MON CLIN D’ŒIL

Le Canadien en séries, ça va bien aller.

Opinion : Les oubliés de la crise

Notre vie sociale se dégrade peu à peu

Tout d’abord, j’avoue être d’accord avec ceux qui prétendent que nous, adolescents du Québec, sommes des oubliés de la pandémie. Et oui, peut-être même les grands oubliés.

En fait, nous avons vu nos proches (autant petits que grands) reprendre une routine plus ou moins normale, alors que nous, nous devions demeurer confinés, enfermés.

Je comprends totalement le choix plutôt stratégique du gouvernement qui a favorisé le retour des élèves du primaire pour permettre à plus de parents de retourner au travail. Mais pourquoi nous empêcher, nous, adolescents en plein développement social, de sortir ? Bien sûr, il y a des questions de sécurité et je les comprends.

Toutefois, je pense que des efforts auraient pu et même dû être faits, car la vie sociale est ce qu'il doit y avoir de plus important pour un adolescent.

Pour ma part, j’ai de la chance, car je suis musicien et auteur. Bref, j’ai de quoi ne pas me plaindre, mais je sais que ce n’est pas le cas pour tous.

Ensuite, j’espère plus que tout qu’à l’automne, les cours reprendront dans les écoles secondaires. En fait, le secondaire est propice au développement de la vie sociale et de l’esprit critique d’un adolescent. Mais les cours en ligne n’ont pas cette approche et ne se concentrent que sur la théorie, ce qui ne motive pas les élèves et ne les stimule en rien. Ce n’est pas du tout l’expérience attendue du secondaire. Alors si l’école ne suffit plus à la vie sociale, il faut employer d’autres moyens, ce que j’espère que le gouvernement fera.

En conclusion, il est difficile pour les adolescents de voir son entourage reprendre une vie plus semblable à celle d’avant. C’est toute notre vie sociale, donc notre santé psychologique, qui se dégrade peu à peu à cause du confinement qui, pour nous, ne semble pas s’achever.

En espérant avoir répondu correctement et au plaisir d’à nouveau donner mon avis.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.