Osheaga

Objectif : « être le plus inclusif possible »

Bâtir la programmation du festival Osheaga, avec la concurrence entre les grands festivals, le débat sur la parité en musique et les nouvelles tendances de consommation musicale ? Un vrai casse-tête. Entrevue avec le directeur de la programmation Nick Farkas.

La place des femmes

La semaine dernière, le Festival d’été de Québec a essuyé des critiques en annonçant une seule tête d’affiche féminine (Lorde) pour les 11 soirs de l’événement.

Osheaga n’échappe pas à une programmation majoritairement masculine. Le festival présentera néanmoins des concerts de nombreuses chanteuses établies, dont St. Vincent, Lykke Li et Dua Lipa. Sans compter Karen O, Debbie Harry et Florence Welch qui se produiront avec leurs groupes respectifs Yeah Yeah Yeahs, Blondie et Florence + The Machine.

« Le but du festival a toujours été d’être le plus inclusif possible », indique Nick Farkas, vice-président aux concerts et événements chez evenko, le promoteur d’Osheaga. 

« Nous n’avons pas voulu programmer plus de filles, mais tout tombe bien cette année : il y a beaucoup d’artistes féminines fortes en ce moment. »

— Nick Farkas, directeur de la programmation d’Osheaga

Pour l’équipe de la programmation, tout revient au bassin d’artistes disponibles. La parité interpelle le promoteur, mais, au bout du compte, il y a plus d’hommes que de femmes parmi les artistes – dans les palmarès et en général. « Il faut des artistes qui vendent des billets et il y a plus d’artistes masculins », dit Nick Farkas. Le programmateur cite un article de Billboard rapportant que les femmes ont occupé seulement de 15 à 20 % des places dans les palmarès aux États-Unis en 2017.

Outre les noms plus connus, Osheaga présentera de jeunes artistes féminines qui ont le vent dans les voiles, dont Julien Baker et la jeune multi-instrumentiste australienne Tash Sultana, qui a rempli le MTELUS en septembre dernier. L’auteure-compositrice-interprète Billie Eilish est aussi à découvrir, ainsi que la musicienne électronique ontarienne Rezz.

L’angle de la programmation

Bâtir la programmation ? Un casse-tête. « Ce n’est pas facile », dit Nick Farkas.

« Chaque année, on évalue les tendances et ce qui a marché ou pas l’année précédente, explique-t-il. Mais on a toujours programmé de la même manière. On veut de tout pour tout le monde. Assez de vieux groupes, d’électro, de hip-hop et de découvertes à faire. »

Nick Farkas a programmé moins de rap que l’an dernier.

L’objectif est la variété. Le public de The National est différent de celui de Calpurnia, groupe de l’acteur Finn Wolfhard, qui joue dans la série Stranger Things.

Nick Farkas suit aussi les données d’écoute en ligne (streaming) plus que jamais. Des artistes à l’affiche cette année comme Travis Scott, Post Malone, ODESZA, Khalid, Sylvan Esso et Rainbow Kitten Surprise suscitent beaucoup d’écoutes sur Spotify, par exemple.

survivre à la Concurrence

Depuis 10 ans, les festivals de musique ont gagné en popularité et se sont multipliés au point que l’offre dépasse la demande. En 2016 et 2017, Bonnaroo – grand rassemblement musical de l’État du Tennessee – a connu ses pires années de ventes de billets depuis 2008. WayHome, le « Coachella du Canada », fait une pause en 2018 pour revoir sa formule. L’an dernier, le populaire festival de Pemberton, en Colombie-Britannique, a annulé sa tenue, car ses promoteurs ont fait faillite.

Pour la première fois en cinq ans, Osheaga n’a pas affiché complet l’an dernier. En fin de compte, il a tout de même attiré 135 000 spectateurs sur trois jours, soit essentiellement la même foule que les années précédentes.

« Nous existons depuis 13 ans. Au début, il n’y avait pas de festival comme le nôtre sur la côte Est. Nous avons toujours été réalistes. Au début, nous ne pensions jamais vendre autant de billets. Nous avons grossi. »

— Nick Farkas, directeur de la programmation d’Osheaga

Or, la tendance serait aux petits festivals dits « boutiques ». « Notre festival a grandi, mais on s’ajustera en conséquence, répond Nick Farkas. Nous sommes toujours à l’affût des tendances, mais pour l’instant, Osheaga continue de marcher. »

Programmation quotidienne dévoilée

Pour la première fois, Osheaga a annoncé hier la programmation quotidienne des trois jours du festival – et non juste une liste des artistes à l’affiche. « C’était la question la plus posée lors du dévoilement des années précédentes, explique Nick Farkas. Les artistes aussi veulent savoir quand ils jouent, donc on s’est dit : pourquoi ne pas l’annoncer ? »

Hier, seuls les laissez-passer de trois jours ont néanmoins été mis en vente. Les billets quotidiens le seront plus tard.

Pour la deuxième année, le festival Osheaga se tiendra du 3 au 5 août sur un site temporaire, vu les travaux effectués au parc Jean-Drapeau. « Le nouveau site sera prêt en 2019 », annonce Nick Farkas.

La programmation d’Osheaga

Rock indé

Yeah Yeah Yeahs

Florence + The Machine

The National

Franz Ferdinand

Manchester Orchestra

Future Islands

Jets

Rap

Travis Scott

Tyler, The Creator

Brockhampton

Post Malone

Rae Sremmurd

NAV

Loud

Smokepurpp

Artistes d’estime

St. Vincent

Blondie

Blood Orange

Anderson.Paak

Trombone Shorty

Chronixx

Julien Baker

Pop

Lykke Li

Khalid

Portugal. The Man

Chromeo

Dua Lipa

Pop-rock alternatif

Lord Huron

Rainbow Kitten Surprise

Sylvan Esso

BØRNS

LANY

The Neighbourhood

Électro

ODESZA

Rezz

James Blake

Alan Walker

A-Trak

Jungle

Du Québec

Milk & Bone

Essaie Pas

The Brooks

Matt Holubowski

Chromeo

Paupière

Loud

John Jacob Magistery

Ponctuation

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.