billets d’avion

Savoir profiter des bonnes affaires

Des voyageurs nous livrent leurs secrets :  comment trouver des aubaines, mais surtout, que faire pour pouvoir en profiter ?

Karine Bergeron

26 ans, a visité Amsterdam pendant sept jours avec son conjoint Simon Léveillé et deux amis grâce à une aubaine trouvée sur Flytrippers : 330 $ par billet, bagage à main inclus sur Wow Air

« Il faut une flexibilité pour profiter des aubaines. Il existe trois facteurs qui déterminent le choix d’un vol : les dates, la destination et le prix abordable. Or, on ne peut souvent remplir que deux critères sur trois. Pour payer un bon prix, il faut être flexible sur les dates ou sur la destination. Les gens qui veulent partir absolument le 2 octobre rateront peut-être la super aubaine qui est le 29 septembre. La différence peut être importante d’un jour à l’autre. Il faut être prêt aussi à changer la durée du séjour pour payer moins. 

« Je suis abonnée à plusieurs sites, mais maintenant que je connais les compagnies low cost, je fais aussi mes propres recherches en passant directement par les sites des compagnies aériennes. »

Maude Carrier

35 ans, blogueuse voyage qui a notamment déniché un vol Montréal-Cancún à 447 $ sur Air Canada

« Les vols pas chers viennent avec des inconvénients. On n’a pas les meilleures heures de vol ; on se retrouve à faire plusieurs escales qui sont parfois très courtes ou très longues. Il y a un prix à payer pour avoir le meilleur vol, aux meilleures heures avec la meilleure compagnie aérienne. J’ai été à Hong Kong en février, sur un vol qui faisait trois escales. Ce n’était pas la meilleure saison. Lorsque je me suis retrouvée sur la Grande Muraille de Chine, il y avait de la neige… mais pas d’autres touristes ! 

« Mes recherches, je les fais notamment sur Kayak, qui m’envoie des alertes lorsque les prix descendent sur les destinations qui m’intéressent. Je suis aussi abonnée à YulAir, YulFly et Next Departure, où je trouve des vols au départ de Toronto. Ça peut être pratique pour nous, qui sommes à un trajet de train ou d’autobus de Toronto… »

Anthony Sultan

28 ans, résident en médecine et chasseur d’aubaines amateur depuis six ans ; il a trouvé sur YulFly un vol Montréal-Pékin à 499 $ aller-retour, avec Air Canada

« La vitesse de réaction est un facteur décisif. Quand une offre spéciale se présente, on a parfois une heure pour se décider et acheter. Or, quand on veut partir en gang, ça peut parfois devenir compliqué de conjuguer les horaires de tout le monde. Souvent, j’achète le billet à 80 % de rabais et si des amis décident plus tard de m’accompagner, ils paient deux ou trois fois plus cher pour le même vol. Au bout du compte, il faut être prêt à partir seul. De toute façon, je rencontre toujours d’autres voyageurs à destination. 

« Un bon truc lorsqu’on fait ses recherches soi-même est d’effacer l’historique de son téléphone pour vider les cookies ou encore de changer d’ordinateur souvent. L’important est de ne pas envoyer le message qu’on fait des recherches répétées sur la même destination. L’algorithme va faire grimper les prix sinon… 

« Dernier conseil : si le prix d’un billet est trop beau pour être vrai, attendez quelques semaines avant de faire vos réservations d’hôtels à destination. Lorsqu’il y a une erreur, il arrive que les compagnies aériennes n’honorent pas leur prix et envoient plutôt un remboursement… »

Safia Dodard

32 ans, cofondatrice du blogue Nomad Junkies, voyage assidûment depuis plus de six ans

« J’utilise généralement Skyscanner pour faire une recherche générale. J’aime beaucoup ce comparateur de vols parce que je peux l’employer pour m’inspirer et trouver des destinations que je n’aurais peut-être pas considérées auparavant. Il est donc possible de chercher pour "anywhere" [n’importe où] afin d’obtenir les meilleures aubaines sans tenir compte d’une destination en particulier. C’est de cette façon que je suis allée en Roumanie en cherchant quel vol était le moins cher au départ de Berlin. 

« Pour trouver des aubaines, je conseille aux gens de commencer leurs recherches sur des longs vols environ six semaines à l’avance. Le plus tôt, le mieux, surtout dans le cas de compagnies low cost ou ultra low cost. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.