20

Le gouvernement suisse a annoncé lundi qu’il produirait une pièce de monnaie en argent de 20 francs à l’effigie de Roger Federer. Une pièce en or de 50 francs, qui aura un design différent, sera également frappée l’année prochaine.

— Associated Press

Incroyable mais vrai !

Cible réduite

Si vous vous demandez pourquoi les frappeurs de la République dominicaine sont si dominants, regardez ce jeune Dominicain claquer de simples bouchons de bouteilles… tirés avec une fronde.

La Presse

Hockey junior  Équipe Canada

Lafrenière invité au camp

Sept joueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), dont l’attaquant Alexis Lafrenière, de l’Océanic de Rimouski, ont reçu une invitation pour participer au camp de sélection de l’équipe canadienne en prévision du Championnat du monde junior. Le défenseur Jared McIsaac, des Mooseheads de Halifax, fait partie des trois joueurs de retour au sein de la formation, avec Lafrenière et Ty Smith, des Chiefs de Spokane, dans la Ligue de l’Ouest. Les attaquants Benoît-Olivier Groulx et Raphaël Lavoie, des Mooseheads, Dawson Mercer, des Voltigeurs de Drummondville, Jakob Pelletier, des Wildcats de Moncton, ainsi que le gardien Olivier Rodrigue, des Wildcats, sont les autres membres du circuit Courteau qui ont été conviés. Le camp de sélection se tiendra à Oakville, en Ontario, du 9 au 12 décembre. Le Championnat du monde sera présenté à Ostrava et à Trinec, en République tchèque, du 26 décembre au 5 janvier.

— La Presse canadienne

Hockey  LNH

Les Blackhawks enquêtent sur Crawford

Les Blackhawks de Chicago ont annoncé la tenue d’une révision portant sur l’entraîneur adjoint Marc Crawford à la suite de récentes allégations relatives à des gestes qu’il aurait posés avec une autre organisation. Les Blackhawks en ont fait l’annonce dans un bref communiqué publié sur leur site internet lundi soir. Le communiqué ajoute que Crawford sera tenu à l’écart de l’équipe pendant ce temps. L’organisation ne fera aucun autre commentaire tant que la révision n’aura pas été complétée, note également le communiqué. Les Blackhawks n’ont pas dit ce qu’ils comptent examiner précisément. Toutefois, dans un article du New York Post daté du 30 novembre, l’ancien joueur Sean Avery affirme que Crawford lui a donné un coup de pied alors qu’il jouait avec les Kings de Los Angeles et que Crawford en était l’entraîneur-chef. Selon l’article, signé par Larry Brooks, l’incident serait survenu pendant la saison 2006-2007.  Âgé de 58 ans, Crawford s’est joint aux Hawks le 4 juin 2019. Il compte 18 ans d’expérience dans la LNH, dont 1169 matchs à titre d’entraîneur-chef.

— La Presse canadienne

Football  NFL

Les Seahawks au sommet

Rashaad Penny a marqué un touché au sol et un autre sur un attrapé, lundi soir, pour aider les Seahawks de Seattle à vaincre les Vikings du Minnesota 37-30. Le quart-arrière Russell Wilson a réussi deux passes de touché, dont une connexion de 60 verges avec David Moore, peu avant la fin du troisième quart. Les Seahawks (10-2) ont maintenant la même fiche que les 49ers de San Francisco, mais le bris d’égalité est en leur faveur au sommet de la division Ouest de la Conférence nationale. Les Vikings (8-4) ont pour leur part glissé à un match des Packers de Green Bay (9-3) dans la division Nord de la Conférence nationale ; ils devront également se méfier des Rams de Los Angeles (7-5) dans la lutte pour l’obtention d’une place dans les éliminatoires.

— Associated Press

Football  LCF

Campbell embauché par les Lions

Les Lions de la Colombie-Britannique ont embauché Rick Campbell au poste d’entraîneur-chef. Campbell a passé les six dernières saisons à titre d’entraîneur-chef du Rouge et Noir d’Ottawa, où il a remporté la Coupe Grey en 2016. Le Rouge et Noir a atteint la finale de la Coupe Grey dans trois des six saisons de Campbell à la tête de l’équipe, s’inclinant en 2015 et 2018. Campbell a annoncé qu’il quittait le Rouge et Noir après que l’équipe eut compilé la pire fiche de la ligue (3-15) en 2019. Il remplacera DeVone Claybrooks, congédié par les Lions au début de novembre.

