18 ans en 2018
Les bébés de l’an 2000 passent le cap de la majorité !

Médéric Bouchard

Né le 12 mai 2000, à Montréal

Il s’en est dit, des choses, sur les bébés de l’an 2000. Or, voilà que cette cohorte du millénaire fête cette année sa majorité. Qui sont-ils, comment voient-ils leur avenir, leur génération, leur anniversaire ? Douze portraits jusqu’en décembre prochain.

Occupations

Élève en science de la nature au collège de Valleyfield et joueur de football du Noir et Or de Valleyfield.

J’habite encore chez mes parents… 

J’habite pas trop loin de mon cégep et maintenant, j’ai mon permis, alors le transport se fait bien. J’ai considéré aller en résidence pour simplifier les choses durant la saison de football, mais on est toujours mieux chez nous.

Ma famille, c’est…

Du monde que j’aimerai toujours et sur qui je peux toujours compter. Ils sont toujours là pour moi et vont toujours me soutenir, et moi, je les soutiens.

Les études, pour moi, c’est…

Une chance de découvrir qui je suis et de devenir cette personne, de devenir moi. J’essaie beaucoup de nouvelles choses et j’apprends ce que j’aime, mais aussi ce que je n’aime pas. Ainsi, je peux me sculpter un futur digne de moi-même.

Plus tard, je rêve…

De jouer au football le plus longtemps possible. J’adore ce sport et c’en est presque un mode de vie. J’aimerais aussi voyager, aller en Europe et aux États-Unis, mais aussi découvrir notre beau pays. Mais ce que je veux le plus, c’est être heureux.

Mes parents ont fait plusieurs bons coups, notamment… 

Me faire essayer plusieurs sports différents. C’est à 7 ans que j’ai découvert le football, et c’est encore aujourd’hui une des plus grandes parties de ma vie. Je ne serais pas moi sans le football. Mais j’ai aussi joué au soccer, au rugby, j’ai fait du judo, de la planche à neige et plusieurs autres sports à travers les années.

Mais aussi quelques moins bons coups…

Ma mère, à qui je dois répéter un minimum de trois fois pour qu’elle achète quelque chose dont j’ai besoin, comme du savon, par exemple. Ou mon père, à qui on peut parler pendant deux minutes avant qu’il ne s’en rende compte.

Ce qui me distingue, moi et ma génération, c’est…

Le fait d’avoir grandi avec l’internet et d’y être toujours connecté. C’est une bonne et une mauvaise chose, mais ça a beaucoup influencé nos vies.

18 ans, pour moi, c’est…

La dernière grande étape à traverser en vieillissant. C’est quand on devient un adulte. C’est avoir tous ses droits et être un membre complet de la société, avec tous ses avantages et ses devoirs.

Enfin, mes 18 ans, je vais les célébrer…

Je ne sais pas comment. Depuis quelques années, je ne fais pas grand-chose d’autre qu’un souper en famille et peut-être une sortie au cinéma le soir même. Par contre, je m’attends à ce que mes amis veuillent me sortir pour célébrer…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.