Comme si les Raptors jouaient à Montréal !

Serge Ibaka avait déjà eu un aperçu de l’hospitalité des Montréalais, cet été, quand il avait assisté au Grand Prix du Canada à l’invitation d’un ami. Hier, l’attaquant des Raptors de Toronto a découvert qu’ils étaient aussi de grands amateurs de basketball à l’occasion d’un match d’avant-saison contre les Nets de Brooklyn.

Le joueur originaire de la république du Congo est l’un des trois francophones des Raptors, avec Pascal Siakam et Chris Boucher. « C’était un rêve de jouer à Montréal, a-t-il avoué. On m’avait dit que les spectateurs étaient très enthousiastes, et c’est vraiment le cas. [Hier] soir, c’était comme à la maison ! »

Ils étaient encore près de 21 000 spectateurs au Centre Bell pour encourager « leurs » équipes dans une ambiance qui n’avait rien à envier à celle des amphithéâtres de la NBA. Il y a deux semaines, les Raptors avaient reçu un accueil similaire à Vancouver pour un autre match préparatoire.

« Nous avons des partisans partout au pays et cela procure un sentiment spécial. Cela nous pousse aussi à fournir un effort supplémentaire, ce qui est bien alors que nous nous préparons pour une longue saison. »

— Serge Ibaka

Les Raptors se sont facilement imposés, 118-91, devant les Nets, une équipe en perpétuelle reconstruction. Le public a évidemment réservé un accueil particulier au Québécois Chris Boucher, qui n’a pourtant joué que quelques minutes. Ibaka, un puissant joueur de 6 pi 10 po, occupe la même position que le jeune Boucher et sert un peu de mentor au Montréalais.

« Il [Boucher] est très talentueux et joue avec beaucoup de détermination, a-t-il souligné. C’est impressionnant de le voir courir de toutes ses forces tous les matins, de le voir pratiquer ses tirs sans relâche. C’est de cette façon qu’il obtiendra du succès. Et [hier] soir, il a eu la chance de jouer devant son public. C’était bien, à la fin, quand il a réussi ses deux tirs de trois points. Nous étions tous contents pour lui. »

BOUCHER DEVRA PATIENTER

Boucher a effectivement été reçu en héros, hier au Centre Bell, quand il s’est adressé à la foule avant le match. L’attaquant de 25 ans n’est entré sur le parquet qu’avec sept minutes à jouer. Si ses trois premières tentatives ont échoué, il a réussi deux tirs de trois points en toute fin de match pour soulever la frénésie dans les gradins.

« C’est une soirée que je n’oublierai jamais, a déclaré Boucher. J’étais déçu d’avoir raté mes premiers tirs, mais mes coéquipiers ont continué de me donner le ballon et j’ai fini par trouver mes marques. » Le joueur de 6 pi 10 po a aussi fait sentir sa présence en défense avec un bloc, quelques rebonds et deux fautes.

L’entraîneur Nick Nurse avait souligné avant le match que sa priorité était de roder sa formation partante et les joueurs qui auront un rôle important à jouer cette saison. Ce ne sera sans doute pas le cas de Boucher, qui demeure un « projet » et qui a encore beaucoup à apprendre.

« Nous devons encore remplir deux ou trois positions dans notre alignement et le choix se fait entre des joueurs qui peuvent apporter une contribution maintenant et d’autres qui ne le feront pas avant 18 mois, deux ans peut-être. J’ai l’impression que certains devront passer par le 905 » (les Raptors 905, le club-école de l’équipe à Mississauga), a-t-il conclu, sans nommer les joueurs concernés.

« UNE EXCELLENTE ÉQUIPE »

Les Raptors ont terminé premiers de l’Association de l’Est, la saison dernière, avant de s’effacer en séries face aux Cavaliers de Cleveland et à LeBron James. 

Déçue par ce résultat, la direction de l’équipe a pris un gros risque cet été en échangeant son joueur vedette DeMar DeRozan aux Spurs de San Antonio en retour de Kawhi Leonard. Ce dernier, l’un des meilleurs joueurs de la NBA, a raté pratiquement toute la saison dernière en raison d’une « blessure » qui a suscité la controverse et il n’a pas caché son souhait d’aller jouer en Californie la saison prochaine, quand il deviendra joueur autonome. Qu’importe, les Raptors croient pouvoir le convaincre de rester à Toronto.

« Nous avons encore une excellente équipe, a estimé l’entraîneur Nick Nurse. Notre formation est très complète, avec plusieurs options à toutes les positions, et la possibilité aussi d’utiliser nos meilleurs joueurs à plusieurs positions. [Leonard] peut être opposé aux meilleurs joueurs des autres équipes et son impact sera incroyable en défense. »

Reste à voir comment Leonard pourra cohabiter avec Kyle Lowry, l’autre vedette des Raptors, qui était très attaché à DeRozan et s’est montré peu loquace depuis le début du camp de préparation des Raptors.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.