— La Presse canadienne

Baseball

Aumont à l’essai avec les Jays

Le lanceur québécois Phillippe Aumont a signé un contrat des ligues mineures assorti d’une invitation au camp d’entraînement des Blue Jays de Toronto. Aumont a passé la dernière saison avec les Champions d’Ottawa, de la Ligue indépendante Can-Am. Le droitier de 30 ans a obtenu 18 départs et compilé une fiche de 8-4 avec une moyenne de points mérités de 2,65. Il a réussi six matchs complets et totalisé 145 retraits sur des prises en 118 manches et deux tiers. Choix de premier tour des Mariners de Seattle en 2007, Aumont a joué avec les Phillies de Philadelphie de 2012 à 2015, compilant un dossier de 1-6 avec une moyenne de points mérités de 6,80. Il a sauvegardé deux matchs et retiré 42 frappeurs sur des prises en 43 manches et deux tiers.

— La Presse canadienne

Baseball

Moustakas choisit les Reds

Le joueur d’intérieur Mike Moustakas et les Reds de Cinicnnati ont conclu une entente de 64 millions US pour quatre saisons, selon ce qu’a appris l’Associated Press. Moustakas est devenu joueur autonome pour la troisième saison de suite après avoir décliné une option mutuelle avec les Brewers de Milwaukee. Le joueur de 31 ans a frappé pour ,254 avec 35 circuits et 87 points produits la saison dernière, participant au match des Étoiles pour la troisième fois. Il a amorcé la saison au deuxième but, mais a été déplacé au troisième coussin pour remplacer Travis Shaw. Le receveur James McCann a par ailleurs accepté un contrat d’une saison et 5,4 millions avec les White Sox de Chicago, lundi.

— Associated Press

Soccer  Ballon d’or

Et de six pour Messi !

L’Argentin Lionel Messi a mis la main sur un sixième Ballon d’or record à titre de joueur de l’année, lundi, tandis que l’Américaine Megan Rapinoe a été sacrée chez les femmes. Au lendemain de son 614e but pour le FC Barcelone, Messi a soulevé le trophée qu’il avait gagné pour la dernière fois en 2015. Le Néerlandais Virgil van Dijk a terminé deuxième au scrutin, suivi du Portugais Cristiano Ronaldo, qui partageait la marque de cinq Ballons d’or avec Messi. La mainmise de 10 ans de Messi et Ronaldo sur le trophée donné par le magazine France Football avait pris fin l’an dernier, quand le Croate Luka Modrić avait été élu. Rapinoe a été récompensée après avoir guidé les États-Unis à la conquête de la Coupe du monde, en juillet. Elle a marqué six buts pendant le tournoi, remportant le Soulier d’or à titre de meilleure buteuse. Elle a aussi été sacrée meilleure joueuse de la compétition. L’Anglaise Lucy Bronze a terminé deuxième derrière Rapinoe, et l’Américaine Alex Morgan a pris le troisième rang du scrutin.

— Associated Press

Formule 1 

Un bilan mitigé pour Stroll

L’optimisme débordant de Lance Stroll lors du dévoilement de la toute première voiture de l’histoire de l’équipe Racing Point, l’hiver dernier à Toronto, s’est rapidement dissipé.

Vingt et une courses plus tard, le pilote québécois dresse un bilan plutôt mitigé de sa saison 2019 en Formule 1.

Stroll, âgé de 21 ans, a terminé au 15e rang du championnat des pilotes en vertu d’une récolte de 21 points, loin derrière le champion, le Britannique Lewis Hamilton (413 points).

Même s’il s’agit d’un résultat supérieur à celui de 2018, alors qu’il avait fini 18e avec 6 points au classement chez Williams, celui-ci est loin d’être satisfaisant pour le principal intéressé.

Stroll avait déclaré en février dernier qu’il croyait être en mesure d’aspirer régulièrement au podium en 2019, et peut-être même de propulser l’équipe canadienne au quatrième rang des constructeurs – derrière Mercedes, Ferrari et Red Bull.

Mais la réalité l’a frappé de plein fouet.

« Quinzième au classement, ce n’est pas un objectif acceptable. Et mon classement en 2018 [chez Williams] ne compte pas – si on regarde encore les deux Williams cette saison, elles sont 19e et 20e au classement, donc c’est vraiment la voiture qui fait une grande différence dans les résultats », a-t-il expliqué à La Presse canadienne.

L’athlète de Mont-Tremblant considère en ce sens que les ennuis financiers qui ont frappé l’équipe Force India l’an dernier, la forçant à se placer sous administration judiciaire l’an dernier et à être rachetée par un groupe d’hommes d’affaires mené par son père Lawrence, ont entraîné des retards dans le développement de la voiture RP19.

« Ce sont les autres équipes qui ont fait de bons paris et bien développé leurs voitures – en particulier McLaren, qui a fait du très bon travail pendant l’hiver », a avancé Stroll.

« Quant à nous [Racing Point], nous n’avons pas assez développé la nôtre. Et il y avait plusieurs raisons pour ça ; l’équipe était dans une position difficile l’an dernier, et c’est ce qui nous a mis à l’arrière du peloton en début de saison. »

Ce point de vue est partagé par François Dumontier, promoteur du Grand Prix du Canada.

