudescence de la répression à l’encontre des opposants au régime, qui pourraient être accusés d’atteinte à la Constitution pour avoir simplement contesté la mainmise du PCC sur le pouvoir.

Depuis son arrivée à la tête du PCC, fin 2012, puis de l’État, début 2013, Xi Jinping a encore accru l’autorité du régime, à grand renfort de propagande et d’une omniprésence dans les médias d’État.

M. Xi, héraut de la « grande renaissance de la nation chinoise », cherche à incarner face à l’Occident la revanche d’une superpuissance moderne et respectée à l’horizon 2050.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.