Europe

Le luxe intemporel de l’Orient-Express

Un steward aux gants blancs vous apporte votre carré d’agneau rôti à la moutarde de Meaux et remplit votre coupe de champagne frais. Par la fenêtre du train en mouvement, encadrée de marqueterie anglaise, la tour Eiffel illumine le panorama de Paris la nuit. Autour de vous, la voiture-restaurant s’anime des conversations en toutes langues de voyageurs fortunés issus des quatre coins du monde. Vous n’êtes pas dans une fiction d’Agatha Christie : vous êtes à bord de l’Orient-Express d’aujourd’hui.

Un même nom, plusieurs incarnations

Les origines de l’Orient-Express –  une création de la Compagnie Internationale des Wagons-Lits – remontent à 1883. Avant de devenir synonyme de luxe et d’intrigue, entre autres grâce à la popularité du roman Le crime de l’Orient-Express, le service est simplement une route ferroviaire reliant Paris et Istanbul, traversant au passage les Alpes suisses. Au fil des décennies, plusieurs circuits, empruntant d’autres trajets, se partagent le même nom d’Orient-Express. Le service original connaît son dernier départ en décembre 2009, ne pouvant rivaliser avec le transport aérien et les trains à grande vitesse.

Recréer la magie du voyage d’antan

Aujourd’hui, l’héritage de l’Orient-Express subsiste sous une nouvelle incarnation. En 1977, l’entrepreneur américain James B. Sherwood flaire un intérêt pour le voyage de grande classe. Lors d’un encan à Monte-Carlo, il met la main sur deux voitures-lits de l’Orient-Express d’autrefois et restaure leur splendeur Art déco. En 1982, il lance le Venice Simplon-Orient-Express, un service toujours actif aujourd’hui, opéré sous la bannière hôtelière de luxe Belmond.

Des wagons restaurés

L’actuelle incarnation du train compte 17 voitures-lits entièrement restaurées, issues de trains historiques comme Le Train Bleu (train de luxe français des années 1920) et le Rome Express (qui reliait Rome et Calais au 19e siècle). Si chaque voiture présente ses attraits distinctifs, on retrouve dans chacune du bois poli, de la marqueterie, de riches tissus, des chandeliers et même des crochets où suspendre les montres de poche. On y voyage en solo, en duo (avec lits superposés) ou, pour le luxe extrême, en suite combinant deux cabines.

Gastronomie et divertissement

Le train compte trois voitures-restaurants : La Côte d’Azur (avec ses vitres opaques bleutées signées René Lalique, maître verrier français du mouvement Art nouveau), L’Étoile du Nord (et ses boiseries anglaises) et L’Oriental (aux panneaux noirs laqués). En cuisine, le chef Christian Bodiguel propose des plats recherchés comme l’osso buco de lotte au safran et le cabillaud aux baies de genièvre et fenouil. Les ingrédients frais sont recueillis à Paris, alors que des délices locaux s’ajoutent parfois en cours de périple.

On trouve également une voiture-bar au riche décor bleu et or, avec un piano à queue (et son pianiste) pour égayer la fête. On y sert des bouchées à base de caviar (comme le papierusse, une mince gaufre de caviar pressé) ainsi que le classique cocktail Guilty 12 aux douze ingrédients secrets, un pour chaque suspect dans le récit d’Agatha Christie.

Venise-Londres :  une célébration de grand luxe

De mars à novembre, le Venice Simplon-Orient-Express fait la navette entre Venise et Londres. En quittant l’Italie, les passagers bénéficient d’une vue imprenable sur les montagnes Dolomites, puis sur les Alpes. Le lendemain, après le déjeuner, le train fait une escale à Paris pour que ceux-ci puissent se dégourdir les jambes. Enfin, un transfert est requis à Calais pour rejoindre Londres via le tunnel ferroviaire sous la Manche. Prévoir entre 2 700 £ et 6 500 £ (soit 4 700 $ et 11 000 $) par passager, bien qu’il soit possible de faire seulement une partie du trajet (ex. : Paris-Venise) à moindre coût.

Paris-Istanbul : l’aventure ultime

Pour l’expérience complète, le trajet original de six jours entre la France et la Turquie est offert, mais que quelques fois par année. Des arrêts à Budapest et à Bucarest permettent de passer deux nuits dans de grands hôtels européens – les autres nuitées se déroulent à bord. Il faut cependant réserver plus d’un an d’avance et les forfaits 2019 (tous complets) se chiffraient au moins 8 000 £ (soit 14 000 $) par passager.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.