« Les gens sont impatients. Ils ont la mèche courte avec Lance », a résumé Dumontier.

« Il ne faut pas oublier que lorsque le groupe de son père Lawrence a repris Force India, qui était sous administration judiciaire, ça faisait facilement un an qu’il n’y avait aucun développement au sein de l’équipe. Ils ont du rattrapage à faire, mais je pense que ça va venir. »

Des fleurs pour Pérez

Stroll a toutefois pris une partie du blâme pour ses modestes résultats.

Il n’a toujours pas signé de podium depuis 2017 – son meilleur résultat cette saison a été une quatrième place au rocambolesque Grand Prix d’Allemagne et il n’a atteint la dernière phase des qualifications (Q3) qu’une seule fois, au Grand Prix d’Italie.

« Oui, en début de saison, j’avais de la difficulté à sortir de la Q1. Il nous manquait beaucoup de vitesse et j’étais incapable de soutirer le maximum de la voiture », a-t-il avoué.

« Nous nous sommes améliorés au fil de la saison, tant moi personnellement que la voiture, et atteindre Q3 demeure mon objectif en qualifications. Mais il ne faut jamais oublier que ce sont les dimanches qui comptent le plus.

« Malheureusement, nous avons été victimes de quelques malchances en deuxième moitié de saison, comme en Italie, où nous avions une belle occasion de marquer des points et malheureusement [Sebastian] Vettel m’a heurté », a-t-il rappelé.

« Ce n’est pas la deuxième moitié de saison que j’espérais, mais je ne perds pas confiance. »

Cela dit, un fossé impressionnant s’est creusé au fil de la saison entre lui et son coéquipier Sergio Pérez, qui a fini 10e au classement avec une récolte de 52 points – plus du double de Stroll. 

Ce dernier avance une théorie pour le justifier, et n’a pas hésité à lui lancer des fleurs.

« C’est simple, il a connu une bonne deuxième moitié de saison, et moi, non », a-t-il dit à propos du Mexicain qui court pour Force India/Racing Point depuis 2014.

« C’est toujours bien d’avoir quelqu’un qui te sert de référence avec la voiture, mais en fin de compte, c’est à toi de régler la voiture et d’adapter ton style de pilotage pour maximiser tes résultats », a confié Stroll.

« C’est bien de pouvoir compter sur un coéquipier aussi expérimenté que lui [Pérez] – ça me permet de voir et de comprendre comment je peux m’améliorer. J’ai été très chanceux de pouvoir compter sur lui cette saison. »

De plus, le principal intéressé croit que le fait qu’il sera de retour avec Racing Point la saison prochaine, à bord d’une voiture qui lui sera plus familière, lui permettra de rétrécir l’écart avec Pérez.

« Personnellement, le fait que je puisse faire un retour avec la même équipe, pour une deuxième saison de suite, avec plus d’expérience, c’est simplement mathématique. Ce sera un gros bénéfice. C’est ce que je crois, mais je devrai attendre encore un an avant de pouvoir confirmer ma théorie », a-t-il dit.

« Je suis certain que l’an prochain, je pourrai améliorer tous mes résultats de cette saison – à cause, entre autres, de ma capacité à soutirer le maximum de la voiture. »

Battre McLaren et Renault

Stroll entrevoit la saison prochaine avec un optimisme renouvelé, même s’il admet que la hiérarchie devrait demeurer identique en 2020 – en attendant l’application des nouveaux règlements en 2021.

« En général, nous avons marqué des points dans quelques courses – pas assez, ça c’est sûr –, mais nous n’étions pas assez compétitifs par rapport à McLaren et à Renault », a-t-il admis.

« L’objectif sera donc de terminer au quatrième rang du classement, car je ne pense pas qu’on puisse se battre encore avec le Big Three – Mercedes, Ferrari et Red Bull –, donc la meilleure [équipe] des autres demeure notre objectif.

« Je pense que tout est en place pour l’année prochaine, pour bien faire. Il s’agit maintenant d’y mettre du temps, un luxe que nous n’avions pas l’hiver dernier à cause de tous les changements survenus dans l’équipe.

« Il faudra rester concentrés sur la tâche à accomplir, car les autres équipes vont aussi poursuivre leur développement, donc je m’attends encore à ce que ce soit très serré en milieu de peloton », a-t-il conclu.

Stroll aura un facteur de motivation de plus l’an prochain, puisqu’il ne sera plus le seul pilote canadien sur la grille.

L’embauche de Nicholas Latifi chez Williams à la fin du mois de novembre pourrait en effet l’inciter à relever d’un cran son niveau de performance.

— Alexandre Geoffrion-McInnis, La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.