Marc Déry

Revenir sur Terre

Atterrissage : c’est le titre du nouvel album de Marc Déry, son cinquième depuis le début de sa carrière solo. L’ex-Zébulon se pose donc huit ans après son opus précédent et de gros changements dans sa vie. Discussion par thèmes sur le plaisir intact de faire de la musique.

Revenir

Marc Déry n’a pas l’impression de revenir, dans la mesure où il estime n’être jamais vraiment parti. Mais il l’avoue : il y a eu des moments, depuis huit ans, où il a pensé qu’il ne ferait plus jamais de disque. « À un moment donné, tu as l’impression d’avoir raconté ton truc, ta façon de voir la vie », dit le chanteur de 55 ans, pour qui ces questionnements arrivaient en même temps que plusieurs bouleversements personnels, dont sa séparation. « Je ne sentais pas le besoin de le faire. Quand les gens me demandaient si j’allais sortir un autre album, je répondais : tu n’as pas assez de musique dans ton iPod ? » Puis est arrivé, il y a quatre ans, le chanteur du groupe Québec Redneck Bluegrass Project, Jean-Philippe Tremblay, avec la chanson Miss Météo. « Je voulais qu’il la trouve bonne, la toune. Je l’ai enregistrée, je me suis forcé et j’y ai repris goût. Alors j’ai continué l’album, en prenant mon temps. »

À la source

Marc Déry continue de tracer son sillon sans se sentir menacé par les jeunes artistes qui poussent. « J’ai l’impression d’être un kid, pas d’être vieux ou dépassé. Je fais la musique que je fais et je sens que c’est aussi frais que ce que les jeunes font, parce que je me sens comme eux, comme quand j’étais dans Zébulon ou les Colocs », dit le chanteur, qui est revenu à la programmation et aux sons électroniques, comme il l’avait fait à l’époque de son premier disque solo. « Je l’ai réécouté et j’ai trouvé qu’il avait bien vieilli. Je suis donc revenu à la source et je me suis mis à échantillonner plein de trucs. Et je me suis beaucoup amusé ! »

Vérité

De son propre aveu, Atterrissage est un album « planant sombre ». Difficile de vieillir ? « Non, pas pantoute, mais je trouve que le monde est sombre en criss, par exemple. Ça ne peut que transparaître. Je n’invente rien, je ne fais que capter et le rendre dans mes mots. » Son objectif : rester au plus près de sa vérité. « C’est ma quête », dit l’auteur-compositeur-interprète, qui n’a pas eu peur de se mettre à nu – il a entre autres écrit une chanson post-séparation pour sa fille. « C’est vrai que je lui avais promis ça. Tant qu’à faire un album aux huit ans, je me suis dit que j’irais à fond. Je suis all in partout, dans la vulnérabilité de la voix aussi », dit le chanteur, qui explique qu’il y a beaucoup de fins de soirée dans ce nouveau grain de voix qu’on entend.

La tournée

Marc Déry a repris officiellement la route au cours de l’été, mais sa tournée démarre réellement cet automne. S’il apprécie l’idée de revenir dans un contexte plus structuré, il tient à préciser qu’il n’a jamais arrêté de faire des spectacles. « J’ai joué beaucoup dans de petits pubs tout seul avec ma guitare. J’étais un peu parti sur une balloune, j’allais jammer chez du monde que je ne connaissais pas et ça durait quatre jours. Ç’a été comme un envol de hippie, mais il fallait atterrir pour faire l’album. C’est comme ça que je suis parti sur le mot “atterrissage”. » Est-ce que ce sera le dernier disque ? « Non ! Même si j’ai l’impression que la boucle est bouclée. Je me garde ça ouvert. »

Atterrissage

Marc Déry

Audiogram

Sortie le 20 septembre

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.